Entretien avec Mgr GUDZIAK

La vocation de l’Ukraine

propos recueillis par Vincent AUCANTE

mardi 28 avril 2015

Évêque de l’éparchie gréco-catholique ukrainienne de Saint-Volodymyr-le-Grand, Mgr Borys Gudziak a juridiction sur la France, le Benelux et la Suisse. Nous l’avons interrogé sur la situation politique dans son pays d’origine.

■ Quelle est la situation actuelle en Ukraine ?

La situation de l’Ukraine et des Ukrainiens est très difficile : c’est la guerre, et en même temps la situation économique est très dégradée. Le pays est comme enfermé, bloqué entre l’Europe et la Russie. Il est aussi comme amputé avec une jambe en moins, la Crimée occupée, et une blessure dans le flanc, les séparatistes du Donbass. C’est très dur chaque jour pour la population qui a témoigné par le chant et la prière pour la démocratie et contre la corruption. En Crimée notamment, les écoles ukrainiennes ont toutes été fermées, comme en Russie où l’enseignement de l’ukrainien n’est pas autorisé, tout comme la fondation de paroisses gréco-catholiques ukrainiennes.

■ Quelles sont les relations avec la Russie ? Comment percevez-vous l’action de cette dernière ?

Avec cette guerre, ce sont de vieilles blessures qui se sont rouvertes. D’abord le souvenir de la famine causée par le stalinisme en 1932 et 1933 : nous faisons mémoire des quatre millions de victimes chaque année lors d’un office à Notre-Dame de Paris. Nous nous souvenons aussi de la persécution des communistes contre tous les chrétiens : ainsi notre Église a été notamment interdite de 1946 à 1989 et ses prêtres martyrisés.

■ Les églises gréco-catholiques ont été confisquées et données aux orthodoxes pendant l’ère communiste, et les relations ont souvent été tendues entre les deux communautés. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Beaucoup de choses ne sont pas retransmises par les médias occidentaux : nous sommes aussi confrontés à une guerre de l’information. Pendant les événements de la place Maïdan, les chrétiens catholiques et orthodoxes se retrouvaient la nuit pour prier ensemble toutes les heures, dans l’obscurité et par un froid de moins quinze degrés. Et ceci pendant trois mois.

La Déclaration commune de toutes les confessions ukrainiennes du 10 décembre 2014 proclame que la rhétorique de la division du pays est immorale, que le dialogue est nécessaire, et qu’il faut lutter contre la corruption. Orthodoxes et catholiques l’ont signée. Ainsi Poutine a fait beaucoup pour l’unité des chrétiens de toutes confessions et pour l’unité du peuple d’Ukraine...

■ Quels sont, selon vous, les objectifs de Vladimir Poutine à l’égard de l’Ukraine ?

Historiquement, l’Ukraine et la Russie sont étroitement liées, depuis le royaume Rus qui s’étendait de Kiev à Novgorod. La Russie, privée de l’Ukraine, se sent donc comme amputée. Mais je pense que ce que veut Vladimir Poutine aujourd’hui, c’est d’abord punir le mouvement de liberté qui a commencé en Ukraine. Ici, la société civile existe, elle aspire à plus de liberté, et ceci n’est actuellement pas envisageable en Russie : c’est un défi pour un régime autoritaire, voire une menace.

Vladimir Poutine veut donc montrer aux Russes que de telles évolutions ne sont pas possibles chez eux. Par ailleurs, Poutine, qui est un ancien officier du KGB — il ne faut jamais l’oublier — est resté attaché aux mythes de l’ancienne Union soviétique. Il l’a d’ailleurs dit à plusieurs reprises : la plus grande catastrophe du XXe siècle, c’est l’effondrement de l’URSS. Il a comme rêve de reconstruire l’empire soviétique, on l’a vu en Géorgie ces dernières années. Et la Russie sans l’Ukraine ne peut, à ses yeux, être un empire, une superpuissance.

■ Quels sont vos espoirs pour l’Ukraine ?

Je souhaite bien sûr la paix et la justice pour l’Ukraine. Nous allons fêter cette année le millénaire du martyre des saints ukrainiens Borys et Hlib : ils sont pour tous les Ukrainiens des modèles en tant que défenseurs de la paix, eux qui ont refusé la violence contre leur frère qui voulait leur ravir le trône. J’ai une totale confiance dans la Providence divine. De grands changements moraux s’opèrent en Ukraine : la reconquête de la dignité a commencé.

Le peuple ukrainien est modéré et veut la démocratie : il a déjà fait, et fait encore, de grands sacrifices ; et là où il y a un vrai sacrifice, il y a des fruits. L’Ukraine a une vocation pour l’Ouest et l’Est. Les Ukrainiens donnent leur vie pour les principes qui sont à la base de la culture européenne. L’Ukraine a aussi une vocation pour l’Est : partager avec la Russie cette dignité donnée par Dieu, fondée dans l’intériorité, dans les relations entre les personnes, avec ses conséquences constitutionnelles, spirituelles et psychologiques : une dignité fondée dans l’authenticité des relations. Après l’autoritarisme du XXe siècle, comment favoriser la paix ?

La réconciliation de la France et de l’Allemagne a été un modèle pour celle de l’Allemagne et de la Pologne. Il faut continuer cette transmission. Nous devons avoir pour objectif la paix entre l’Ukraine et la Russie dans une perspective ouverte au futur.

■ Quel peut être le rôle de votre éparchie dans cette ouverture ?

