La violence contre la violence

par Gérard Leclerc

mercredi 29 janvier 2020

Félix Auvray, François-Antoine de Boissy d’Anglas, président de la Convention, saluant la tête de son collègue Jean Bertrand Féraud, musée des Beaux-Arts de Valenciennes,
©© by : Le Jour ni l’Heure / Renaud Camus

L’ancien garde des Sceaux de François Mitterrand, Robert Badinter, celui qui fit voter l’abolition de la peine de mort en France, a pris un coup de sang, face à une image de manifestants qui brandissaient une photo de la tête d’Emmanuel Macron au bout d’une pique. Sa réaction a été d’autant plus remarquée que l’ancien ministre, qui a quitté la vie politique, s’exprime rarement dans les médias. On comprend son émotion. Le choix qui consiste à se référer à l’image la plus violente de la Révolution française est symbolique d’un parti-pris d’hostilité radicale. Marc Bloch entendait pour sa part qu’on ne retienne de la Révolution que le souvenir de la Fête de la Fédération, expression d’un beau moment de fraternité nationale. Mais l’époque n’est pas à la réconciliation. Le pouvoir est vivement contesté. Et par ailleurs, ceux qui manifestent contre lui, chaque semaine, dénoncent la violence de sa répression.

Mais qui a raison entre ceux qui s’en prennent aux violences policières, se référant au témoignage de leur téléphone portable, et ceux qui s’indignent des dérapages des manifestants ? Chaque camp brandit les photos de ses blessés. Doit-on en conclure à une hausse généralisée du degré de violence dans notre pays ? Ce qui s’est passé encore hier autour de la place de la Nation avec les affrontements entre policiers et pompiers, donne une impression déplorable avec le sentiment d’une désorganisation des services de l’État. Mais celle-ci ne serait-elle que la conséquence de l’extrémisme qui met la rue en feu ?

La sagesse commande de ne pas accabler outre mesure des forces de l’ordre qui ploient sous la tâche. On répète à juste raison qu’il n’y a pas si longtemps qua la foule parisienne unanime applaudissait ces mêmes forces auréolées de leur résistance efficace au terrorisme. On ne saurait sous-estimer la difficulté technique du maintien de l’ordre qui exige des moyens proportionnés. Mais il y a aussi le fait d’une société en ébullition, dont les accès de colère ne peuvent être contrés sur le seul terrain du combat de rue. C’est l’État qui se trouve aux prises avec des défis qui se rapportent à l’équilibre profond d’une société, à sa santé économique. Reconnaissons que répondre à la souffrance de ce qu’on appelle la France périphérique relève du prodige.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 29 janvier 2020.

Messages

  • BONJOUR,
     Bien entendu, la tête de son altesse au bout d’une pique, c’est excessif ! Et en plus ce serait en faire un martyr . CE QU’IL NE MÉRITE PAS . Par ce geste , il est fait allusion à un funeste évènement historique ... L’histoire étant un éternel recommencement , nous savons TOUS où cela a amené . Les excès engendrent les excès, que s’est-il passé alors ? l’avènement de napoléon qui ne l’oublions pas , dans ses crimes a abrogé la loi votée qq. années au paravent sur l’abolition de l’esclavage . Il a payé , et fait son purgatoire à STE. HÉLÈNE , mort à petits feux à l’arsenic ! Ah , perfide albion !.
     Je reviens au sujet central ... que veut macroléon ? : rétablir les privilèges patronaux, en amenant le pactole des retraites par capitalisation aux BLACK ROCK et CIE ... il n’y a pas encore assez d’injustices sociales dans notre pays, il faut qu’il en rajoute . Monsieur Badinter s’est-il avisé un seul moment des effets de la politique de son altesse qui provoque directement par ses chiens de guerre : des morts chez les manifestants (au fait, il n’y a pas de stat pour cela ?) et indirectement par les fermetures d’usines , ou les suicides des UNS et des AUTRES, dans tous les corps de métier . Alors, demain , pour qui allons-nous voter ? Car notre MACHIAVEL national voudrait bien avoir la facho. de service comme adversaire , avec elle, ce serait encore pire , cf pinochet et cie pour ne citer que celui-là . Mélenchon , un Robespierre en devenir ? Resterait les écolos ? Oui, à condition qu’ils ne se prostituent pas avec les capitalistes et autres libéraux, comme certains ont déjà fait . Conclusion : la justice divine passera, pas plus vous que moi ne le savons ... mais elle passera , l’histoire nous l’enseigne . Voyez par ex. la fin de reagan après les injustices qu’il avait perpétrées à l’encontre des plus modestes . NON, monsieur macron , vous ne méritez pas d’être un martyr pour le néo-libéralisme dont vous êtes ...

  • Oui ; Gérard Leclerc

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.