AFFICHES ALLIANCE VITA

Liberté d’expression en danger

par Gérard Leclerc

mardi 7 janvier 2020

Certains mots sont-ils devenus imprononçables dans l’espace public ? Est-il intolérable d’affirmer que «  La société progressera à condition de respecter la paternité  », ou encore «  la maternité  » et «  la différence  » ? Incontestablement oui, pour Anne Hidalgo maire de Paris, qui a exigé le retrait immédiat des affiches de l’Alliance Vita, exposées dans les rues de Paris et les gares franciliennes, dont elle s’était proclamée indignée.

Il est vrai qu’il s’agit pour l’association de sensibiliser l’opinion à un débat très vif à propos de l’extension de la procréation médicalement assistée, avec la disparition de la figure paternelle dans un couple exclusivement féminin. De même, le rappel du respect de la vie est extrêmement sensible, dans le cadre d’une culture qui tend à banaliser l’avortement. Faut-il, pourtant, rappeler que ce respect de la vie était inscrit dans le préambule de la loi Veil de 1975 ? Il est vrai qu’il n’était pas question alors de faire de l’avortement un droit, mais de consentir une exception compassionnelle en cas de situation de détresse. Depuis lors, différentes révisions ont changé l’esprit de la législation, au point d’ériger l’IVG en droit fondamental et de refouler ses adversaires désignés comme quasi-délinquants.

Les principes du droit sont atteints

Ainsi nous trouvons-nous dans une perspective très étrange où ce sont les principes cardinaux du droit, du bien commun et de la vie civique qui sont atteints. Et en premier lieu celui concernant l’objection de conscience, qui constitue pourtant le pivot même d’une société fondée sur le respect de la liberté humaine. On ne saurait donc considérer avec trop de gravité le coup de force qui a amené le retrait des affiches de l’Alliance Vita, en raison de la volonté arbitraire de la maire de Paris.

Fondements de la vie sociale

Fort heureusement, la justice a ordonné que soient remis en place les visuels de la campagne, qui n’ont par ailleurs aucun caractère agressif, et ne font que rappeler les fondements essentiels de l’existence sociale. La maire de Paris s’obstine pourtant, poussant la régie Médiatransports à faire appel de la décision de justice.

On observera donc la suite de cette affaire avec la plus grande vigilance, tant ses enjeux sont déterminants pour l’avenir. Nous sommes menacés d’un étouffement pur et simple de la liberté d’expression. Il s’agit même d’un fait de civilisation, qui ne concerne pas seulement le domaine de la famille. C’est une véritable dictature qui se met en place, sous le poids d’une police de la pensée et de l’autorité fallacieuse d’idéologues partisans.

Messages

  • Merci de nous inviter à résister à la décision totalement injustifiée de la maire de Paris. Sachant qu’Anne Hidalgo possède un compte twitter, n’est-ce pas le moment de l’interpeler en tout respect pour la personne ? par exemple en lui demandant en quoi la publicité d’Alliance Vita est une action anti IVG, de tenter de lui faire réaliser qu’on peut soutenir la maternité et la paternité sans être un extrémiste de l’anti-IVG ? Pour ma part, je l’ai fait @Pseserge.

  • Bravo à Alliance Vita pour les affiches et formidable d’avoir gagné en référé,

    par contre pour quoi les illustrations de ses affiches sont elles si tristes ?
    lugubres.

    alors que vous militez ,et je vous en remercie , pour le beau, le vrai...

    Très cordialement

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.