Je souhaite que notre éparchie [gréco-catholique ukrainienne] devienne un vrai témoin pascal, qu’elle soit un laboratoire pour la recherche contemporaine de la joie et de la paix dans l’Évangile.

Le Seigneur veut notre vie, il nous a donné la vie, il donne la vie éternelle à travers sa Pâque. C’est la plus grande vérité de l’existence humaine, la bonne nouvelle : nous voulons vivre cette vérité et en témoigner. ■

Pour aller plus loin :

Messages

  • Propos malheureusement par trop déséquilibrés. Pour rééquilibrer un peu les choses, je propose que FC interroge des témoins du bombardement et de la destruction par les forces armées de Kiev du beau monastère Notre-Dame-d’Ibérie de Donetsk le 23 janvier 2015.

    • Je proteste vigoureusement contre votre intervention que je n’hésiterai pas à qualifier de malhonnête et d’indigne d’un forum de discussion entre chrétiens...

      Vous êtes complètement imperméable au message de paix et de réconciliation qui inspire Mgr Gudziak. Celui-ci n’a cessé de dire et de redire que les grecs-catholiques et les orthodoxes sont UNIS POUR LA PAIX, sur le terrain ukrainien. Il n’y a qu’une partie de l’Eglise russe en Ukraine qui est derrière les séparatistes, faute d’ailleurs de pouvoir faire autrement pour un certain nombre de pasteurs puisque leurs lieux de culte sont sous contrôle des séparatistes...

      Votre amalgame est ignoble : Mgr Gudziak, en effet, n’est EN RIEN RESPONSABLE de faits de guerre qui sont la conséquence du conflit dans lequel Poutine, par séparatistes interposés, a entraîné les Ukrainiens : ces derniers n’ont jamais voulu faire la guerre mais se libérer d’un régime corrompu et aliéné à Moscou ; c’est Poutine qui les a obligés à prendre les armes pour se défendre. La sécession illégitime aurait d’ailleurs fini par être défaite si Poutine n’avait pas "mis le paquet" en fournissant des troupes de choc qui ont stoppé la reprise du terrain par les forces du gouvernement légitime du pays.

      Tenter de faire un parallèle entre la destruction de l’Eglise grecque-catholique par Staline et un fait de guerre sans doute lamentable est vraiment indigne, je le redis. Je ne sais pas si vous êtes orthodoxe, mais si vous l’êtes, c’est un contre-témoignage chrétien rendu à votre Eglise...Il est évident qu’avec l’esprit qui l’anime, Mgr Gudziak ne peut que déplorer des destructions qui ne feront qu’envenimer les relations entre chrétiens unis à Rome et orthodoxes, comme je le fais sans réserve ici naturellement.

      En revanche, si Mgr Gudziak n’est en rien impliqué dans les opérations militaires, il a soutenu EN CONSCIENCE et sans hésitation la révolution qui s’est produite à Kiev. Il a clairement expliqué que c’est un sursaut de dignité des Ukrainiens qui ont eu le courage de se révolter contre la forfaiture de Ianukovitch et d’affirmer leur volonté d’indépendance et de liberté.

      L’Ukraine n’a pas eu d’autre choix que de résister à la déstabilisation de Poutine par les armes car les séparatistes seraient allés aussi loin que leur aurait permis une absence de réaction armée.

      Non, vraiment, votre message montre à quel point vous (comme d’autres sur ce forum) êtes prisonnier d’une CULTURE DE GUERRE de guerre réveillée par Poutine au point de ne plus pouvoir comprendre ce que dit Mgr Gudziak du désir d’indépendance et de liberté des Ukrainiens..Voilà la perte de vigilance dont nous entretenait Gemayel il n’y a pas si longtemps...

    • cf. : 29 avril 19:15

      @ de Tréglodé

      A propos du monastère Notre-Dame d’Ibérie de Donetsk :
      "Il est détruit par les bombes des milices ukrainiennes pro-gouvernementales le 23 janvier 2015. Seuls les murs tiennent encore debout...". (ENTRE AUTRES sources : réf. internet, wikipedia)...

      Merci.

  • Avis totalement partagé avec Hervé de Tréglodé. Parler de cette crise sans un seul mot de l’immixtion de Washington depuis la fin du communisme soviétique et la doctrine Brezinski est totalement surréaliste. Ce cher monseigneur n’a jamais entendu parler non plus de Georges Soros … ? Merci à FC de donner un tel éclairage, c’est la démonstration que la passion et le sectarisme affectent même les communautés les mieux disposées (p.s. : j’ai « zappé » @pouzoulet , illisible).

    • A JL FAURE

      J’ai connu un vieux curé de campagne, qui, un jour qu’on parlait beaucoup dans les médias du conflit israélo-palestinien, faisait observer à ses ouailles, non sans pertinence, que les conflits irréductibles, ça existait aussi dans nos campagnes avec des gens qui ne se parlaient plus depuis quatre générations pour une histoire d’arbre coupé ou de haie supprimée...Qui ne se parlaient plus...

      Vous avez une drôle de façon de pratiquer le débat contradictoire : vous venez sur le forum pour nous faire savoir tout le mépris que vous portez à certains internvenants avec lesquels vous ne voulez pas communiquer. Et quand vous estimez devoir répondre à ces personnes, c’est pour demander qu’on les censure...Etrange façon de dialoguer...

      Je me permets de faire observer que ce type de comportement prédispose à la guerre civile...On commence par nier l’autre dans ce qu’il dit et ce qu’il est, on le méprise, et on finit par lui taper dessus pour précipiter sa disparition, pas seulement des écrans...

