Ne purgez pas l’héritage de McCarrick

Stephen P. White, traduit par Vincent

mercredi 24 juin 2020

Fresque de l’entrée principale par Edwin Blashfield, 1930] Cathédrale St. Matthieu l’Apôtre à Washington, [D.C.]
Sous la fresque sont suspendus deux galeros qui ont appartenus aux cardinaux Patrick O’Boyle et James Hickey.

Il existe une coutume, toujours observée dans certains endroits, selon laquelle un chapeau de cérémonie de cardinal - le galero rouge - est suspendu aux chevrons de sa cathédrale à sa mort. Là, il pend, sur son gibet ecclésiastique, jusqu’à ce qu’il succombe finalement à la corruption du temps et tombe. La désintégration ultime du galero est considérée comme un signe - dans un pieux humour catholique - que l’âme du vieil homme a finalement réussi à sortir du purgatoire.

Ayant été déchu de son rang de cardinal et renvoyé de l’état clérical, le galero de Theodore McCarrick ne pendra jamais avec les autres dans la cathédrale Saint-Matthieu à Washington. En effet, plus que cela, une grande plaque portant les armoiries épiscopales de McCarrick a été retirée du mur de la cathédrale, où elle avait autrefois sa place parmi celles de ses prédécesseurs et successeurs.

Un visiteur de la cathédrale Saint-Matthieu ne trouvera aujourd’hui aucune trace, aucun rappel, que Théodore McCarrick ait jamais été l’archevêque de Washington.

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles on pourrait vouloir que l’héritage de McCarrick soit complètement effacé de la cathédrale. Certes, ceux qui ont été trahis par lui - ses victimes, ses amis, ses prêtres, son troupeau - n’aimeraient pas voir son nom et ses armes affichés publiquement, en particulier, comme dans ce cas, à une telle proximité du tabernacle.

Un rappel si important de McCarrick pourrait rendre plus difficile pour certains d’aller au-delà de la colère et de la confusion des dernières années pour passer vers la guérison et le rétablissement de la confiance. C’est la raison, nous dit-on, pour laquelle l’actuel archevêque de Washington, Wilton Gregory, a personnellement ordonné le retrait de la plaque de McCarrick.

Avec tout le respect que je dois à l’archevêque Gregory, je pense que c’était une erreur.

Retirer le nom et les armes de McCarrick de la cathédrale peut rendre les choses moins douloureuses pour nous à court terme, mais je ne suis pas sûr que cela améliore quoi que ce soit à long terme : pour nous, pour lui ou pour les fidèles qui viendront longtemps après tous les autres d’entre nous seront partis.

Premièrement, il y a le fait évident que Theodore McCarrick fut l’archevêque de Washington. Il a été nommé à ce poste en 2000 par le pape saint Jean-Paul II et est resté l’archevêque jusqu’à sa retraite en 2006. Quelle que soit la honte dont il a couvert cette fonction, quels que soient les dommages qu’il a causés à l’archidiocèse, cela ne sera pas annulé en contournant cette réalité et les questions difficiles qu’elle soulève.

Le scandale du péché est une préoccupation légitime, et l’obsession lubrique du péché - en particulier du péché sexuel - est moralement dangereuse. Se protéger de la douleur et du scandale du péché - le nôtre ou celui des autres - devient trop facilement un exercice d’auto-illusion. Trop souvent, les prélats ont aggravé une mauvaise situation par leur zèle à protéger les fidèles de la vilaine réalité des péchés du clergé.

Quelqu’un peut-il sérieusement discuter le fait que l’Église catholique dans ce pays, en particulier au cours des dernières décennies, a été trop discrète sur les défaillances de ses prêtres et (surtout) de ses évêques ? Une culture ecclésiastique, quoique bien intentionnée, qui a cherché à assainir les défaillances de l’Église, a sans aucun doute aggravé la crise des abus. Y a-t-il une démonstration plus claire de cela que la carrière de Theodore McCarrick lui-même ?

Certains pourraient prétendre que le nom de McCarrick devrait être radié de la cathédrale comme une juste punition. Peut-être que la douleur de voir son héritage détruit de cette manière est une mesure de justice, et peut-être que cela pourrait même faire du bien spirituel à McCarrick. Peut-être.

Mais il est également utile de reconnaître les limites de la justice que nous pouvons rendre. La justice de Dieu vient non seulement dans cette vie mais dans la plénitude du temps. Si nous oublions cela, l’impulsion de faire entrer la justice dans la courte durée de notre vie et selon nos propres conditions devient insupportable. Nous nous trompons en pensant que tout doit être - ou peut être - réglé correctement sur notre calendrier. Lorsque nous permettons à la poursuite de la justice de devenir une quête de notre propre satisfaction, nous ne recherchons plus la justice, mais la vengeance.

Cela conduit à la dernière raison pour laquelle je me méfie de la décision d’effacer McCarrick de la cathédrale : Theodore McCarrick, lui-même.

La vieille tradition selon laquelle la chute du galero est un signe que l’âme d’un prélat s’est échappé du purgatoire a un fondement sérieux. Nos pasteurs ont besoin de nos prières, même dans la mort. Nous prions pour les morts, non pas parce que nous sommes certains de leur vertu, mais précisément parce que nous ne le sommes pas. Les rappels de notre péché et de notre faiblesse - et en particulier de la culpabilité et de la faiblesse de nos pasteurs - sont importants parce qu’ils nous rappellent de prier avec ferveur pour le salut des âmes.

Contrairement aux hommes dont les chapeaux rouges pendent dans les cathédrales du monde entier, Theodore McCarrick est toujours en vie. Qui sommes-nous pour dire qu’il est au-delà de tout espoir ? Et s’il n’est pas au-delà de tout espoir, ne devrions-nous pas prier pour lui ?

Comme nous l’avons entendu dimanche dernier : « Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. » Cela semble être un ordre facile à exécuter dans l’abstrait, mais je trouve qu’il est au moins très difficile de faire preuve de conviction lorsque nous parlons de quelqu’un comme Theodore McCarrick. Prier pour ses victimes ? Bien sûr. Pour son successeur ? Volontiers. Pour son ancien troupeau ? Sans aucun doute. Mais pour l’oncle Ted ?

Quelque chose me dit que le Seigneur avait justement en tête de tels « cas difficiles ».

Theodore McCarrick reste, qu’on le veuille ou non, notre frère. Nous sommes liés ensemble, par notre baptême, en Christ. Le Corps du Christ n’est pas rendu plus parfait en ignorant les blessures qu’Il porte, ni en oubliant comment elles y sont arrivées.

— 

À propos de l’auteur

Stephen P. White est directeur général de The Catholic Project à l’Université catholique d’Amérique et chercheur en études catholiques au Centre d’éthique et de politique publique.


Voir en ligne : Source

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.