Mercredi : sépulture de Mme Veil, prions et jeûnons

Abbé Hubert Lelièvre

lundi 3 juillet 2017

Mercredi aura lieu la sépulture de Mme Veil. Voici Mme Veil devant Dieu, "face à face", "tel qu’Il est", comme disent Saint Paul et Saint Jean. Il en est ainsi pour chacun de nous hier, aujourd’hui et demain. Nous venons de Dieu, nous retournons à Lui. Dans son enseignement Benoit XVI aime parler de la Vie Éternelle. Du Jugement de Dieu que nous vivrons tous, de la rencontre avec sa Justice-Vérité-Miséricorde. Oui, Dieu seul scrute les cœurs et les reins. Ce qui est certain est que chacun de nous nous aurons à rendre compte de ce que nous avons fait "aux plus petits d’entre les miens" (Mt 25)

Par son action posée en faveur de la loi sur l’avortement, Mme Veil porte sa part de responsabilité. Elle n’est pas la seule. Depuis un peu plus de 40 ans, dans notre pays, ce sont plus de 8 millions d’enfants qui ont été avortés. Des millions de femmes blessées, d’hommes détruits, de foyers divisés, séparés.

Des millions de "Rachel pleurent leurs enfants car ils ne sont plus" (Cf Jérémie 31,15). Jean Paul II a souvent parlé d’un véritable massacre des innocents !

Mercredi, nous voulons prier, jeûner pour confier l’âme de Mme Veil à Dieu notre Père. Nous voulons demander pardon pour les personnes impliquées dans l’avortement depuis tant d’années, et réparer, par une journée de jeûne.

Implorant Miséricorde. La Miséricorde n’exclut ni la vérité, ni la justice, ni la réparation. Nous implorons la conversion, oui la conversion de ceux qui œuvrent directement ou indirectement à l’avortement aujourd’hui. La mort de Mme Veil est un appel à établir un vrai bilan du drame de l’avortement et de nous tourner résolument vers l’accueil, le respect, la protection de l’enfant à naître. "Un peuple qui tue ses enfants n’a pas d’avenir !" (Jean Paul II)

Que chaque prêtre dise la Messe en l’honneur du Précieux Sang. Que chaque famille fasse célébrer une Messe en l’honneur du Précieux Sang.

Nous nous tournons vers Notre-Dame, pour que la conscience de l’homme contemporain s’ouvre à la vérité et la beauté du don de la vie humaine, depuis sa conception jusqu’à son terme naturel. Nous prions la prière pour la Vie, enseignée par Jean Paul II en 1995, avec notre chapelet.

Alors, nous connaîtrons un nouveau printemps de la vie !

"O Marie,
aurore du monde nouveau,

Mère des vivants,

nous te confions la cause de la vie :

regarde, ô Mère, le nombre immense

des enfants que l’on empêche de naître,

des pauvres pour qui la vie est rendue difficile,

des hommes et des femmes

victimes d’une violence inhumaine,

des vieillards et des malades tués

par l’indifférence

ou par une pitié fallacieuse.

Fais que ceux qui croient en ton Fils

sachent annoncer aux hommes de notre temps

avec fermeté et avec amour

l’Évangile de la vie.

Obtiens-leur la grâce de l’accueillir

comme un don toujours nouveau,

la joie de le célébrer avec reconnaissance

dans toute leur existence

et le courage d’en témoigner

avec une ténacité active, afin de construire,

avec tous les hommes de bonne volonté,

la civilisation de la vérité et de l’amour,

à la louange et à la gloire de Dieu

Créateur qui aime la vie."

Messages

  • Merci pour cette belle initiative de prière et de jeûne empreinte de charité et de vérité. Le site Aleteia a publié un article rappelant ce que disait exactement la Loi Weil. La Loi de 1975 n’ouvrait pas au droit à l’avortement. L’avortement restait pour elle un drame. On a voulu pallier à une détresse sans vouloir, au moins si l’on en juge par ce qui a été voté, la catastrophe qui s’en est suivie jusqu’à arriver au délit d’entrave à l’avortement. Pourquoi faire ce rappel ? Tout simplement parce que si l’on en juge par le courant qui a emporté la lettre et l’esprit de la Loi Weil emportant dans son sillage des milliers d’enfants et de femmes dans un catastrophe sans nom c’est dire qu’aucune détresse ne justifie jamais de toucher aux interdits fondateurs. La nature est le premier livre de la révélation. Elle nous oblige en conscience et devant Dieu. Le serment d’Hippocrate au 4° siècle avant Jésus Christ stipulait l’interdiction de toute prescription abortive...
    Sans doute notre société serait plus saine, vivante et vivifiante si l’on avait décidé en 1975 de ne jamais permettre un seul avortement, mais de tout mettre en œuvre pour consoler, soigner et soulager la misère des mamans dans la détresse.
    Prêtres nous sommes au confessionnal les témoins silencieux de ce drame. Aucun ministre de l’Église, après en avoir tant entendu ne pourra jamais dire qu’il y ait un seul avortement qui ne soit pas un drame. Drame qui, paradoxalement, nous ouvre à la beauté de ce que Dieu a fait en créant la femme comme temple de la vie. Drame qui fait jaillir de notre cœur de prêtre une immense compassion, proprement divine, pour consoler et guérir, en collaboration souvent avec tant d’autres mains de la Providence, mais ici avec la grâce propre déposée en ce vase d’argile que, prêtres, nous sommes par appel divin. Je prierai et jeûnerai mercredi avec vous afin que miséricorde nous soit fait à tous, nous souvenant qu’en hébreu la miséricorde c’est le sein de la femme, ce lieu d’où nous sommes tous nés, et devenu le lieu de l’Incarnation du Verbe, la Parole qui nous a tous créés. Ce lieu est sacré. Que personne n’y touche jamais quand la vie y a été déposée. L’enfant à naître est toujours enfant de Dieu. Plus grand en cela que ses parents ce petit d’homme nous sauvera mystérieusement par l’Enfant Sauveur dont il est lui aussi l’image et la ressemblance.
    Père Jean-Dominique DUBOIS, ofm, chapelain du sanctuaire de Notre-Dame du Laus

  • C’est trop tard pour elle

  • Oui Merci ! Ce qu’aurait dû porter Mme Veil c’est de réaliser un bilan du drame de l’avortement en 1975, pour comprendre le problème de chaque femme, chaque couple confronté au combat d’un impossible accueil de la vie pour mobiliser le tissu social afin qu’il vienne en aide à la mère et à l’enfant pour que la Miséricorde de Dieu puisse se déployer à travers ses enfants pour que vive la Vie engendrée par le Père éternel et non pas dans l’objectif du confort des hommes qui ne savent pas que Dieu est là !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.