      Il suffit de voir comment les gens ont été conditionnés à l’affrontement par la propagande russe au point d’être incapables de comprendre par eux-mêmes ce que veulent les Ukrainiens...

      L’un des problèmes essentiels qui mine notre démocratie est dans cette incapacité qu’ont les gens à débattre et à argumenter, mais aussi à supporter la contradiction dans le débat qui est l’essence même de la démocratie parlementaire. ll faut annihiler le contradicteur puisque la contradiction est insupportable...Tous les régimes autoritaires fonctionnent d’ailleurs selon le même schéma : faites-les taire...La Russie de Poutine, aussi, malheureusement. Mais pourquoi Poutine craint-il tant une opposition réputée si faible et si impuissante, si l’écrasante majorité qui le soutient est inébranlable ? Peut-être craint-il que le contradicteur de sa politique le mette en difficulté, comme j’essaie de le faire depuis des mois sur ce forum...Car il y a belle lurette qu’en Russie, un blogueur manipulant mes idées aurait été mis hors d’état de communiquer, comme vous le souhaitez...!

      Si vous n’êtes pas d’accord, dites pourquoi...au lieu de pratiquer le "delete"...Peut-être pourra-t-on sortir de l’impasse...Car je vous rassure : l’Ukraine restera un pays voisin de la Russie et les Ukrainiens et les Russes n’ont nullement vocation à se taper dessus pendant des années. Il y a mieux à faire dans la vie, qu’on parle quotidiennement le russe ou l’ukrainien...

    • @ 29 avril 22:23

      Il y a des indignations que l’on sent venir des tréfonds de l’âme et qui méritent attention et respect.

      Il en est d’autres qui ne sont que des effets de manches calculés pour prétoires ou décors théâtraux de scènes de boulevard.

      Tréglodé s’est, lui, contenté de pointer, d’un geste sans emphase et avec une économie de mots, un endroit précis. Il semble bien qu’il ait visé juste...

      Catholiques (Gréco-catholiques ou Uniates, il faut le préciser) et orthodoxes « UNIS POUR LA PAIX », la belle fadaise que voila.

      On a pu voir des membres du clergé, celui du Patriarcat de Kiev (Denysenko, le pseudo Philarète) se prêter à des guignolades indignes comme des "confessions" de combattants casqués et harnachés, de manière très ostensible et démonstrative à trente pas des lignes des forces de l’ordre. Le Patriarcat de Kiev a pris très nettement parti pour l’insurrection.

      Tant qu’il s’agissait de manifestants lambda réclamant plus de liberté, plus de justice, moins d’oligarchie voire une adhésion au mirage européen, on pouvait comprendre cette préférence appuyée du Patriarcat de Kiev.

      Mais dès lors qu’il est devenu évident (et sur place, à moins d’être aveugle, les choses sont vite devenues évidentes) que le mouvement de protestation était largement infiltré par des groupes para-militaires ultra-nationalistes, puis, très rapidement, dominé et dirigé par ces groupes, les religieux auraient dû s’abstenir.

      Voir des religieux - qu’ils soient orthodoxes, gréco-catholiques ou papous - se mettre du côté de la violence, de l’ultra-nationalisme, des Tyagnibok, des Parubyï, des croix gammées, des cocktails molotov, moi je trouve ça parfaitement indigne et répugnant...

      Pouzoulet nous sert à nouveau sa daube : « L’Ukraine n’a pas eu d’autre choix que de résister à la déstabilisation de Poutine par les armes  »...
      Ce genre d’affirmation a déjà été démonté à maintes reprises sur les forums de FC qui traitent de l’Ukraine. On ne reviendra donc pas là-dessus. La propagande avariée ne mérite même pas un octet de réponse.

    • Sont en cause ici les prises de position et déclarations de Mgr Gudziak qu’on s’emploie à dénaturer.

      Mgr Gudziak n’a rien dit et fait de plus que ce qu’un certain nombre d’évêques polonais, dont un certain Karol Wojtyla, ont dit et fait pour leur pays : prendre parti pour la liberté et la dignité de la nation contre un pouvoir corrompu incapable d’assurer le bien commun. Et, pour autant que l’on sache, il l’a fait d’une façon totalement pacifique. De nombreux orthodoxes ukrainiens sont aussi sur cette ligne, fort heureusement. Si le Patriarcat de Moscou est si taisant, c’est bien que ses fidèles en Ukraine sont profondément divisés par la politique de Poutine.

      Mgr Gudziak l’a dit à plusieurs reprises : ils ont surmonté la peur, alors qu’en Russie on a, et de plus en plus, peur de parler vrai. "N’ayez pas peur", ça ne vous rappelle rien ??

      Tréglodé, soit disant pour "rééquilibrer le tableau", voudrait nous entraîner dans une sorte de comptabilité morbide des faits et méfaits d’un camp et de l’autre. Je t’ai bombardé ça, tu m’as bombardé ça...Mais ce n’est pas ainsi que la guerre civile peut être enrayée. Faire comme Tréglodé, ce n’est pas sortir de la spirale de guerre, mais l’entretenir et l’amplifier par le discours : justifier l’enfermement de chaque protagoniste dans la défense exclusive de ses positions alors qu’il est urgent de rechercher des terrains d’entente. Coucy, on peut dire que vous avez usé et abusé jusqu’à écoeurement de cette rhétorique...

      Le seul discours pacifiant est celui que tient Mgr Gudziak : entendre l’aspiration des Ukrainiens à la justice politique, pour ramener la paix par la réconciliation EN CESSANT DE VOIR LES PROTAGONISTES COMME DES ENNEMIS.

