Mgr Philippe Barbarin

Le mauvais coup de « L’Obs »

par Gérard Leclerc

lundi 25 novembre 2019

J’ai hésité à dire mon sentiment sur la couverture et le dossier du dernier numéro de L’Obs. Faut-il préciser que L’Obs est un hebdomadaire, que son titre est un raccourci d’observateur et que dans une autre vie il s’appelait Le Nouvel observateur. Qu’on fut en accord ou en désaccord avec la ligne philosophique et politique dudit Nouvel observateur, il ne faisait pas de doute qu’il s’agissait d’une publication de belle qualité, avec des collaborateurs prestigieux, où je comptais d’ailleurs des amis, notamment le cher Maurice Clavel. Dirigé par Jean Daniel, il a joué un rôle certain dans l’évolution des esprits en conduisant même de véritables mutations idéologiques. Je pense au rôle joué par l’historien François Furet, dont l’interprétation de la Révolution amena à l’abandon d’une certaine historiographie classique. Je ne lis plus guère L’Obs d’aujourd’hui, non qu’il manque de talents, mais il est très loin de produire l’émulation intellectuelle du Nouvel observateur.

Et ce n’est sûrement pas l’offensive menée dans son dernier numéro contre le cardinal Barbarin, dont il prétend nous révéler « la face cachée » qui va me réconcilier avec lui. La réputation de l’auteur de la charge, Frédéric Martel, a sans doute compté pour susciter le scandale et il est d’ailleurs vraisemblable que son incroyable portrait de l’archevêque de Lyon aura du succès auprès de ceux qui n’ont de cesse d’avoir la peau du cardinal. Mais autant dire que L’Obs en commettant cette mauvaise action, s’apparente désormais à la presse poubelle. Je ne dis pas seulement cela par colère, mais en tant que journaliste attaché à une certaine discipline professionnelle.

Le dossier de Frédéric Martel, c’est du pur roman, qui n’aura d’effet que grâce à ses sous-entendus et des accusations dont il reconnaît qu’elles ne sont pas fondées sur des preuves réelles. Je n’en puis faire l’analyse, qui occuperait plusieurs de mes chroniques. Mais je signale à mes auditeurs et à mes lecteurs qu’ils pourront trouver sur Twitter une réfutation précise de la curieuse enquête de L’Obs à partir de données factuelles et vérifiables dues à Natalia Trouiller, qui connaît particulièrement bien le dossier, pour avoir travaillé à l’archevêché de Lyon. Mais il me faudra revenir sur une offensive contre l’Église, qui s’apparente à ce qu’on appelle du maccarthysme. Je ne suis pas, en effet, assez masochiste pour supporter une certaine mauvaise foi, qui se veut meurtrière.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 25 novembre 2019.

Messages

  • Dès le début de l’affaire Preynat, rapidement transformée dans les media en "affaire Barbarin", des messages ont copieusement alimenté le forum de France catholique sur le sujet. En s’y rapportant on remarquera que, bien au-delà du prélat des Gaules et quelles que soient les origines des attaques, elles visaient en fait l’’Eglise catholique. Superflu d’ajouter que cette "affaire" s’est vendue comme des petits pains, tel le pavé sur la sodomie chez les ecclésiastiques cathos.

    A ce sujet, des propriétaires d’animaux rapportaient que l’unique cabinet véto de leur Commune aurait plus que doublé son chiffre d’affaires par la multiplication de vaccinations inutiles, d’interventions chirurgicales pratiquées sur des toutous et minets en parfaite santé et, enfin, par la vente de jouets-camelote vivement conseillés pour la santé motrice et mentale de nos amis les bêtes. Pourquoi dès lors s’étonner du fait que cette officine ait été baptisée "usine à fric"...

