Les suites de l’affaire Théo

par Gérard Leclerc

lundi 20 février 2017

L’affaire Théo a fait des dégâts. Pourquoi ne pas le reconnaître ? Si l’on veut tenter de ne pas envenimer les choses, il faudrait peut-être prendre le temps d’examiner la situation de ce qu’on appelle « les quartiers », avec l’état d’esprit de la jeunesse qui cherche difficilement ses marques. La tentation actuelle est double : d’un côté, il s’agit de créer un mouvement de colère contre la police. Mouvement auquel se sont ralliées des associations anti-racistes, notamment samedi soir place de la République à Paris, avec présence de quelques personnalités qui donnaient une dimension nouvelle à la protestation. D’autre part, il y a la réaction inverse qui consiste à rejeter unilatéralement ce qu’on appelle « la racaille », au motif des violences accomplies ces derniers jours. Les uns et les autres ont leurs raisons et leurs convictions bien établies. Mais s’il n’y a pas moyen de trouver un terrain de discussion entre eux, on peut craindre l’approfondissement d’une incompréhension, qui ne servira sûrement pas le bien commun.

J’ai en tête un autre exemple que celui de Théo, le cas d’un jeune homme d’un milieu très différent et qui, en d’autres circonstances, a dû lui aussi affronter la police. En quelques jours, son univers intérieur s’est trouvé bouleversé. La police, d’abord, l’a arrêté pour des motifs mensongers. La justice, ensuite, l’a condamné, entérinant une accusation qu’aucune protestation ne pouvait démentir. Et pour couronner le tout, son incarcération dans des conditions indignes était conçue pour l’humilier. Dans quel état d’esprit, un garçon de vingt ans peut-il se sortir d’une telle épreuve, ne pouvant plus accorder de crédit à ce qui est censé sauvegarder l’ordre social ?

Il ne s’agit évidemment pas, à partir d’un tel exemple, de faire le procès de la société et des institutions. Le problème est de comprendre qu’on ne peut pas remettre de l’ordre dans la rue et dans les quartiers, si l’on ne rétablit pas un climat minimum de confiance. Et notamment entre les jeunes et la police. Nous savons que c’est loin d’être facile, parce qu’il y a des conditions structurelles déterminantes que l’on ne parvient pas à changer depuis des décennies. Mais ce n’est pas la défiance et l’hostilité qui nous permettront d’établir un équilibre aussi problématique.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 20 février 2017.

Messages

  • Je n’ai pas d’idée préconçue sur cette affaire Théo, mais j’ai moi-même été victime il y a quelques années d’excès de zèle de la police versaillaise. Arrêté en voiture pour un contrôle de routine, ça s’est mal terminé. A ma charge j’avais oublié mes papiers et je conduisais un véhicule avec 9 personnes à bord (ma famille). J’ai donc été aligné pour défaut de présentation de permis de conduire, défaut de présentation de carte grise, défaut de présentation de certificat d’assurance, et comble : conduite d’un véhicule avec 9 personnes à bord SANS PERMIS DE TRANSPORT EN COMMUN (sic). J’ai voulu faire un commentaire sur les différents avis de contravention : refus parce que j’avais refusé de les signer. J’ai voulu alors récupérer les avis pour y mettre des annotations et ça a dégénéré. J’ai été menotté, emmené dans le fourgon toutes sirènes hurlantes sous les yeux de ma femme et mes enfants et placé en garde à vue. La suite n’a pas été plus agréable : interrogatoire, test d’alcoolémie ("et j’espère que ça virera m’a asséné l’inspecteur" !!!) et encore : vous allez avoir un casier judiciaire (!!!), vous allez perdre votre travail (!!!) et j’en passe. Après 3 h passées au poste dans une cellule grillagée, j’ai fini par être relâché. L’affaire a été heureusement étouffée grâce à quelques relations amicales que j’avais dans la "préfectorale".

    Je peux donc très bien imaginer sous prétexte d’autorité, que la police abuse de ses pouvoirs.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.