      C’est Poutine qui voit des ennemis partout. Il le lui faut pour légitimer son pouvoir et son action... CAR FAIRE JUSTICE AUX UKRAINIENS, CE N’EST PAS FAIRE INJUSTICE AUX RUSSES OU MENACER LA RUSSIE. C’EST EN REVANCHE MENACER LA PERENNITE DU REGIME DE POUTINE DONT LES INTERETS NE SE CONFONDENT PAS AVEC CEUX, VERITABLES, DU PEUPLE RUSSE QUE POUTINE EST EN TRAIN DE RENDRE HAISSABLE EN UKRAINE.

      Mgr Gudziak a bien distingué dans son propos les Russes de Poutine alors que toute la tactique de Poutine est de coller aux Russes comme une tunique de Nessus pour faire croire aux Russes et aux Européens que Poutine, c’est la Russie...

      Oui, Poutine c’est la Russie comme Mussolini c’était l’Italie...des trains qui arrivaient à l’heure et des autostrades... Mussolini aussi a remis de l’ordre, fait de beaux défilés et reconquis des colonies...

      Là-dessus, vous êtes prisonniers de l’effet pervers de la propagande russe au point de l’avoir intériorisée sans pouvoir vous en distancer.

      C’est comme ça qu’on commence une guerre et qu’on ne parvient pas à l’arrêter quand on l’a déclenchée...Merci de la démonstration, refaite malheureusement à nouveaux frais pour les Ukrainiens...y compris ceux du Donbass dont on oublie qu’ils croupissent dans leur enclave-taudis sans que Poutine fasse grand chose pour améliorer le sort de la population qu’il a mise dans une telle impasse politique...

    • cf. : 30 avril 22:29

      Tout à fait d’accord avec l’esprit et la lettre du contenu de ce message, et aussi avec la phrase de clôture : "La propagande avariée ne mérite pas un octet de réponse".
      Une petite précision s’impose - qui n’est pas une réponse -mais une mise au point entrant dans le cadre de ce qui peut être également "avarié", j’entends le détournement de propos. En effet, le message objet de l’intervention "ci-dessus (29 avril 22:232) se termine par la phrase :"Voilà la perte de discernement dont nous entretenait Gemayel il n’y a pas très longtemps".

      FAUX ! "Gemayel" n’a jamais entretenu qui que ce soit sur aucune "perte de discernement". Ce terme se retrouvera aisément dans le message du 27/4 23:45 : "Le coq est avant tout le symbole du discernement" signé de son auteur. Cet auteur étant la seule personne à s’être reconnue (!) dans une intervention précédente datée du 27/4 à 22:26 de "Gemayel".

      Mise au point voulue uniquement par souci de vérité.

      Bon 1er mai...sous plein de brins de muguet !
      (en pensant aux innocents, partout, sous plein de bombes).

  • L’Ukraine a toujours fait partie de l’orbite russe. La révolution de Maidan
    a été faite certes contre un Président corrompu mais aussi sous l’impulsion des vrais responsables de la situation actuelle, que sont l’UE en proposant à l’Ukraine de la rejoindre et plus encore des USA en leur proposant l’intégration dans l’OTAN, véritable provocation vis à vis de la Russie.
    L’OTAN, créée en son temps pour contrer le Pacte de Varsovie, qui a été dissous, ne devrait plus exister sinon pour contrer la Russie. Son attitude vers l’Ukraine est un geste inadmissible et irresponsable. La Russie est un pays d’Europe, plus que la Turquie, et l’attitude de l’UE a son égard est une manifestation d’hostilité qui a généré de celle-ci une réaction de défense bien compréhensible. Quant aux aspects économiques, tout le monde ne peut qu’y perdre. P.Joly

  • @ JOLY à 12h21

    Je suis également de votre avis.
    Pour ce qui est des raisons économiques, on peut trouver des études assez fiables.

    @ Ph. Pouzoulet à 14h07

    qui écrit :
    ’’L’un des problèmes essentiels qui mine notre démocratie est dans cette incapacité qu’ont les gens à débattre et à argumenter, mais aussi à supporter la contradiction dans le débat qui est l’essence même de la démocratie parlementaire. ll faut annihiler le contradicteur puisque la contradiction est insupportable...Tous les régimes autoritaires fonctionnent d’ailleurs selon le même schéma : faites-les taire...La Russie de Poutine, aussi, malheureusement’’ —>mais plus encore ceux qui pensent comme un Pouzoulet, cette pensée dialectique et idéologique type, très française, saturée de politique, issue de la révolution française et qui comporte en germe les régimes autoritaires.
    Lentement et sûrement, la dialectique, surtout avec une telle intensité (névrotique ?) ne mène qu’au néant.

    J’envoie à nouveau ce lien sur une réalité proche de nous, incontournable, antidialectique, où le principe de SUBSIDIARITÉ est actif et pratiqué dans la Confédération Helvétique dont les résultats politiques, économiques et sociaux ne sont plus à démontrer mais à s’inspirer.
    J’envoie à nouveau ce lien sur une réalité proche géographiquement de nous (surtout la Suisse romande) :

    http://www.contrepoints.org/2015/04/18/204961-suisse-neutralite-et-petit-gouvernement-decentralise

    • cf. : 30 avril 20:19

      Je prends la liberté de me référer à l’intervention du 27 avril 20:28 qui "couvrait" le premier envoi du lien indiqué (sous la rubrique "La Russie et l’Europe").

      A toutes fins utiles.

