Le président dans l’épreuve

par Gérard Leclerc

lundi 20 juin 2022

Emmanuel Macron, 9 janvier 2022, Parlement européen à Strasbourg.

Ajouter mon commentaire à tous ceux qui se sont accumulés, depuis les résultats des élections d’hier, n’ajoutera pas grand-chose aux enseignements politiques à en tirer. Simplement, les bouleversements qui ont eu lieu et qui modifient très sensiblement les équilibres institutionnels, sont surtout significatifs de mutations profondes du pays. Pour la première fois, le président de la République ne profite pas des conséquences de sa victoire. Le côté positif de cette contre-performance est sans doute une représentation plus équitable du pays, qui correspond à sa sociologie réelle. Cela nous promet d’ailleurs de belles joutes oratoires, entre les représentants du bloc de gauche mélenchoniste et du bloc souverainiste de Marine Le Pen.

Ceux qui se plaignaient de l’effacement du Parlement et du pouvoir législatif vont sans doute prendre leur revanche. En l’absence de l’écrasante majorité macroniste de la dernière législation, l’exécutif va se retrouver dans l’obligation de négocier âprement ses projets, ses budgets, et même les orientations régaliennes en matière de politique étrangère. Oui, il va être très difficile à Emmanuel Macron de gouverner dans de telles conditions. Il est aussi à noter qu’il va se trouver privé de quelques unes des personnalités les plus fortes de son entourage et de son parti, ce qui n’arrangera rien. Paradoxalement, les partisans du scrutin proportionnel viennent d’avoir satisfaction, puisque, pour cette fois, la représentation nationale va correspondre assez exactement à la sociologie politique et sociale du pays. Mais du même coup, nous risquons de retrouver les conséquences du régime d’assemblée d’autrefois.

Finalement, j’avouerai mon inquiétude personnelle quant au traitement futur de ce qu’on appelle les questions sociétales, avec le renforcement des tendances idéologiquement les plus extrémistes. Une nouvelle page de l’histoire de la Ve République s’ouvre dans un contexte de crise internationale. Moins que jamais l’esprit civique et l’esprit de la résistance spirituelle ne doivent nous faire défaut.


Voir en ligne : Radio Notre-Dame le 20 juin 2022

Messages

  • Le retour du centre, de la droite et de la gauche refait jour dans le paysage politique national lors de ces élections législatives.
    On croyait ce parterre classique abandonné.
    Il n’en est rien.
    On choisit son camp et ses préférences pour la moitié des français, malgré l’abstention des ni ni qui flirte le sentiment désabusé du rejet.
    Il faudra composer comme en toute famille, où les options partisanes sont minées de l’intérieur.
    Une alliance de majorité relative et d’alliances particulières selon les objectifs politiques recherchés est un sujet délicieux des français qui n’aiment guère etre endoctrinés sous quelque bannière par des zélateurs idéologiques.
    On verra sous peu certains amis d’hier se diviser demain.
    Certaines préférences individuelles se heurter à l’addition des oppositions, somme toute un voyage incertain de la démocratie qui ne sait le cours de la traversée des obstacles qui se mettront sur la voie, quelle fut terrienne, maritime ou autre.
    Il est à noter que les mentors ou les ténors d’un passé institutionnel feront place aux jeunes arrivants.
    Le Parlement sera revisité par des nouveaux venus d’horizons multiples.
    L’heure est aux changements des personnes et des attributions.
    De quoi s’interroger sur la longévité de ces modifications du paysage public et français.

    Une mandature présidentielle placée sur un sol mouvant.
    Des partis remodelés de l’extérieur.
    Des choix idéologiques contrastés ou conflictuels.
    Des visages nouveaux qui apparaitront loin des icones de ces élus perpétuels et qui laissent malgré eux leur place aux prétendants en attente.

    Avouez Marianne a quelques insomnies en vue.
    La douce France du pays de nos enfances, laisse voir ses dépits ou ses jouvences.
    Irrésistible encore, imprévisible toujours, incorruptible sans doute !
    L’avenir imminent des hommes et de leurs projets en dira long sur ces péripéties de l’histoire nationale.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.