Le Pape acteur de la paix

par Gérard Leclerc

mardi 2 mai 2017

On pouvait concevoir quelques craintes pour le Saint-Père à l’occasion de sa visite en Égypte, alors que ce pays vit sous la menace du terrorisme et que celui-ci s’exerce cruellement contre les chrétiens, nos frères coptes. Heureusement, tout s’est bien passé. On peut penser que toutes les mesures de sécurité possibles avaient été prises par le gouvernement. Et c’est, semble-t-il, un climat de confiance et de réconfort qui a régné durant ce séjour papal. L’envoyée spéciale au Caire du Journal du dimanche cite ce propos d’une jeune fille de 19 ans, Irina : « Ces deux jours, l’ambiance en Égypte a changé, elle n’est pas comme d’habitude, les gens sourient, il émane du voyage du Pape quelque chose de magnifique ! » De fait, toutes les images que nous avons reçues du Caire indiquaient que la volonté de François de plaider pour la paix des cœurs transparaissait dans tous ses gestes et dans l’accueil qui leur était accordé par une assistance bienveillante.

Parmi ces gestes, il y eut, bien sûr, l’accolade échangée avec le grand imam de l’université d’Al-Azhar, dont le prestige va bien au-delà de l’Égypte. En la personne d’Al-Tayeb, le Pape a trouvé le meilleur des alliés pour prêcher l’entente entre les fidèles des différentes religions. De l’imam, on a retenu cette formule significative : « L’islam n’est pas une religion du terrorisme réservée à un groupe de suiveurs qui manipulent les textes islamiques et, par ignorance, les interprètent mal. » C’est tout le problème, précisément, il faut espérer que l’imam saura convaincre et entraîner derrière lui tout un monde en désarroi.

Mais le Pape, reprenant l’avion pour Rome, était aussitôt saisi d’un autre drame, celui du Venezuela en pleine tourmente. Ce Venezuela si cher entre parenthèses à notre Jean-Luc Mélenchon ! C’est au Saint-Siège que l’on demande d’intervenir pour trouver une solution qui sortira le pays d’une véritable guerre civile. Ce n’est pas évident, car même l’opposition au président Maduro, successeur de Chavez, n’est pas disposée à une négociation qui la priverait d’une capitulation du régime. Nous pouvons quand même avoir une certitude. Dans notre monde difficile, le Pape est perçu comme un défenseur privilégié de la paix.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 1er mai 2017.

Messages

  • "...les suiveurs qui manipulent les textes islamiques et par ignorance les interprètent mal" L’imam sait très bien qu’il ment et comme on veut se rassurer on le croit et François aussi probablement.
    Un conseil : lisez le Coran en entier ; vous y trouverez 60 sourates demandant de soumettre ou de supprimer les Chrétiens. Et le Coran ayant été "dicté par Dieu lui-même" ( !!!) ON NE PEUT PAS Y TOUCHER ; ON NE PEUT RIEN EN SUPPRIMER. C’est l’ignorance de la majorité des chrétiens et des pasteurs qu’il faut stigmatiser, pas celle des islamistes radicaux qui appliquent le Coran. Quand comprendra t-on cela ? Qui aura le courage de s’informer ? les chrétiens persécutés savent eux que l’imam ment.
    On ne doit pas colporter des mensonges !....

  • La "lecture" de la Bible ne mène à rien. Que dire du Coran dont la compréhension relève de l’exploit. Des islamologues sérieux considèrent les deux périodes mecquoise et médinoise qui diffèrent. Débattre du sujet est difficile ici. Se souvenir du sort réservé en 1985 au Soudan à Mohamed Mahmoud Taha, théologien musulman, pour avoir tenté une avancée...Affirmer qu"’El Tayyeb ment, qu’on le sait et que probablement François le sait, mais on le croit pour se rassurer" : conclusion hâtive ? Essayer de sortir d’ornières millénaires en y entraînant des peuples est impensable sur le court terme, surtout en ces moments de turbulences. Le chemin devant El Tayyeb est semé d’embûches, cela François le sait certainement. Aucun but ne peut être atteint facilement. Mais avec l’aide de la prière et la confiance en l’Esprit-Saint d’abord et en l’homme entr’ouvrir - risque mesuré - une porte à l’accueil serait encourager l’autre dans sa rude entreprise d’"aggiornamento"..

    Engager le pari de la fraternité est téméraire, impossible et surhumain ? Raison de plus pour tout jeter dans le coeur de Dieu. Comme un "fiat" à notre mesure. En ce mois de Marie.

    Viviane Gemayel

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.