    • Etant dans une rubrique comportant la mention "Ukraine", je me permets de faire part d’une info reçue tôt ce matin sur une chaine télé, concernant la vente au Qatar de 24 Rafale après les acquisitions de cet avion par l’Egypte et l’Inde. L’information ci-dessus présentée (avec un grand sourire de satisfaction ça peut se comprendre) comme, je cite : "des ventes en rafales, c’est le cas de le dire", précisait que le Rafale "avait fait ses preuves en Afghanistan, en Irak et en Ukraine"...

      N’étant pas du tout expert en Economie, Finances, etc...pas plus qu’en Politique, je peux néanmoins me réjouir et ne pas faire la fine bouche. Une interrogation cependant : comment se fait-il que ces ventes aient été effectuées, si l’on peut dire : tout d’un coup "en rafales" après je ne sais combien d’années de sommeil de ces avions sous hangars... Que le Qatar et l’Inde puissent se permettre de payer chacun sa facture tant mieux, mais l’Egypte qui n’arrive pas à sortir la tête de l’eau, avec "quel" argent peut-elle se permettre un tel achat ?
      Il est de ces questions que ma raison ignore...

      Si ces ventes devaient relancer les secteur de l’emploi et d’autres qui sont en panne, tant mieux. L’urgence est flagrante. Cependant, comment savoir si une partie de ces ventes devaient, par exemple, mais je n’en sais rien, servir à rembourser la Russie et éponger les indemnités etc...d’une part, et d’autre part, pour quelles missions possibles le Qatar a-t-il effectué cet achat ?...

      Peut-être que j’anticipe et que mes interrogations ne sont pas d’actualité. Mais ce sont ces précisions sur "les preuves" qui ont été faites par le Rafale qui a fait "tilt" dans ma tête.

      En espérant que bonne utilisation sera faite des ces ventes "en rafale" de ce fleuron de l’industrie française, et aussi que cet avion polyvalent, sauf erreur, n’aille pas attaquer au sol ou larguer, je ne sais, des bonbons sur des régions du monde qui en sont gavées...Si ses missions futures n’étaient que d’effectuer des vols de reconnaissance...

      Qu’on veuille bien pardonner mes appréhensions, peut-être infondées.

  • « message de paix et de réconciliation qui inspire Mgr Gudziak » (29 avril 22:23)

    Avec toute la meilleure volonté du monde, j’ai un peu de mal à y voir de telles choses.
    Il ne suffit pas de dire : « Je souhaite bien sûr la paix et la justice pour l’Ukraine ». Pas un mot, pas un seul mot pour les souffrances terribles endurées par les populations du sud-est ukrainien !!

    Pourtant, c’est bien là qu’on meurt tous les jours que Dieu fait.

    C’est bien là que des dizaines (centaines ?) de milliers de logements sont dévastés par la mitraille, par les obus, par les missiles, par les bombes incendiaires...
    C’est bien là que des crèches, des écoles, des hôpitaux sont ciblés par l’artillerie...
    C’est bien là que plus personne (retraités, notamment) ne touche de la part de ce qui est encore le pouvoir central, les pensions et versements auxquels chacun avait droit...
    C’est bien de là qu’un million de personnes - sous la pression des bombardements et des exactions - ont dû se résoudre à un exode (qui pour un bon nombre sera sans retour)...

    C’est là et nulle part ailleurs dans l’Ukraine !

    Y aurait-il une charité sélective, une compassion sélective ?...
    Pourtant, le message chrétien, le message évangélique demande d’aimer jusqu’à ses ennemis (or jusqu’à une éventuelle partition, les habitants du Donbass sont des compatriotes de Mgr Gudziak).

    Mgr Gudziak évoque les martyrs de l’Ukraine : il en a sous les yeux (enfin, il lui suffirait de sortir de son boulevard Saint-Germain ou de Lviv pour aller voir où ça martyrise) !

    Lorsque je lis, médusé : « De grands changements moraux s’opèrent en Ukraine  : la reconquête de la dignité a commencé », je ne peux en croire mes yeux.
    Si encore c’était BHL qui avait proféré ces mots, je comprendrais. Tout le monde sait désormais comment ce “philosophe” d’opérette opère avec les faits et avec la vérité.
    Mais un évêque...

    Le mensonge est omniprésent dans la bouche des caciques du régime. La liberté journalistique est traquée. La liberté d’expression réduite à sa plus simple expression. La délation la plus sordide est favorisée (il existe même des sites spécialisés qui sont l’anti-chambre du crime politique pour ceux qui y sont placardés).
    Des groupes para-militaires font régner la terreur et sont chargés (voire se chargent eux-mêmes) d’opérations de basse police ; les opposants (ou supposés tels) sont traqués, enlevés, brutalisés ; certains disparaissent (pas de leur propre chef)...
    Des bataillons affichent ouvertement (voir les réseaux sociaux) des idées nationales-socialistes.
    Les lois de la guerre [d’ailleurs, aucune "guerre" n’a été officiellement déclarée par Kiev] les plus basiques ne sont pas respectées : les troupes de Kiev bombardent délibérément (et préférentiellement !) des zones résidentielles civiles ; des prisonniers sont humiliés, maltraités, torturés et exécutés ; des viols sont commis ; les civils “occupés” sont pillés et dépouillés de leurs moyens de subsistance, etc.

    Si des « changement moraux » peuvent être observables en Ukraine, c’est dans le sens du pire ! Et ce sont les factions au pouvoir qui donnent l’exemple, du président (« leurs enfants se terreront dans les caves », osait-il menacer dans un discours officiel que nul, même un évêque, ne devrait pouvoir oublier) au dernier des sympathisants des organisations ultra-nationalistes...

