Le grand oral de Macron devant les maires : un tournant ?

par Denis Lensel

mercredi 16 janvier 2019

Emmanuel Macron a passé mardi 5 janvier plutôt brillamment l’épreuve de longue haleine du grand oral de 7 heures d’affilée des échanges de questions et réponses avec 600 maires de Normandie. Il a répondu à une soixantaine de questions ou d’interpellations sur les thèmes les plus divers, de la réglementation de la circulation automobile (y compris les 80kmh d’Edouard Philippe, une mesure qu’il n’a jamais réellement approuvée) aux ficelles de la fiscalité en passant par les emplois aidés et la vie associative. Le président de la République quinquennale a déclaré d’entrée de jeu qu’il entend chercher à réduire quatre « fractures » : la fracture sociale évoquée en vain par Chirac en 1995, la fracture économique provoquée par la crise mondiale de 2008, la fracture territoriale dont souffre la « France périphérique », grand réservoir de « Gilets jaunes », et une fracture démocratique ouverte et béante depuis le referendum de 2005 non respecté sur l’Europe supranationale…

Plusieurs maires ont exprimé leur crainte de voir des extrémistes s’emparer du pouvoir en France…

A la fin de la soirée, ce « marathon » verbal qui tenait de la performance physique pour Macron a été salué par des applaudissements nourris de ces maires normands rassemblés en Etats-Généraux régionaux. Bravo l’artiste ? Sans doute ! Cela se traduira-t-il par un début de revirement de l’opinion en faveur du président ? A voir… Prochain test pour Macron vendredi devant d’autres maires français, dans le département du Lot…

Toutefois, auparavant, à l’écrit, la copie de la « Lettre aux Français » de Macron, quoique bien préparée, comportait une fâcheuse lacune : pas un mot sur le thème de la famille, pourtant capital pour l’avenir de la France… Il est vrai que ce genre d’oubli est devenu un fait courant chez les dirigeants de notre pays depuis plusieurs mandatures présidentielles… Espérons que le « grand débat » national annoncé permettra de rappeler l’importance des questions de la politique familiale.

Messages

  • Aucune confiance dans cette opération de communication, et ce même après la 2e rencontre ! Il faut aussi regarder l’attitude, le mépris, les mensonges. Grande inquiétude pour la France qui est en train d’être démantelée. Il est urgent qu’elle quitte la zone EURO pour retrouver son autonomie, sa marge de manœuvre.
    Le gouvernement actuel n’a plus aucune crédibilité et devrait démissionner. S’informer est un devoir nécessaire pour tous les citoyens amoureux de la FRANCE.

  • Au cours d’une discussion entre amis quelqu’un a fait remarquer que, lors du grand débat à Souillac le 18 janvier 2019, un passage a été totalement oublié par les commentateurs politiques sur les chaînes TV : alors que les maires posaient leurs questions au président de la République, concernant les écoles un seul élu s’est adressé nommément à M. Blanquer : "Monsieur le ministre, etc...". Nul, dans l’assistance, n’a pu dire si le ministre lui a répondu. Bien qu’inédit, ce fait ne revêt peut-être aucune importance ?

  • Emmanuel Macron n’a que faire des récriminations des Français . En revanche, les experts en marketing ("tout s’achète et tout se vend") qui entourent le supra-technocrate élyséen ont su retourner tactiquement la situation.
    En effet, sous prétexte de nourrir le "grand débat", E. M., fondateur et chef suprême du parti qui porte ses initiales, En Marche, est entré en campagne (pour les européennes). Une fois encore aux frais de la collectivité, par un tour de passe-passe comme il en a usé précédemment et, bien sûr, sans décompte du temps de parole et d’antenne. Tout bénef’ pour le fringant mari de Brigitte, face aux concurrents qui, eux, se verront décomptées scrupuleusement toutes leurs interventions (ainsi que les frais engagés) dans le cadre de la prochaine campagne électorale.

    Position dominante et concurrence déloyale, ce ne sont pas les scrupules qui vont étouffer le locataire de l’Élysée.

    Pour ce qui est de sa "lettre", plutôt qu’une lecture fastidieuse et indigeste de ce qui apparaît comme une énième manœuvre de diversion et de propagande (aux accents parfois pitoyables, cf. la ministre Schiappa qui va jouer les présentatrices dans l’émission TV de Cyril Hanouna, un des chantres de la vulgarité et de la dérision ; émission qui flirte en permanence avec l’obscénité... Est-ce cela que réclament les Français en gilet jaune ?), autant s’en remettre au décryptage impertinent d’un blogueur qui connaît le sujet :

    https://m.youtube.com/watch?v=FTMjlVeR6-c (21’18")

    PS Monsieur Macron se montre sourcilleux (et quelque peu parano) quant aux interventions (réelles ou fantasmées) de l’étranger dans la politique française.

    Pourtant, il vient de se prononcer très officiellement, il y a quelques instants, contre le Président Maduro et en faveur du coup d’état qui vient de le renverser !
    C’est le vieux slogan mai-soixante-huitard réactualisé : « pas de liberté pour les ennemis de l’ultra-libéralisme », devise discrète de la Macronie et de ses oligarques...

  • Emmanuel Macron n’a que faire des récriminations des Français . En revanche, les experts en marketing ("tout s’achète et tout se vend") qui entourent le supra-technocrate élyséen ont su retourner tactiquement la situation.
    En effet, sous prétexte de nourrir le "grand débat", E. M., fondateur et chef suprême du parti qui porte ses initiales, En Marche, est entré en campagne (pour les européennes). Une fois encore aux frais de la collectivité, par un tour de passe-passe comme il en a usé précédemment et, bien sûr, sans décompte du temps de parole et d’antenne. Tout bénef’ pour le fringant mari de Brigitte, face aux concurrents qui, eux, se verront décomptées scrupuleusement toutes leurs interventions (ainsi que les frais engagés) dans le cadre de la prochaine campagne électorale.

    Position dominante et concurrence déloyale, ce ne sont pas les scrupules qui vont étouffer le locataire de l’Élysée.

    Pour ce qui est de sa "lettre", plutôt qu’une lecture fastidieuse et indigeste de ce qui apparaît comme une énième manœuvre de diversion et de propagande (aux accents parfois pitoyables, cf. la ministre Schiappa qui va jouer les présentatrices dans l’émission TV de Cyril Hanouna, un des chantres de la vulgarité et de la dérision ; émission qui flirte en permanence avec l’obscénité... Est-ce cela que réclament les Français en gilet jaune ?), autant s’en remettre au décryptage impertinent d’un blogueur qui connaît le sujet :

    https://m.youtube.com/watch?v=FTMjlVeR6-c (21’18")

    PS Monsieur Macron se montre sourcilleux (et quelque peu parano) quant aux interventions (réelles ou fantasmées) de l’étranger dans la politique française.

    Pourtant, il vient de se prononcer très officiellement, il y a quelques instants, contre le Président Maduro et en faveur du coup d’état qui vient de le renverser !
    C’est le vieux slogan mai-soixante-huitard réactualisé : « pas de liberté pour les ennemis de l’ultra-libéralisme », devise discrète de la Macronie et de ses oligarques...

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication