La virginité au prétoire

Nouveau sujet forum

lundi 23 juin 2008

Bonjour,

L’article que je rappelle ci-dessous commet, à mon avis, une erreur de droit qui ne fait que confirmer celle qu’a commise le tribunal de Lille. En effet, tel que Serge Plénier analyse le dispositif de l’arrêt (je n’ai pas pu consulter le texte intégral de ce dernier), sans approuver en fait la décision, il approuve en droit le motif d’annulation fondé sur le mensonge de la mariée sur sa virginité. Or l’article 180 C.C. n’admet comme vices de consentement capables de faire annuler un mariage que la violence et l’erreur sur la personne. Il ne faiit pas mention du dol ou tromperie, qui en droit commun est un vice de consentement qui peut entrainer l’annulation d’un contrat (art 1109 et 1113 C.C.) ; ce silence est intentionnel, et ne fait que reprendre la maxime de l’ancien droit "En mariage il trompe qui peut". La seule erreur admise comme cause d’annulation est l’erreur dans la personne, c’est à dire une erreur sur l’identité physique ou civile (par exemple le conjoint s’est présenté avec de faux papiers) de la personne. Une erreur sur une qualité substantielle de la personne (telle que par exemple pourrait être la virginité de la mariée pour un musulman traditionnel) ne suffit pas pour permettre l’annulation ; après avoir été discutée, cette interprétation de l’art.180 a été solennellement confirmée par l’arrêt des Chambres Réunies de la Cour de Cassation du 24 avril 1862, et a donc pratiquement force de loi.. On ne peut donc pas dire que le TGI de Lille "a rendu une décision conforme à la loi, et plus précisément à l’article 180 du Code civil qui mentionne l’erreur sur la personnalité du conjoint comme motif d’annulation". Une autre erreur de droit commise par le TGI est que la preuve de la non-virginité de la mariée a reposé, dans le cas particulier, sur l’aveu de celle-ci. Or l’état de la personne n’est pas disponible, et il ne peut il y avoir d’acquiescement, de renonciation ni de transaction dans ces matières.

Ce qu’il faut critiquer dans cette décision du TGI de Lille est, beaucoup plus généralement que de "renforcer une certaine position communautaire", la tendance actuelle des juges à s’ériger en législateurs et, à l’image des juges anglo-saxons et surtout américains, de dire le droit selon leur propre conception du juste et de l’injuste, ce qui transforme en loterie le parcours judiciaire. L’"européanisation" y est peut-être pour quelque chose dans le cas particulier : le code civil allemand (art.1333) autorise en effet l’annulation du mariage quand l’erreur porte sur une qualité personnelle telle que l’autre époux n’aurait pas contracté mariage s’il avait connu l’état des choses. Mais Lille n’est pas en Allemagne, que je sache - en attendant que la Cour de Luxembourg ne décide autrement.

Cordialement,

Pr. Jean-François Foncin

Messages

  • Je ne sais s’il vous est possible de contrôler les articles publiés dans votre page "Débats", mais il me semble que vous devriez le faire.
    Page 26 du n° du 20 juin, un pavé sur la "virginité au prétoire". je ne sais pas qui est le Pr. Jean-François Foncin (un de vos collaborateurs ?), mais ce monsieur devrait mettre à jour son Code civil et sa jurisprudence. Il apprendrait que, depuis 1975, le législateur a ajouté les "qualités essentielles" à l’article 180. Mon code civil contient cette mention.

    Bernard LHUILLIER

    PS. il n’y a pas besoin de voir les juges "s’ériger en législateur" pour que le parcours judiciaire soit une loterie, il suffit qu’ils fassent des erreurs de droit : "Errare humanum est". Et des erreurs dans des décisions de justices récentes, je peux vous en citer des dizaines.

  • Des idées et des hommes

    L’histoire du mariage annulé à Douai remonte encore à la surface. Cette fois il n’estplus question de dire que la mariée n’était pas vierge. Les deux demandeurs ont été priés d’invoquer un motif moins politiquement incorrect. La justice est visiblement soucieuse de ne pas échauffer les médias

    Le plus lamentable dans l’affaire est que le jeune homme et la jeune fille sont tous les deux d’accord pour demander cette annulation. On en vient même à se demander pourquoi ou comment ils se sont mariés.
    Dans l’affaire, ce sont eux les plus à plaindre. La malheureuse future ex-mariée ne s’attendait sans doute pas à devenir un symbole de l’aliénation féminine. Quant à son conjoint en sursis, il a sans doute été fort surpris de passer pour un horrible taliban.

    Mais il fallait à la bien-pensance une cause nouvelle pour se faire les crocs sans trop se soucier vraiment des intéressés. Cela a garni quelques plateaux de télévision et fourni de la matière à nos idéologues de service, sans parler des juristes qui y ont trouvé de la tablature.
    Parfois on se demande si, dans notre société démocratique, les idées sont faites pour l’homme, ou l’homme pour les idées.

    Erwan VIOLIN

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.