    Quelle dignité ? (*)

    Certains, qui n’ont pas le sens du ridicule de certaines formules, nomment “Maïdan”, la révolution de la dignité. Ne serait-ce que la tuerie du 20 février, cette espèce d’ignoble provocation meurtrière (rien de nouveau sous le soleil, toutes les révolutions et dictatures y ont recours à un moment ou un autre) devrait interdire à tout jamais d’accoler les mots « Maïdan » et « dignité ».

    Les tueurs d’Odessa (2 mai 2014), pourtant connus et identifiés pour un nombre significatifs d’entre-eux n’ont jamais été poursuivis ni même inquiétés par la “justice” de Kiev-Maïdan.

    Dignité ? Changement moral ?

    « Les Ukrainiens donnent leur vie pour les principes qui sont à la base de la culture européenne »
    Quand Mgr Gudziak dit cela, à qui et à quoi fait-il précisément allusion ?

    Les pauvres gars enrôlés plus ou moins sous la contrainte pour aller tuer leurs frères de l’est qu’une Junte oligarco-néonazie leur a dépeints comme des “terroristes” (opération ATO) ?

    Ou les volontaires des bataillons politisés (Garde Nationale, Aïdar, Azov, Dniepr, etc) qui partagent tous la même haine des “Moskalis” et des « sous-hommes » que sont pour eux les habitants du Donbass ?

    * Peut-être celle de parader dans les chancelleries et dans des instances nationales ; celle de recevoir les accolades des dignitaires de l’U.E. ou de la grande Amérique...
    Dignités factices de dignitaires de l’insurrection qui foulent de leurs pieds aussi bien les tapis rouges officiels que les os et le sang des victimes de leurs agissements.

    NB

    La Crimée n’est pas « occupée », nonobstant la parole épiscopale !

    La Crimée, le peuple de Crimée, s’est exprimée démocratiquement au travers d’un référendum dont le résultat est sans ambiguïté : la Crimée a choisi de dire non à la Junte qui s’était emparée de l’Ukraine et du pouvoir au soir de Maïdan.
    La Crimée a préféré rejoindre la Fédération de Russie et, au regard de ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine comme dans le Donbass martyrisé, les habitants de Crimée s’en félicitent et s’en portent bien !...

    • cf. : 30 avril 23:23

      Il me semble comprendre l’amertume exprimée dans le message ci-dessus. Je ne connais pas grand chose de Mgr Gudziak, sauf un peu de sa biographie et, plus amplement, en me basant sur des propos qu’il avait tenus il y a quelques mois sur l’Ukraine, son pays d’origine, et à présent sur les réponses données ci-dessus. La première fois où j’avais "osé" une opinion à partir des éléments dont je disposais, "on" avait failli m’occire avec l’indignation la plus "indignée". Parce que j’avais essayé de donner mon point de vue sur la façon de s’exprimer de ce prélat. (Il est vrai que j’avais, en amont, eu le malheur de mentionner qu’il était né aux Etats-Unis, y avait fait ses études, c’est tout. Bien mal m’en a pris. Peut-être n’aurais-je pas dû....).

      A présent, je vais me baser uniquement sur trois ou quatre ou cinq mots et phrases ci-dessus de Mgr Gudziak :"Crimée occupée". "Famine sous le régime communiste du temps de Staline". Mention du KGB et, oh ! surprise, "Poutine a beaucoup fait pour l’unité des chrétiens" après avoir mentionné les "objets de ce "beaucoup". J’ai eu l’impression d’une phrase tombée là où il ne fallait pas...comme venant "re-diriger" (sans succès) des réponses pour en amortir, disons, une éventuelle gaucherie, bref, en imaginant la voix de Mgr.Gudziak, elle sonnait faux.

      Qu’un homme d’Eglise "se mêle" de politique n’est pas interdit, à condition de se limiter à pointer du doigt les souffrances d’un peuple, d’êtres humains, d’innocents, et ce à la lumière de l’Evangile. Les termes justice, vérité et d’autres peuvent, et pourquoi pas, se trouver sur les lèvres d’un évêque ou d’un prêtre, mais de manière à ce qu’ils ressemblent pas à un jugement, ou une dénonciation...Je m’exprime mal, sans doute... Mais, bon, il devrait y avoir en pareilles circonstances des mots de compassion pour tous, dénonciation de l’injustice en général et appel à la prière et aux puissants de ce monde pour l’arrêt des guerres et une volonté d’oeuvrer pour la paix. Il ne s’agit pas de porter un jugement sur Mgr Gudziak, mais d’exprimer mon vif regret pour la manière dont l’évêque ukraino-étatsunien s’est exprimé. Aurait-il des difficultés avec la langue française ? Aurait-il perdu la feuille sur laquelle étaient peut-être couchées les réponses à donner à l’interviewer ? Quoiqu’il en soit, peut-être, j’écris bien peut-être que Mgr Gudziak aurait dû, au regard de la situation qui prévaut, tourner ses phrases autrement.

      Pour m’exprimer en toute franchise, ce que j’ai trouvé le plus, disons le moins bon dans ce reportage, c’est comme cette petite boulette de pommade appliquée sur une action du Président russe... La montre de Mgr Gudziak est probablement mal réglée, ou alors c’est moi qui n’ai, une fois de plus, rien compris. Qu’on veuille bien m’en excuser.

      En tout état de cause, je pense qu’un évêque en de telles circonstances devrait, au minimum et sauf erreur, porter également sa tenue de diplomate. Dommage que Mgr Gudziak ait oublié la sienne dans sa garde-robes.

    • Vous avez raison. Il est triste, soit dit en passant, qu’un site qui se dit "catholique" participe activement à l’entreprise générale de désinformation. Ce dont notre époque souffre le plus, c’est un déficit cruel de vérité !

    • cf. : 1er mai 20:18

      URGENT

      Il me semble qu’il y a là un petit malentendu et si j’en étais, à Dieu ne plaise, la cause, la moindre des choses serait de demander qu’on m’en excuse.

      Le site FC est tout le contraire d’un site "qui participe activement à l’entreprise générale de désinformation". Où peut-on lire cela ou même beaucoup moins dans mon intervention ? Il y a certainement confusion.

      Le site de France catholique est parmi ceux - sinon le seul - à soumettre des articles et des messages sur le forum etc... où tout le monde s’exprime librement (chacun restant, bien entendu, responsable de ses interventions). Pour ma part, je n’ai nulle part trouvé certaines informations importantes, sauf ici, dans France catholique, alors qu’elles étaient oubliées - ou occultées - ailleurs. Le contenu de mon message auquel il semble être fait allusion, n’est que l’expression d’un regret (très profond) que Mgr Gudziak ne se soit pas exprimé de façon claire, opportune et plus directe, vu justement sa position, son titre, sa mission, etc. Cette interview je dois de l’avoir lue à France catholique, justement, et c’est sur cette base que j’ai émis un billet.

      Je souhaite que ce malentendu, s’il en est, soit vite levé. Il n’y a qu’à bien lire ou relire mon intervention.

      Merci.

    • Je vous prie de n’avoir nulle inquiétude cher Gemayel, j’assume entièrement mon point de vue.
      L’auteur de l’article en question n’intervient pas ici au même titre que vous et moi, comme vous avez, il est de ceux que le site choisit de publier (à moins que je ne me trompe, c’est après tout possible...) et je trouve, c’est du moins mon point de vue, qu’il s’exprime assez clairement pour que ses prises de positions sur la politique internationale ne laissent pas subsister le moindre doute...

    • cf. : 29 avril 19:15

      Sans prétendre m’ériger bêtement en défenseur de de Tréglodé à propos de son message référencé, je m’octroie la liberté de me pencher sur ce qui semble être devenu "l’affaire Gudziak". Un seul but : réitérer ma stupéfaction de constater que ce forum continue d’être, et de plus en plus, une poubelle débordante d’insultes et d’accusations, véritable réceptacle de bile verdâtre et de furie névrotique. Tout cela pourquoi, pour qui ? Pour défendre, parait-il, Mgr Gudziak ! Si ce dernier trouvait utile et urgent de se défendre, il m’est d’avis qu’il en est capable tout seul, comme un grand, en temps, lieu et moyens appropriés. Réduire la victime à la dimension d’un mineur handicapé est loin d’en donner une image flatteuse. Plus, la ridiculiser. Admirons plutôt quelques extraits de cette magistrale plaie d’hoirie (par bouc-émissaire interposé) :

      - "Votre intervention malhonnête... et indigne
      d’un forum de discussions entre chrétiens..."(!!!)
      - "...vous êtes complètement imperméable au message de paix..."
      - "Votre amalgame est ignoble..."
      - "...si vous l’êtes (orthodoxe) c’est un contre-témoignage chrétien rendu à l’Eglise..."
      - "...votre message montre à quel point vous (comme d’autres sur ce forum) (nous y voilà !) êtes prisonnier d’une CULTURE DE GUERRE...".
      Respiration de sérénité...

      Free sample ou échantillon gratuit d’une magistrale défense de la victime, j’ai cité Mgr Gudziak, contre...Contre qui au fait ?
      Non, je n’aurais pas le mauvais goût de m’y mettre ! Ma volonté étant, elle, très claire : devoir déplorer en la stigmatisant, une telle désinvolture, une fois de plus, sans en commenter le contenu, explicite par ailleurs. Simulacre de "défense" n’arrivant pas à couvrir, hélas, de fulminantes expressions s’envolant vers le Ciel en fumantes et nauséabondes volutes de sainteté. On peut se moquer de tout le monde. De Dieu aussi ? Allo ! Dieu ? Aux abonnés absents ? Ah bon, j’ai eu peur...

      Saint Tartr’truffe, ayez pitié de Vous !

    • cf. : 02 mai 09:40

      @ coroman

      Apprécié ce "retour d’ascenseur". Je me disais aussi que je devais me tromper car fait indigne de comoran. Quelle consolation de se retrouver sur ce forum, avec d’autres, en pays de simple courtoisie à travers cette courte et franche mise au point. C’est ce qu’on appellerait : du FC à l’état (presque) pur.

      Merci !

  • Ukrainian President Petro Poroshenko said that the military operation in Ukraine would be stopped when Kiev regained control of Crimea and Donbas territories.

    KIEV (Sputnik) — The ongoing armed conflict in Ukraine will end only after the return of Crimea and Donbas regions under control of the Kiev authorities, President Petro Poroshenko said Thursday.

    Read more : http://sputniknews.com/politics/20150430/1021579054.html#ixzz3YpZgBZFz
    En février, Porochenko s’engage à Minsk à un règlement politique de la guerre auprès des Européens ; aujourd’hui avec une armée bien entraînée par les Américains, il annonce qu’il fera la guerre pour récupérer la Crimée : donc contre le référendum de ses habitants et pour récupérer le Donbass alors que les signataires de Minsk y compris la Russie et Donetz(observateur) ont reconnu cette province définitivement ukrainienne . C’est bien Porochenko qui veut la guerre

    • Il faut une nouvelle fois rappeler que Spoutnik est un réseau international d’information financé par la Russie via le groupe de médias "La Russie aujourd’hui" et qui a pour but de porter la bonne parole du Kremlin jusqu’au citoyen occidental. Gilberte, ne vous contentez pas de lire ça...

      Deuxièmement, la déclaration de Porochenko se comprend parfaitement sur un plan POLITIQUE (car il s’agit d’une parole politique qui ne doit pas être comprise comme une parole ordinaire) : les autorités ukrainiennes ne peuvent reconnaître ni l’annexion de la Crimée (pas plus que les Palestiniens ne peuvent reconnaître l’annexion de Jérusalem par Israël) ni la sécession du Donbass dont d’ailleurs personne ne conteste l’appartenance à l’Ukraine ( cela ne résulte nullement des accords de Minsk notamment) sauf les rebelles qui y ont pris le pouvoir et organisé des consultations sans aucune valeur puisqu’elles sont radicalement irrégulières. J’ai récemment attiré l’attention sur une interview de Zakharchenko, le leader de la DNR, qui montre qu’il y a du tirage entre Moscou et Donetsk sur cette question, Poutine n’avalisant pas la sécession. Inutile de dire que Donetsk devra finir par céder si Moscou vient à négocier un accord avec Kiev...Porochenko se place manifestement dans une perspective qui n’est pas celle de l’immédiateté...

      Le discours de Porochenko ne doit donc pas se comprendre comme la volonté de ranimer les affrontements armés aujourd’hui, mais comme l’affirmation d’une position politique pour demain, avant toute négociation ultérieure. Il n’y a qu’en Russie que l’annexion de la Crimée est une affaire réglée. En fait, elle ne l’est pas du tout, ni pour l’Ukraine, ni pour l’UE, ni pour la communauté internationale d’autant plus qu’il s’agit du premier fait de prédation d’un Etat européen contre un autre depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

      Il est enfin parfaitement normal qu’un pays agressé comme l’a été l’Ukraine ne veuille pas abdiquer face à ses agresseurs et leur donner ainsi raison...

      Gilberte, faites attention de ne pas vous laisser enfumer par Spoutnik car cela nuit à la compréhension POLITIQUE des faits...

    • Contrairement à ce qu’affirme ce grand moraliste et véritable érudit de l’Histoire de l’Europe centrale, @pouzoulet, Sputnik ex Voix de la Russie n’est pas plus inféodé au Kremlin que ne l’est France 24 au Quai d’Orsay ou France 2 à l’Elysée. Ou CNN au United State Secretary of State. Ce monsieur voudrait imposer sa grille de lecture et de pensée sur ce site, et force est de constater que 400 commentaires plus tard, il n’y est pas parvenu. Donc bienvenu sur l’excellent Sputink, qui publie beaucoup d’informations spécifiques. Philippe Migault de l’IRIS n’est pas un psycho bloqué dans le genre de @pouzoulet. Un exemple …

    • @ 2 mai 10:17

      Cette mise en garde venant de la part de quelqu’un qui ne cesse de citer le Kyïv Post (tout particulièrement), Moscow Time, etc... ne manque pas de sel !

    • Je renvoie à un commentaire intéressant qui a salué l’arrivée du nouveau Spoutnik en relevant que c’était un tir de Moscou, très ciblé...

      http://rue89.nouvelobs.com/2014/11/15/spoutnik-nouveau-media-russe-entrez-lorbite-poutine-256049

      Faure, je ne suis pas étonné que vous montiez à bord de ce nouveau Spoutnik...Les précédents, des satellites de l’URSS (déjà...) avaient aussi envoyé des chiens qui aboyaient en russe depuis l’espace à la voix de leur maître naturellement...!

      Pour la progression des connaissances linguistiques sur le forum, je signale qui si le chien francophone fait "ouah, ouah", le chien russophone fait "vaou, vaou"...

      Donc, Faure, vous avez le choix si vous persistez dans le "style pitbull"...

      Peut-être Coucy pourra-t-il nous dire si tous les chiens du Donbass aboient en russe ou si une partie aboie encore en ukrainien...

    • Le (bien plus haut) auto-proclamé "Bidasse" s’est tout à coup retrouvé, for the first time, isolé. Que faire ? Oh ! thanks God ! Enfin un conduit vierge qu’il n’a jamais encore emprunté. Repli stratégique. L’auto-proclamé "Bidasse" (Bide pour les intimes) se déplie en 36 lignes 1/2 page vers ce providentiel tunnel de sortie et y déverse moult inédites et very savantes explanations fines comme du gros sel. The End sous forme de mise en garde/conseil : take care, ça sent le roussi, JJ, attention, ne partez pas, like me, en fumée...

      Ensuite, plouf, voici un refuge ou chenil, sorte de SPA (Saturation Par Abus), où on distingue nettement des aboiements en s/sol mineur, yes, Sir ! du pur et... sur car usé ! Pardon : Caruso. Suit un éventail de races of dogs including un pitbull... Le coq décrit il y a quelques jours par mon ami vétérinaire était de loin plus"buvable".

      On est tombé très bas dans...Oui, dans quoi ?
      Dans deux choses l’une : ou bien un gâtisme sévère, ou bien dans une vulgarité inadmissible.

      Mon ami véto a diagnostiqué les deux. Et le
      psycho de Sainte Anne aussi.

      C’est ça "La vocation de l’Ukraine" ?

      Il y a péril en la demeure...D’où URGENCE !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.