  • Il fallait sans doute un tel article pour se souvenir que feu "le nouvel observateur" existait encore sous l’appellation de "l’observateur". Qui s’en soucie ? Qui le lit ? d’ailleurs qui lit encore les journaux ?
    A défaut de journalistes, nous avons toute une cohorte de petits commissaires du peuple, de sycophantes : ils "enquêtent" mais toujours avec une idée derrière la tête donc ils enquêtent à charge et obéissent à la voix de leur maître...
    Dieu sait que je ne pense pas grand bien des évêques : leur production "littéraire" à la conférence des évêques n’est pas là pour me réconcilier avec leur pensée bonace et imbuvable...mais je n’aime pas que l’on tire sur les ambulances...
    A défaut de lire un journal piteux et subventionné comme l’Obs, relisons plutôt la Chanson de Roland merveilleux texte fondateur que l’évêque de Rome fustige

  • Merci à Patricia Lambert d’évoquer "La Chanson de Roland", occasion de revenir aux chansons de (la) geste de nos cours de littérature. Occasion également de rechercher et avoir trouvé l’allocution intégrale prononcée par le pape le 18 novembre dernier à Rome devant les responsables de l’IDI d’Argentine. Ce discours de François publié et traduit par "Multimedia" en anglais, italien et espagnol semble avoir oublié le français. En supposant que l’adresse était en espagnol et s’il était permis, quelques précisions :

    Le pape a d’abord repris les mots du document co-signé à Abu-Dhabi sur la fraternité humaine : "Il n’y a pas d’alternative : ou bien nous construisons l’avenir ensemble ou il n’y aura pas d’avenir" ; il a rappelé également les guerres du XXe siècle, les accords de Yalta etc ; ailleurs : "Il me vient à l’esprit comme un symbole une scène de la "Chanson de Roland" qu’il relate. Se serait-il trop avancé en citant ce passage comme historiquement avéré, et d’ailleurs l’est-il ? Il n’a pas manqué non plus de rappeler la Saint-Barthélémy.

    Bref, il est toujours intéressant de lire et d’écouter, si possible, les discours politiques et religieux puisque le plus souvent déployés dans les media par bribes et petits morceaux de phrases, d’où risques de confusion entre vérité et mauvaise interprétation.

  • Cela vous embete énormément que toutes les déviances et surtout sexuelles de ces monsieur d églises soit ainsi dévoilées.

    X

  • Le nouvel obs d’autrefois n’était que la vitrine de la gauche caviar qui est aujourd’hui régnante dans les grands médias et dont la macronie, via les réseaux strausskhaniens, est aussi la résultante. Aussi je ne comprends pas l’eloge que peut en faire malgré tout Gérard Leclerc. Jean Daniel n’était il pas le prototype, au sens étymologique, du "bobo" contemporain ?

  • En couverture, des accusations qui ne veulent rien dire, car trop vagues :
    liens avec l’extrême droite (pourquoi pas l’extrême gauche) ; quel intérêt commun
    répréhensible entre le Cardinal et le patronat ? Cette couverture veut interpeller, choquer , cela promet des révélations croustillantes donc une belle vente du numéro
    De Hitler dans "ma doctrine" : "la propagande est un moyen et doit par conséquent être jugée par rapport à son but"
    Le but ici, par son outrance : se dire Il y a un évêque corrompu
    Les évêques sont-ils tous corrompus ?
    Pas sûr
    Peut-être...

  • Frédéric martel est décidément odieux et méprisable par sa mauvaise foi et son acharnement systématique contre l Église. Ces attaques le desservent Et retourneront contre lui. Mais croit il un instant qu il fait le poids face au Tout Puissant et a une institution etablie depuis des millénaires ?
    Je pense qu’il attaque d autant plus que pas grand monde ne l ecoute et qu il sent qu il perd ett qu il ne

  • Cet acharnement contre le cardinal Barbarin, déjà très éprouvé par la chasse médiatique dont il est l’objet est indigne et bien peu courageux car il frappe quelqu’un à terre. Que veut-il encore ? Le tuer psychologiquement ? Ces "humanistes" défenseurs soit disant des droits de l’hommes sont les Saint -Just de notre temps.
    Mgr Barbarin en a plutôt trop fait dans leur direction à mon goût en étant assez proche de Collomb et en incitant à faire voter Macron. Que l’on n’aille pas tenter de nous faire croire maintenant qu’il était d’extrême droite !!!!!

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.