Traduit par Isabelle

Les mystères de Fatima

par Howard Kainz

vendredi 7 juillet 2017

Les Presses Ignace ont publié récemment Les Mystères de Fatima : Le message de Marie aux temps modernes, par Grzegorz Gorny, et Janusz Rosikon. C’est un livre très grand forma illustré à usage décoratif de 400 pages, qui contient plus d’un millier de photos en couleur, de peintures, de posters, de graphiques, etc.

Encore un live sur Fatima ? Les faits de base des apparitions de Notre Dame à Fatima en 1917 sont bien connus, grâce à des livres tels que Fatima pour aujourd’hui du père Andrew Apostoli, que le classique Notre Dame de Fatima de William Walsh, et bien d’autres.

Cette semaine, cependant, nous allons célébrer le 100° anniversaire des apparitions et les Mystères de Fatima vont beaucoup plus loin, remplissant de détails dans le contexte historique, ainsi que de nombreux effets corollaires et d’évènements adroitement entremêlés, jusqu’à nos jours. La première guerre mondiale et ses effets sur le Portugal, la révolution russe d’octobre au même moment, ainsi que des mouvements maçonniques et d’autres anticatholiques, fournissent un arrière-plan aux apparitions de Notre Dame à trois enfants à Fatima.

L’avertissement à Fatima au sujet de la 2° guerre mondiale, les efforts vigoureux des papes pour gérer les catastrophes humaines, les massacres incroyables et les atrocités perpétrées sous l’ère de la « fraternité communiste », sont décrits en conjonction avec les efforts continus de sœur Lucie de Fatima pour convaincre le monde d’utiliser les remèdes offerts par la Vierge, de même que pour convaincre les papes de réaliser la consécration requise de la Russie au cœur Immaculé de Marie.

Le pape Pie XII a fait des tentatives incomplètes pour réaliser cette consécration. Et des développements dramatiques ont eu lieu dans les années 1960 à Vatican II, tandis que des centaines d’évêques qui plaidaient pour la consécration de la Russie, étaient mis sur la touche par l’Ostpolitik feutrée du Vatican envers l’URSS, et par la présence d’hiérarques orthodoxes russes qui avaient été invités au concile.

Finalement, le pape Jean Paul II, après avoir consulté sœur Lucie, travaillé avec des mouvements politiques en Pologne, et s’être joint au président Reagan pour relâcher l’étreinte des Soviétiques, a fait cette consécration après avoir fait l’expérience que Marie l’ait, selon lui, sauvé de la balle d’un assassin.

La consécration a eu lieu alors que les Soviétiques préparaient une attaque de l’Europe après que la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie, la Hollande et la Belgique avaient accepté en 1983 les missiles américains de moyenne portée. Mais le 13 mai après la consécration, un accident à la base navale de Severomorsk a provoqué l’explosion de la majorité des missiles anti aériens, laissant la flotte soviétique du nord sans sa puissance de frappe.

Les Mystères de Fatima offrent aussi des visions de faits et d’incidents généralement inconnus. Quelques jours après le grand miracle du soleil à Fatima, Saint Maximilien Kolbe a finalisé son projet d’établir la « Milice Immaculée », consacrée à l’évangélisation du monde en insistant spécialement sur une consécration totale à Marie.

Pendant ce temps, les journaux autour du monde étaient hypnotisés par de « fausses nouvelles » sur la vie sous le communisme comme étant le paradis des travailleurs. Le peintre espagnol Salvador Dali chargé par l’apostolat mondial de Fatima de représenter la vision de l’enfer qu’avaient eue les 3 enfants, s’est reconverti à la foi catholique.

Les activistes de Fatima en Autriche ont réussi à obtenir le départ des troupes soviétiques de leur pays. Et en même temps que Jean Paul II réalisait la consécration de 1984 à Rome, l’évêque Pavel Hnilica (qui s’était rendu subrepticement au Kremlin, en vêtements civils,) s’est joint à la consécration du pape avec le père Leo Maasburg dans l’église Saint Michel archange de Moscou, et a renouvelé la consécration dans l’église de la Dormition (l’Assomption) de Notre Dame. Utilisant des hosties du vin et de l’eau dans des tubes d’aspirine, le père Maasburg et lui-même ont pu célébrer la messe de façon inaperçue, derrière un exemplaire ouvert du journal soviétique Pravda.

Ce ne sont que des échantillons des évènements historiques que les auteurs entremêlent avec le message de Fatima, et dépeignent comme éléments des « Mystères » de Fatima, orchestrés par la divine Providence. Mais je ne peux pas m’empêcher de mentionner d’autres facteurs qui semblent mystérieux ou tout au moins intrigants : 

L’Identité de l’ange qui est apparu à Lucie, Jacinthe et François avant les apparitions de Notre Dame. Au printemps 1916, il s’identifie comme « l’Ange de la Paix ». Mais lors de la visitation de l’été, il se présente comme « l’Ange du Portugal ». Le père Andrew Apostoli et d’autres auteurs s’y réfèrent comme à une « seconde visite » du premier ange. Ne devrait-on pas faire une distinction entre les deux anges ?

Notre Dame a assuré à sœur Lucie que le Portugal « ne perdrait jamais la Foi ». Mais de récentes estimations de la pratique dominicale des catholiques au Portugal stagnent autour de 20 pour cent, et le Portugal, en même temps que d’autres pays de l’Union Européenne, a légalisé l’avortement, ainsi que le divorce et le mariage homosexuel. Cela semble problématique et sœur Lucie elle-même se montre soucieuse de « La Foi » au Portugal dans son livre « Un chemin sous le regard de Marie » : « Si le Portugal n’approuve pas l’avortement, alors il est sauvé, mais s’il l’approuve, alors il devra beaucoup souffrir ! »

Pendant l’apparition de Mai, Lucie a demandé à Notre Dame ce qu’il en était de deux amies qui étaient mortes : Maria et Amelia. Maire a répondu que Maria était au ciel, mais qu’Amelia serait au purgatoire jusqu’à la fin du monde. Le père Apostoli commente qu’Amelia avait entre 18 et 20 ans lors de sa mort « dans des circonstances impliquant une conduite immorale ». Même Francisco, cousin de Lucie, âgé de 10 ans, devrait « réciter de nombreux chapelets » avant d’entrer au ciel. Il est certain que de tels avertissements conduiront beaucoup d’entre nous à se demander comment nous pourrions atteindre l’état de purification nécessaire pour éviter le purgatoire. Finalement, en considérant le mystérieux commentaire de Notre Dame à propos de l’arrestation des trois enfants en Août 1917 par Arturo Santos, administrateur du district de Vila Nova de Ourem : « Elle insista sur le fait que le miracle du 13 octobre 1917 qui était scientifiquement impossible, aurait été plus grand » mais en fut empêché par le manque de foi. Je trouve presque impossible d’imaginer miracle plus grand que celui du soleil qui tourne et balaie la terre. Mais inutile de dire que le plus grand miracle en lien avec Fatima est la prochaine conversion prédite de la Russie, et – pour le dire doucement – qui est toujours « un travail en cours ».

7 mai 2017

Source : https://www.thecatholicthing.org/2017/05/07/fatima-mysteries/

Photo : Saint Jean-Paul II avec Sr. Lucia, 1991

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication