Le droit d’asile de l’Église

par Gérard Leclerc

jeudi 14 juin 2018

Une pétition publiée par Le Monde et signée par tout un groupe d’intellectuels, d’où se détache le nom du doyen de la sociologie qu’est Edgar Morin, fait une proposition singulière pour parer à l’énorme problème des migrations, que l’affaire de l’Aquarius vient de relancer : « En attendant que les démocrates de tous les pays européens se battent pour une politique commune d’hospitalité digne, nous appelons ici les représentants des institutions qui ont précédé historiquement l’État-nation, bien avant le XIXe siècle, à se souvenir de ce qu’ils prêchent, rappelé sans cesse par le Pape catholique actuel : ouvrir largement les lieux d’hospitalité aux personnes en exil. » Ce texte n’est-il pas étonnant, surtout lorsqu’on considère ses signataires qui ne sont pas précisément des fidèles de l’Église catholique ?

Mais il faut vraiment des circonstances singulières pour que soit ranimée cette ancienne notion de droit d’asile des lieux d’Église, qui avait cours au Moyen Âge en régime de chrétienté. Ce n’est pas d’ailleurs le christianisme qui est à l’origine d’un tel droit, qui existait déjà en régime païen. Il s’est trouvé confirmé et précisé avec le passage de l’Empire romain à la foi chrétienne, notamment grâce aux Pères de l’Église. Cependant, on a assisté à son déclin et à sa suppression avec la montée en puissance de l’État moderne, qui ne pouvait supporter d’exception à son autorité juridique. C’est dire qu’en République laïque, le retour à un tel droit d’asile réservé à l’espace religieux est plus qu’incongru, il est littéralement ahurissant. Et il faut s’attendre à la réaction la plus vive des défenseurs de la laïcité.

Et pourtant les signataires de ladite pétition ne sont pas suspects d’être des adversaires de la laïcité. On s’interroge simplement sur la possibilité juridique de leur proposition dans le cadre de notre État de droit. Ils posent néanmoins une question des plus intéressantes et sans doute des plus pertinentes. N’y a-t-il pas place, en face de la dureté de l’État de droit, pour une sorte d’espace de la charité, voire même d’un ministère de la charité que me semblent bien incarner notre pape François et un évêque comme Mgr Xavier Malle, évêque de Gap, qui s’est affirmé très fortement ces temps-ci comme défenseur de la charité en faveur des migrants ? Je sais qu’en esquissant une telle proposition je risque l’explosion, y compris de la part de mes propres amis. Je pose néanmoins la question, conscient de son extrême difficulté.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 14 juin 2018.

Pour aller plus loin :

Messages

  • L’archevêque syriaque orthodoxe de Mossoul Daoud Sharaf a envisagé dans une vidéo, à propos des migrants , que les Irakiens mettent un jour des caravanes à la dispositions des Français car ils finiront par se réfugier en Irak. L’archevêque avait du fuir son pays , au contraire le Pape est jusque maintenant, à l’abri au Vatican

  • Oui a l’Asile surtout que pour bien de ce pays c’est les pays riches qui on provoqués les désordres, mais pour le reste ne devrions nous pas attaquer le problème a la racine et le dénoncer. Pour bien des endroits le flux n’est il pas voulu et entretenu par intérêts du propre pays d’origine qu’il soit Financier , mafieux ,idéologique,religieux , sans oublier l’argent récolté par les passeurs mettant une embarcation bien neuve aujourd’hui , sachant qu’un bateau va les secourir avec tout le risque que cela comporte
    TOUS LES MIGRANTS SERONT ILS HEUREUX au bouts de la route l’argent sera toujours la pour exploiter l’être humain et leur racine seront détruite
    Je crois que l’intérêt des grands de ce monde qui nous dirige Politique voir religieux , est avant tout le profit qu’importe la souffrance
    Il est facile de parler d’accueil ou d’asile , aller en parler a celui qui est confronté auprès d’eux, qui subisse le problème pas a ceux qui ne font que d’en parler sans en être confronté vraiment au quotidien seulement pour être vu et paraître .

  • Oui a l’Asile surtout que pour bien de ce pays c’est les pays riches qui on provoqués les désordres, mais pour le reste ne devrions nous pas attaquer le problème a la racine et le dénoncer. Pour bien des endroits le flux n’est il pas voulu et entretenu par intérêts du propre pays d’origine qu’il soit Financier , mafieux ,idéologique,religieux , sans oublier l’argent récolté par les passeurs mettant une embarcation bien neuve aujourd’hui , sachant qu’un bateau va les secourir avec tout le risque que cela comporte
    TOUS LES MIGRANTS SERONT ILS HEUREUX au bouts de la route l’argent sera toujours la pour exploiter l’être humain et leur racine seront détruite
    Je crois que l’intérêt des grands de ce monde qui nous dirige Politique voir religieux , est avant tout le profit qu’importe la souffrance
    Il est facile de parler d’accueil ou d’asile , aller en parler a celui qui est confronté auprès d’eux, qui subisse le problème pas a ceux qui ne font que d’en parler sans en être confronté vraiment au quotidien seulement pour être vu et paraître .

  • @ Gilberte

    Information inédite mais qui ne saurait être mise en doute. C’est dans le contexte de la situation qui perdure depuis 2011 en Irak, en Syrie et dans une moindre mesure dans les pays limitrophes ou sévit Daech, que Mgr Sharaf a dû s’exprimer. La phrase rapportée vise, en principe, l’Occident impliqué dans cette situation, et semble aussi lapidaire que justifiée. C’est ainsi qu’elle devrait être comprise.
    Tous les responsables religieux chrétiens de la région ont, à maintes reprises, appelé au discernement et à la recherche de solutions. Il ne semble pas, à ce jour, qu’ils soient entendus. Etant parfaitement au courant des manoeuvres et autres
    volontés de déstabilisation ils se sont dernièrement réunis en synode spécial. Si Mgr Jean-Clément Jeanbart, archevêque melkite d’Alep, avait en son temps et à juste titre évoqué "un véritable déplacement de populations", un chef d’Etat de la région s’est exprimé dernièrement en ces termes : existe l’"utilisation d’une politique qui pousse à l’exode non seulement les musulmans mais aussi les chrétiens". Stricte réalité.

    Pour en venir à l’article de Gérard Leclerc à propos du texte de la pétition publiée par "Le Monde" il est important de noter ces mots : "....n’est-il pas étonnant surtout lorsqu’on considère ses signataires qui ne sont pas précisément des fidèles de l’Eglise catholique".

    Pour arrêter d’aller, comme on dit, "par quatre chemins", la situation est claire : il y a, d’un côté, exodes forcés càd déracinement d’autochtones se traduisant, de l’autre côté, par de fort problématiques invasions. Alors que la solution serait d’arrêter d’entretenir, d’armer et d’alimenter les hordes de coupeurs de têtes. Ce faisant, la reconstruction des pays objets de criminelles démolitions sera un des vecteurs indispensables qui encouragerait les peuples à rester chez eux.

    (Il a été jugé parfaitement inutile de faire la moindre allusion au mot "paix" étant donné qu’utilisé vainement des milliers de fois il n’a plus aucun sens).

    Nul besoin de miracles pour arrêter les hémorragies migratoires, juste peut-être un minimum de volonté politique. Mais ça...

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.