Marc Fromager : « Reconstruisons la Syrie »

jeudi 12 avril 2018

Alors que d’imminentes frappes internationales menacent à nouveau la Syrie, Marc Fromager, directeur de l’AED, lance un appel urgent à reconstruire le pays plutôt que de le replonger sous les bombes.

https://www.aed-france.org/marc-fromager-reconstruisons-la-syrie/

Messages

  • Le président a gratifié, ce midi, les Français d’un long discours en forme d’interview.
    Cela se passait dans une salle de classe du primaire.

    Il y aurait fort à dire sur nombre de ses déclarations largement contestables mais restons sur la question de la Syrie, puisque c’est là le sujet de cette discussion.

    Macron reste imperturbablement campé sur la doxa du camp atlantiste :
    1 )il y a eu largage de gaz toxiques sur des populations civiles syriennes
    2) c’est Bachar el Assad qui en est l’instigateur et l’exécuteur...

    En vertu de quoi, et des "lignes rouges" précédemment énoncées par Macron lui-même, la France va incessamment intervenir militairement contre la Syrie.
    La chose ne fait pas de doute puisque « des preuves ont été fournies », selon le président, et de la réalités de l’attaque au gaz toxique, et de la culpabilité d’el Assad.

    Les Français devront donc se satisfaire de ces affirmations sommaires.

    Cependant, Macron n’a rien dit de ces prétendues preuves. La chose est pourtant d’une gravité exceptionnelle et l’on ne peut sérieusement se contenter de ce que racontent les "casques blancs" syriens (identifiés par ailleurs les armes à la main) tout autant que l’OSDH (organisme affilié aux Frères Musulmans).

    Macron, que l’on dit intelligent, ne s’est même pas posé la question de l’étrangeté de la concomitance répétée et systématique des attaques au gaz à chaque fois que l’armée syrienne était en position largement victorieuse sur le terrain. Ce qui était le cas récemment sur la Ghouta.
    Un peu comme si Bachar, en parfait crétin masochiste (ce qu’il n’est pas), ne pouvait s’empêcher de venir fragiliser et saboter ses victoires en fournissant au "camp occidental" un motif d’horreur et de représailles annoncées !...

    Même un cancre de classe primaire devrait être capable de comprendre par lui-même qu’il y a quelque chose qui cloche lourdement dans ces soi-disant attaques gouvernementales au gaz (sarin, chlore,...) sur des populations civiles. A fortiori un ancien de l’ENA, ex-ministre, etc.

    De surcroît, les documents audio-visuels fournis par les sources accusatrices présentent un certain nombre d’étrangetés dont certaines des plus suspectes ont été pointées par divers experts.

    Les Syriens vont-ils devoir subir les énièmes effets collatéraux d’imbéciles bombardement de la "coalition" ? Cette coalition qui longtemps fait preuve de mansuétude à l’égard de djihadistes plaisamment qualifiés de "rebelles modérés" avant que l’armée russe ne viennent remettre les choses à leur juste place.

    De fait, le trio Washington-Paris-Londres se fiche complètement du devenir des Syriens et des souffrances de ceux-ci. Une seule obsession : se débarrasser de Bachar-el-Assad et dépecer la Syrie au profit de vieilles alliances avec des pétro-monarchies largement prodigues de leur pétro-dollars.

    Tout ça n’est pas très reluisant, n’est pas très moral et pas du tout respectueux du droit international (ne parlons même pas du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et de leur souveraineté). Ce n’est vraiment pas la peine d’aller faire le clown-Tartuffe aux Bernardins. Qui cela illusionne-t-il encore ?

    sur ce sujet de l’attribution des responsabilités des attaques chimiques, un entretien du 10/04 avec Richard Labévière, rédacteur en chef de la revue "Proche & Moyen-Orient" :
    https://m.youtube.com/watch?v=igXKdtfrB9&feature=youtu.be

  • Merci, Marc Fromager, de vos lignes qui ne relèvent ni de l’utopie ni de l’illusion, malgré les informations de ce matin, samedi 14 avril 2018.

    Il semble qu’à l’aube de ce matin des faits courageux se seraient passés en Syrie ; personne ne prononce ou n’écrit le mot "guerre" il est seulement question de "frappes" ; la raison de cette action héroîque est, dit-on, de "punir" l’"animal" qui "tue son peuple" (les Syriens devront donc remercier leurs bienfaiteurs) ; toutefois on ne sait pas (encore) si les points visés sont des positions de l’armée nationale syrienne ou des dépôts d’armes chimiques appartenant aux nobles mercenaires de tous poils de Jaych al Islam-El Qaïda, ni si "l’animal" aura été abattu. Ce qui, toutefois, est certain c’est que ces "frappes" auront été exécutées prenant une avance précipitée et par surprise l’arrivée annoncée d’experts de l’OIAC pour ce matin, samedi ; on assure, ultime délicate attention, qu’aucune base russe n’a été visée ; on a vu des avions tournant en rond sur un tarmac et le ciel de Damas "illuminé"... C’était beau, cela aussi.

    Mais il serait peut-être prudent, cher Marc Fromager, d’attendre encore un peu avant de "reconstruire" la Syrie pour que son peuple meurtri ait enfin le droit d’y travailler et d’y vivre en paix.

    Pour conclure : ce qu’il y a de magique dans ce valeureux exploit c’est la vitesse des avions de la "frappe" : ils seraient comme revenus à leurs bases avant même que de les avoir quittées !

  • La nuit est propice à l’accomplissement des forfaits et des mauvais coups. C’est, une fois de plus, ce qui s’est produit la nuit dernière sur la Syrie. Les Pieds nickelés de la diplomatie de la canonnière - Washington, Londres et Macron-Le Drian - ont frappé...

    Un peu plus de 100 missiles de croisière ont été expédiés à partir d’avions, de sous-marins et de bâtiments de surface.

    70 % de ceux là ont été interceptés par la défense anti-aérienne Syrienne. Les autres ont prudemment fureté pour s’abattre loin des éléments de l’armée russe et éviter ainsi des escalades rapidement désastreuses pour le trio des agresseurs...

    On constate ainsi que l’espace aérien Syrien est loin d’être une passoire. Même si bon nombre des missiles envoyés n’étaient pas de dernière génération (l’outillage défensif ne l’était d’ailleurs pas, lui non plus : du matériel soviétique pour l’essentiel).

    De surcroît, Moscou vient d’annoncer qu’il "upgradait" le dispositif en livrant prochainement des S 400. Les velléités atlantistes de déstabiliser plus encore le régime Damas devront passer par d’autres voies que la confrontation armée directe. Pas de souci à cet égard, Washington et ses alliés ont un savoir-faire incontestable en ce domaine !

    Macron, après ses clins d’oeil aguicheurs en direction de l’épiscopat catholique, vient de révéler son vrai visage : un transgresseur qui ne respecte pas le droit international (où est la résolution du Consel de Sécurité ?), pas plus qu’il ne respecte la Constitution (il eut fallu passer devant le Parlement), ni ses (fausses) promesses électorales (la guerre à la Syrie ne figurait pas dans le programme LREM...).

    De tout ce cirque tragique, le peuple Syrien n’est une fois encore que l’otage impuissant de qui on se garde de demander l’avis.

    Cependant, les gens de la rue n’ont pas manqué de renouveler, ce matin, leur soutien à leur président et leur colère méprisante à l’égard du trio de la coalition qui prétend détruire leur pays.

  • D’éventuels contrats pour les amis Américains, Anglais, Français ? mais amis de qui ? voilà 7 ans qu’ils financent et arment les rebelles entraînés par des instructeurs américains, les djihadistes qui font du "bon boulot" d’après Fabius, pour détruire le pays, que Daesch attire des jeunes des banlieues françaises. Mais ils ont perdu l’occupation de presque tout le pays, alors il faut trouver autre chose : du gaz toxique, et pour finir sans doute essayer de provoquer une révolution intérieure pour installer la "démocratie" on connait la rengaine
    Ces amis se fichent bien mal des malheureux syriens, les puits de pétrole et la situation géographique du pays est autrement intéressante

  • Les lignes de R. de Coucy et de Gilberte confirment ce qui est exprimé ici même depuis des années sur ce qui se passe en Syrie et Irak. Et à propos d’"amis", quels amis ? Reprenant les mots de, sauf erreur, Chamberlain, De Gaulle avait dit qu’en politique les amitiés ça n’existe pas, il n’y a que des intérêts. Personne n’ignore que la Syrie est le plus grand réservoir de gaz, et il y a aussi les oléoducs et leur itinéraire qui rongent les membres (très fatigués) des pays de l’Otan et au-delà...

    Combien auront coûté ces "frappes chirurgicales ciblées" en termes d’argent ? Ce qu’on a non seulement le droit mais le devoir de dénoncer c’est aussi le prétexte utilisé pour légitimer cette agression contre un pays souverain et membre de l’Onu : la compassion pour son malheureux peuple qui meurt victime innocente du "boucher", du" criminel", de l"’animal". Peut-on encore qualifier ce vocabulaire de "langage diplomatique" ? Pour rappel, les torrents de larmes de crocodile versées sur les souffrances des Syriens qui ont inondé le monde entier. C’est abject ! Ces frappes sont, a-t-on lu, une "gifle" pour Poutine, mais ne seraient-elles pas plutôt une claque retentissante pour l’ONU et son secrétaire général ?

    Maintenant qu’on aura eu sa guéguerre et évalué la capacité de ses armes, il est à espérer que la raison finira par prévaloir sur ces turbulences orchestrées. Il n’empêche que ce qui vient d’être commis est pitoyable.

    Et surtout déshonorant.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.