Dieu et la politique

«  Le catholicisme est l’identité
de la France  »

propos recueillis par Constantin de Vergennes

mercredi 5 janvier 2022

Vitrail représentant Saint Louis, église Notre-Dame-de-l’Assomption, Izernore, Ain.
© Mfrays / CC by-sa

En allant aux sources antiques de la démocratie, Michel De Jaeghere, auteur du Cabinet des antiques (éd. Les Belles Lettres), met brillamment à jour les reniements successifs qui ont conduit à évacuer le spirituel de la politique.

Peut-on comparer la démocratie athénienne et notre démocratie moderne, présentée comme son héritière ?

Michel De Jaeghere : Il y a entre l’une et l’autre de nombreuses différences. L’une d’entre elles est peu connue et pourtant fondamentale : elle tient à ce que la démocratie athénienne légifère très peu. Elle le fait d’autant moins que les Grecs reconnaissent l’existence d’une loi supérieure, dont on trouve l’écho dans le fameux dialogue d’Antigone et de Créon sur la «  loi divine  », dans lequel la première conteste au second le pouvoir de donner des ordres qui iraient contre cette loi divine. Il ne s’agit pas véritablement d’une loi religieuse – elle n’est pas révélée –, mais de ce que nous appelons, depuis saint Thomas d’Aquin, la «  loi naturelle  ». C’est une loi que les Grecs déduisent des caractères de la nature humaine. Elle permet à l’homme d’accomplir dans leur plénitude et leur perfection son caractère social, son sens de la justice, son aspiration à la transcendance, son amour du vrai, du beau et du bien… Et cette loi est considérée comme supérieure à la volonté populaire. C’est l’une des différences essentielles avec la démocratie moderne, dont le principe constitutif est que la loi, selon l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, est «  l’expression de la volonté générale  ». Les Grecs pensent le contraire. Certes, dans les deux systèmes, on délibère sur la notion de juste. Mais, à Athènes, le peuple dit : «  Je le veux parce que c’est juste  », alors que dans notre système, le peuple dit : «  C’est juste parce que je le veux.  »

Que faudrait-il pour réhabiliter la loi naturelle ?

La loi naturelle a longtemps été véhiculée par l’Église catholique, qui pourrait commencer par l’enseigner de nouveau comme le fit, en son temps, Jean-Paul II. La loi naturelle a mauvaise presse, car on l’a soupçonnée d’être une espèce de cache-sexe des catholiques pour imposer la loi religieuse sous un autre nom, alors que ce n’est pas le cas, puisqu’elle est enseignée par Aristote et Cicéron, qui ne sont pas des Pères de l’Église.

Chez saint Thomas d’Aquin, on trouve l’idée selon laquelle la grâce n’abolit pas la nature : les commandements de Dieu sont rationnels et vont dans le même sens que la loi naturelle. On peut ainsi très bien y obéir en raison, car ils correspondent aux caractères de la nature humaine. Il faudrait donc une réforme intellectuelle et morale qui permette à nos contemporains de se ressaisir de l’idée de nature humaine. Car sont-ils encore tous persuadés qu’il y a une nature humaine spécifique, et que l’homme n’est pas un animal comme les autres ?

En brossant le portrait de la société antique, vous expliquez que l’apparition de la foi chrétienne a bouleversé le lien entre le temporel et le spirituel…

Dans la cité antique, le temporel et le spirituel sont confondus. Depuis la préhistoire, l’origine des sociétés est religieuse. Cela se vérifie pour les premiers États aussi bien que pour la Cité grecque ou lors de la fondation de Rome… Chaque fois, ce qui permet de dépasser le stade tribal, c’est la possession de dieux en commun.

Dès la préhistoire, les premiers bâtiments publics qui apparaissent dans les premières agglomérations sont consacrés au culte ! Le culte a précédé la culture : c’est parce qu’on avait un culte commun qu’on a eu une langue et une culture communes et qu’on a pu construire des sociétés politiques. Dans la cité antique, cela s’est traduit par une confusion complète du temporel et du spirituel, puisque les religions païennes n’étaient pas des religions du salut, mais de la prospérité ici et maintenant.

Retrouvez l’intégralité de l’entretien et de notre Grand Angle dans le magazine.

Messages

  • Le sujet est premier pour nous en France. pour des raisons spirituelles et éthiques qui divergent sur
    l’origine de la pensée dominante du pays.

    La France respire avec ses deux poumons que sont le civil et le religieux, le républicain et le spirituel.

    Le pays réfléchit avec ses deux cerveaux qui sont le profane et le chrétien.
    La nation discute avec ses deux avis qui demeurent la connaissance objective et subjective de l’origine des connaissances et des savoirs.

    Le dialogue des consciences se départage entre les moralistes et des sceptiques de la décision publique, rendue par trop souvent opportune à l’intérêt et au pragmatisme du moment.

    L’entendement des savoirs subit " l’audition sélective" de ce qui donne champ à la liberté individuelle sur les contraintes communes et acquises du vivre ensemble.

    Le culte de la beauté et du vérifiable perce toute idée de déni de la place ou pour le moins des origines chrétiennes du patrimoine public de nos cités.

    Les nier serait infidèle, parjure et faute de jugement intellectuel du passé, du présent et d’un destin lié à l’histoire.

    La tentation schizophrène actuelle de décomposer la contrainte de l’histoire à l’objectif de fonder un avenir sans ses origines passées revient en force et défi majeur par des avis contradictoires et opposés sur ces sujets.

    Le contexte viral et sanitaire du moment se double d’un virus endémique plus sournois, celui du reniement ou de la fuite en avant face à la vérité morale de ce que veut dire être français et croyant aujourd’hui.

    Garder deux yeux ouverts sur le monde, deux oreilles pour écouter les attentes de l’humanité, deux esprits fixés dans les lobes d’un même cerveau connecté entre eux pour jauger le destin de ce qui vient à nous, deux attentes pressées de ce qui déterminera notre futur dans un monde traversé par des courants contrastés, appellent de tous les voeux une source d’inspiration première qui puisse lui prodiguer de l’entendement.
    Le christianisme n’a pas encore tu son dernier mot !
    Il y faudra de la force d’âme en plus pour être entendu, se faire entendre et se laisser cpnvaincre, un autre défi non des moindres dans notre pays, si peu enclin par nature à se laisser guider !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.