Le 25 décembre, un coup marketing de l’Église ?

par Charles Becquérieux

jeudi 5 décembre 2019

Préparez-vous à riposter aux souverains poncifs qu’on va vous resservir d’ici Noël...

La date du 25 décembre n’aurait aucune réalité historique, et résulterait de la christianisation de la fête païenne du solstice d’hiver par le pape Libère, en 354. À vrai dire, pourquoi pas ? On peut même dire qu’un trait caractéristique de la Révélation chrétienne transparaît dans cette récupération du paganisme : la grâce, en effet, ne vient pas abolir la nature ; elle vient la parfaire.
Tout ce que le paganisme contient de bon, de beau et de vrai – et cela fait beaucoup de choses ! – est conservé par le christianisme, pour l’emmener plus loin. D’où le caractère toujours intégrateur et non éradicateur du christianisme. On n’abat pas le menhir. On le surmonte d’une croix. On ne jette pas Aristote à la poubelle, on l’harmonise avec l’Évangile. On ne supprime pas la source sacrée, on la consacre à Marie. C’est l’essence du catholicisme ! Qui n’a jamais vu les splendeurs de la Fête-Dieu (à rétablir d’urgence !) n’a pas idée de ce que peut être la synthèse du meilleur du paganisme avec les plus hauts mystères du christianisme.

En l’occurrence, on ne peut qu’admirer l’idée de faire coïncider la naissance de Jésus, « Soleil de Justice » (Malachie 3, 19) au fond de son étable, avec le solstice d’hiver, qui marque, au cœur de la nuit, le moment où les jours commencent à rallonger, annonçant le grand soleil de juin. Coup marketing de génie, dirait-on dans notre affreuse langue de boutiquiers.Nous pourrions arrêter là notre chronique. Mais non. Coup de théâtre !

Ce que disent les sources archéologiques

Il se pourrait bien que Jésus soit réellement né le 25 décembre. Ouvrons saint Luc (ch. 1). Il dit qu’au moment de l’Annonce faite à Marie, date de la conception miraculeuse de Jésus, Élisabeth était enceinte de Jean-Baptiste depuis six mois. En outre, l’évangéliste nous apprend que la conception de Jean-Baptiste remontait au moment où son père, Zacharie, « prêtre de la classe d’Abia », était en service au Temple. Or, des archéologues ont trouvé dans les manuscrits de Qumran le calendrier des tours de service des différentes classes de prêtres. Il s’avère que, pour la classe d’Abia, c’était le mois de septembre. Voilà qui nous donne l’enchaînement suivant : conception de Jean-Baptiste fin septembre ; conception de Jésus fin mars ; donc, naissance de Jésus neuf mois plus tard… fin décembre ! CQFD.

On rappellera au passage que, dans l’Église orthodoxe, la conception de Jean-Baptiste est, comme par hasard, fêtée le 23 septembre, ce qui concorde avec la découverte des archéologues. Bien sûr, il reste une objection : les moutons ! Dans l’Évangile, on dit en effet que la nuit de la naissance de Jésus, les moutons étaient dehors. Or, diront certains, pendant les nuits d’hiver, les moutons ne sont pas dehors, ils sont à la bergerie. Je réponds que Bethléem, ce n’est pas Domrémy ! Les nuits d’hiver, il y fait au pire 10° C, pas -10° C ! Il fait même souvent très doux. Et puis, disent les historiens, certains moutons – d’une certaine race, destinée aux sacrifices du Temple – ne rentraient jamais à la bergerie. Voilà qui relativise l’argument météorologique.

Cerise sur le gâteau, il se pourrait que ce soient les Romains qui aient cherché à paganiser une fête chrétienne, et non le contraire ! Quand on évoque la fête romaine du soleil, on s’imagine en effet qu’il s’agissait d’une fête immémoriale, fixée au 25 décembre depuis longtemps. Mais pas du tout. C’est une fête postérieure à la naissance du christianisme. Elle fut créée de toutes pièces par l’empereur Aurélien en 274, – sous le nom de « Jour natal du soleil invaincu » – dans le but d’unifier l’Empire sous un culte unique, issu du culte oriental de Mithra, à une époque où le christianisme menaçait déjà sérieusement le paganisme. Les Romains, jusque-là, ne fêtaient rien le 25 décembre : les Saturnales se terminaient le 20.

Or, si, à cette époque, la date de Noël n’était pas encore officiellement fixée par les chrétiens, un certain nombre de communautés la célébraient déjà le 25 décembre ; en 204, Hippolyte de Rome en parlait déjà comme d’une date bien établie, dans son Commentaire de Daniel (4, 23, 3). Contrairement à toutes les tartes à la crème qu’on nous ressort chaque année, il n’est donc pas impossible que la création de la fête du Sol Invictus ait été une réaction païenne à la montée en puissance de la fête de la Nativité !

Pour aller plus loin :

Messages

  • Ah, Charles...certains de vos billets m’ont laissé pour le moins dubitatif et parfois perplexe, mais là, je dois le dire : celui-ci est excellent ! Merci.

  • Avant ce "coup de marketing", "La Bible au secours de la GPA" : le sujet, la façon dont il est présenté, le style parfois en malicieux mais élégants "coups de patte", encore un de ces billets du même auteur auquel, non seulement on ne peut pas rester insensible, mais qu’on lit avec délectation. Et que dire de la conclusion envoyée en quelques mots, de quoi stopper net les explications les plus élaborées sur les vertus la GPA.

    Un véritable régal à déguster sans modération.

  • J’ai entendu dire que la naissance du Christ avait d’ abord été célébrée au Printemps , puis devant la persistance de la Fête du Solstice d’ Hiver , très importante en Europe chez les Gentils , qu’elle avait été rapprochée d’ abord en Janvier avant que d’ être définitivement placée le 25 Décembre ,
    très proche du Solstice d’ Hiver...
    Ce serait pour cela que certains Chrétiens des Origines (Arméniens ) continuent à la célébrer en Janvier...ultime avatar du marketing ! Le confirmez-vous ?

  • La démonstration plaide pour une naissance le 25 décembre. Au cours d’un séjour à Jérusalem à la Noël (1982 ou 1983 j’ai oublié), il tombait de la neige devant le mur des lamentations et j’ignorais qu’une race de moutons était résistante au froid, je suis rassurée
    Reste à expliquer l’étoile qui a guidé les Rois mages. Certains astrologues avaient détecté une conjonction de planètes au solstice de juin et l’avaient prise pour l’étoile des Rois mages. Qu’y avait-il donc dans le ciel au solstice d’hiver ?

  • Comme on le sait, en hiver dans cette région la neige tombe régulièrement et abondamment sur les montagnes du Liban, parfois sur quelques hauteurs en Syrie et aussi, mais plus rarement, en Palestine.
    Par ailleurs, ceux qu’on appelle "les Rois mages" étaient, dit-on, des scientifiques, quant aux moutons, enveloppés de pure laine comme ils le sont, pourquoi iraient-ils se réfugier dans la bergerie à cause de quelques flocons de neige qui tapissent légèrement et très provisoirement le sol.
    Les chrétiens orthodoxes orientaux fêtent la Nativité le 7 janvier (sauf erreur seuls les orthodoxes de Grèce ont rejoint les catholiques à la fin du XXe siècle pour fêter Noêl le 25 décembre).
    Enfin, de solstice d’été en solstice d’hiver, de calendrier julien en calendrier grégorien, de savants en rois mages, de brebis frileuses en moutons résistants, une chose est en tous cas sûre et certaine : Jésus est venu, Jésus est né !
    Et que fleurissent partout des milliers de crèches !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.