Leadership clérical

David Carlin, traduit par Vincent

vendredi 19 mars 2021

Étude pour « La dernière prière des martyrs chrétiens » par Jean Léon Gerome
© Mary Harrsch / CC by-nc-sa

Lorsque Vatican II a commencé en 1962, j’étais déjà adulte, diplômé d’université et étudiant en philosophie à Notre-Dame - et je suis donc assez vieux pour avoir des souvenirs de l’Église catholique pré-Vatican II aux États-Unis. Je me souviens très bien de beaucoup de choses sur l’Église américaine à cette époque, certaines d’entre elles sont des souvenirs agréables, d’autres pas tant que ça.

Mais une chose dont je me souviens, c’est à quel point notre leadership clérical a été efficace pour maintenir les catholiques dans le giron catholique, ne leur permettant pas de s’égarer dans le protestantisme. (J’utilise le mot « clérical » ici dans un sens très large, de manière à inclure les évêques, les prêtres et les religieux et religieuses).

Même si, à cette époque, les États-Unis étaient une nation à majorité protestante, peu de catholiques sont devenus protestants. Et encore moins sont devenus athées.

Quel contraste avec le présent, où le grand danger extérieur pour le catholicisme n’est plus une chose modérée comme le protestantisme qui, dans sa forme traditionnelle (la forme que lui a donnée la Réforme des années 1500), a beaucoup repris du catholicisme. Non, aujourd’hui et depuis quelques décennies, le danger extérieur pour le catholicisme américain est une chose très extrême, l’athéisme.

Depuis un demi-siècle environ, nos chefs religieux ont dans l’ensemble accompli un travail remarquablement inefficace pour maintenir les catholiques, en particulier les jeunes catholiques, au bercail. Notre peuple s’éloigne de la religion et dérive, non pas vers une version rivale du christianisme, mais vers un rejet complet du christianisme, et même un rejet de Dieu ; et nos dirigeants semblent n’avoir aucune idée de la manière d’arrêter la dérive.

Quand je parle d’une « dérive vers l’athéisme », j’ai à l’esprit un certain nombre de formes d’athéisme : (1) Athéisme pur et simple ; (2) Agnosticisme, « athéisme timide » ou « athéisme qui n’ose pas prononcer son nom » ; (3) Un indifférentisme religieux complet ; (4) Athéisme moral, c’est-à-dire mener sa vie sans référence à Dieu ; (5) Christianisme nominal (ou libéral), que l’on peut appeler « athéisme naissant » - car je suis d’accord avec le cardinal Newman que la religion libérale conduit logiquement dans la direction de l’athéisme.

Pourquoi nos dirigeants ont-ils été si inefficaces ? Permettez-moi de faire quelques très timides suggestions.

1. La petitesse de leur nombre. À la suite de Vatican II, un nombre considérable de prêtres, de religieuses et de frères se sont enfuis de ce qui semblait être leur vocation, et ils n’ont jamais été remplacés de manière adéquate.

2. La modestie de leurs talents de leader. L’Église pré-vaticanienne regorgeait de leaders talentueux. J’ai l’impression que nos dirigeants d’aujourd’hui sont en moyenne beaucoup moins doués en leadership que leurs prédécesseurs d’avant Vatican II.

3. Au cours des dernières décennies, nos dirigeants n’ont pas eu la confiance dont tous les dirigeants efficaces ont besoin ; et, bien sûr, les « dirigeants » qui doutent de leur capacité à diriger ne seront pas, pour cette raison même, capables de diriger.

4. Je suppose qu’ils manquent de confiance parce que beaucoup d’entre eux ne croient pas de tout leur cœur ; ils ont leurs doutes.

5. Le scandale des agressions d’enfants. Cela a porté atteinte à la crédibilité morale, en particulier en ce qui concerne la moralité sexuelle, non seulement de ceux qui sont coupables de ces crimes, mais de tous les prêtres et évêques. Vous pouvez dire : « Ce n’est pas juste - de blâmer tout le monde pour les péchés d’une petite minorité. » Et vous avez raison. Mais ça n’y fait rien. Le grand public, y compris une grande partie du public catholique, considère ces péchés comme une culpabilité collective.

6. La question de l’homosexualité. L’homosexualité a imprégné de façon toxique la prêtrise au cours du dernier demi-siècle, et cela de trois manières : a) Certains prêtres ont été des homosexuels actifs ; b) Beaucoup d’autres ont eu une orientation homosexuelle, même s’ils se sont abstenus de pratiquer l’homosexualité ; c) D’autres encore, bien que ne pratiquant pas l’homosexualité, ni attirés dans cette direction, sont « doux » dans leur désapprobation. Ils ne partagent pas la répugnance traditionnelle de l’Église face à l’infraction.

7. Peur de la désapprobation. Les prêtres et les évêques savent que s’ils réaffirment catégoriquement certains enseignements catholiques séculaires - en particulier ceux concernant la conduite sexuelle, mais pas seulement ceux-ci - ils rencontreront la forte désapprobation, non seulement du monde en général, mais de beaucoup de leur propre peuple, les catholiques de leur diocèse ou paroisse. Et donc ils décident que la discrétion est la meilleure option.

8. Et il y a un grand danger auquel les évêques sont particulièrement confrontés. Une fois devenu évêque, on est accueilli avec courtoisie dans l’élite locale. On est alors considéré, au moins de manière formelle, comme le pair des banquiers locaux, des hommes d’affaires, des présidents d’université, des maires, des gouverneurs, des rédacteurs en chef et des éditeurs de journaux, etc.

Bien que ces personnes soient trop polies pour vous en parler, la plupart d’entre elles considèrent toute version authentique de votre religion comme dépassée. Le catholicisme a peut-être été une chose splendide au Moyen-âge, aux époques de d’Aquin, de Dante et de Giotto ; et même aujourd’hui, c’est une chose tolérable à condition que ceux qui le professent ne le prennent pas trop au sérieux. Et donc, si vous êtes un évêque catholique et que vous expliquez clairement à tout le monde, à la fois à votre propre peuple et au monde non catholique en général, que vous croyez de tout cœur au catholicisme et que vous souhaitez qu’il soit une force forte pour façonner la culture américaine, vous perdrez la face parmi vos pairs de l’élite. Vous pouvez même en devenir la risée. Mais comme je l’ai dit, ce sont des gens polis ; ils ne riront pas au nez ; ils ne le feront que dans votre dos.

Il fut un temps dans l’histoire de l’Église où les évêques étaient prêts à être jetés aux lions. Je suis sûr que beaucoup d’évêques d’aujourd’hui, s’ils avaient le choix, seraient prêts à mourir pour la foi, prêts à recevoir la couronne du martyre. Cependant, le martyre n’est pas proposé actuellement. Jusqu’à ce que ce soit le cas (peut-être dans quelques décennies), de nombreux évêques préféreraient éviter le « mini-martyre » de se faire moquer.

C’est un statut trop agréable que d’être un membre en règle de l’élite locale.


Voir en ligne : The Catholic Thing

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.