Moyen Âge

Les convertis de l’islam sous Saint Louis

par Véronique Jacquier

vendredi 9 avril 2021

Saint Louis part en croisade en 1248, illustration française du XIVe siècle.

Fait méconnu de l’histoire de France, la conversion des musulmans fut au cœur de la politique et de la spiritualité de Saint Louis. Il ramena de croisade des familles de nouveaux baptisés.

Pour Saint Louis, ils étaient comme «  la prunelle de ses yeux  ». Cette expression médiévale, usitée dans certains psaumes et proverbes bibliques, qualifie la sollicitude de Louis IX envers les convertis du Proche-Orient. Mais qui étaient ces femmes et ces hommes prêts à quitter l’islam pour une religion et un royaume de France si loin de leur terre natale ? Et surtout pourquoi un tel projet né au cœur des croisades ?

La conversion des Sarrasins

Au XIIIe siècle, l’hypothétique avènement de l’Apocalypse tourmente les esprits. Louis IX, comme nombre de chrétiens en Europe, se préoccupe sérieusement de la manière dont cela va se produire. En 1244, les Turcs envahissent Jérusalem, profanent les lieux saints chrétiens et les tombes des rois latins. Le retentissement des exactions trouble l’Occident. Par ailleurs, le conflit épuisant entre Frédéric II et la papauté inquiète. L’empereur exerce une pression permanente sur les États pontificaux et a été excommunié pour ne pas avoir lancé la sixième croisade. N’est-il pas un signe de la fin des temps ? Le pape Grégoire IX surnomme l’empereur du Saint-Empire l’antéchrist ! Dans ce contexte, lancer une croisade semble la réaction idoine pour faire face aux troubles et défis de ce temps, tout en s’en remettant à la miséricorde de Dieu. Et comment plaire à Dieu si ce n’est en lui gagnant toutes les âmes, surtout celles des infidèles ? Ainsi naquit l’idée de l’impérative conversion des Sarrasins. Un peu rapidement, les chevaliers francs rêvaient de voir les commandants musulmans vaincus se rendre spontanément aux fonts baptismaux, puis inciter leur peuple à faire de même. Pourquoi ne pas y croire ? Dans l’Europe du Haut Moyen Âge, les conversions des Anglo-Saxons, des Goths, des Scandinaves, des Slaves s’étaient en grande partie déroulées de cette manière. Non seulement la conversion de l’ennemi musulman était une composante de l’imaginaire du chevalier occidental, mais ce scénario était redouté par les musulmans eux-mêmes quand ils combattaient les croisés.

Dans cette optique, Louis IX se révèle en roi stratège. Il ordonne de capturer les musulmans, et non de les tuer, et de laisser la vie sauve à leurs femmes et à leurs enfants. Ce sera pour lui la première étape menant à la conversion de familles musulmanes entières.

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le magazine.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.