Marcher pour la vie

par Loïk de Guébriant

mardi 15 janvier 2019

Alors qu’Emmanuel Macron tente de convaincre les Français de répondre à son grand débat en leur envoyant une lettre qui les bombarde de questions tellement complexes qu’elles nécessiteraient, toutes, un grand débat, quelques milliers de personnes se préparent à venir manifester pacifiquement à Paris, dimanche, pour la vie.

La vie est belle, la vie est éphémère, la vie, parfois, est interrompue avant même son existence terrestre. Certaines vies semblent ne pas avoir le droit de venir au monde, ce sont notamment celles des enfants trisomiques. Si on comprend très bien le choc des parents à l’annonce d’une grossesse d’un enfant différent, faut-il pour autant les pousser vers une Interruption Médicale de Grossesse (IMG) ? Les fœtus atteints de trisomie sont 96 % à être victime d’une IMG, ne pourrions-nous pas consacrer de l’argent pour aider à les soigner, à les sauver ? Ne pourrions-nous pas aider les parents à éduquer ces enfants différents qui sont souvent des boules d’affection pour ceux qui s’en occupent ? Ainsi, ces parents auraient-ils un vrai choix devant eux, ils ne seraient pas seuls et désemparés face à cette difficulté.

Et que dire de la fin de vie ? On sent bien que pour ceux qui nous gouvernent, pour les « forces de progrès », nous devrions avoir le choix de mettre fin à nos jours. Certains pays autorisent le suicide assisté pour les mineurs, c’est cela le progrès ? D’autres pensent qu’il faudrait pouvoir euthanasier des personnes dont la vie ne vaudrait plus la peine d’être vécue, les plus fragiles ne mériteraient plus de vivre …

On voit bien que toutes ces questions sont vitales, mais ceux qui les posent sont sommés de se taire.

La vie nous est donnée par un père et une mère. Par souci de plaire à une frange de la population qui préfère vivre et aimer son ou sa semblable, on s’apprête à priver délibérément des enfants d’un père avec la Procréation Médicalement Assistée (PMA). Bientôt sans doute, il en sera de même avec la Gestation Pour Autrui (GPA). D’un côté on détruit des vies, de l’autre, on recoure à la médecine pour procréer à tout prix. Toutes ces questions fondamentales méritent une grande marche. Elle a lieu dimanche à Paris. Son mot d’ordre cette année sera de défendre l’objection de conscience des médecins et susciter une prise de conscience générale sur la question de l’avortement. Ces courageux marcheurs seront critiqués, caricaturés, piétinés par les médias et les politiques « engouroutés » par l’air du temps. Ils méritent notre respect et leur courage doit être salué.

Loïk de Guébriant, directeur du Courrier de la Mayenne.

— 

Photo : Peter Potrowl

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.