La simplicité de l’Annonciation

par Gérard Leclerc

mercredi 25 mars 2020

Mosaïque au-dessus du cul-de-four de l’abside de la basilique Notre-Dame de la Garde, Marseille. L’Annonciation.
© Philippe Lissac / Godong

Nous fêtons aujourd’hui l’Annonciation ! Très grande fête célébrée au cours de l’histoire par les théologiens, les mystiques, mais aussi par les poètes et par les peintres. Ce qui nous a valu une iconographie d’une extraordinaire richesse.

Nous célébrons aujourd’hui, certes dans des conditions bien particulières, la fête de l’Annonciation. Mais le loisir qui nous est offert pourrait peut-être nous inviter à en méditer le sens avec une particulière acuité. Ce n’est pas rien que l’annonce de l’ange à Marie ! C’est même si important que l’Église nous recommande d’en faire mémoire trois fois par jour avec la prière de l’Angelus : « L’Ange du Seigneur annonça à Marie qu’elle serait la mère du Sauveur. Et elle conçut du Saint-Esprit. » Extraordinaire événement, qui en dépit de l’habitude, devrait nous saisir au plus profond de nous-mêmes. C’est d’autant plus saisissant que la scène est d’une simplicité totale. Une jeune fille nommée Marie reçoit la visite céleste de l’ange Gabriel. Aucune enflure, aucune boursouflure dans le récit. La scène est toute d’intériorité et nous invite au recueillement intime.

Ce n’est rien moins que l’avènement de Dieu en ce monde qui s’annonce, mais sans éclat. L’histoire du monde en a été bouleversée. Une jeune fille a prononcé le fiat décisif : « Fiat mihi secundum verbum tuum. » Qu’il me soit fait selon ta parole. Marie a prononcé le oui le plus humble mais le plus déterminant. Les spéculations philosophiques de type nietzschéen sur le oui comme valeur absolue résonnent pauvrement face au fiat marial. Et l’on comprend l’importance que la théologie catholique confère à la mère de Dieu, la Théotokos, célébrée aussi par nos frères orthodoxes.

Il se trouve que j’ai reçu providentiellement, à la veille de la fête, un magnifique album, signé Didier Lamaison, intitulé Philocalie de l’Annonciation [1]. Dans l’iconographie chrétienne, la représentation de la visite de l’ange à Marie est d’une richesse étonnante et elle révèle une réflexion spirituelle adéquate à l’événement. Cet ouvrage érudit nous conduit à la plus exigeante méditation, celle dont Dante s’était emparé dans La divine comédie, en évoquant la scène qui provoque sa prière : « Vierge Marie, fille de ton Fils (…) tu es celle qui tant as ennobli l’humaine nature, que son créateur point ne dédaigna s’en faire créature. » Si l’histoire bascule, c’est que Marie a permis à Dieu, par son Oui, de venir parmi nous, hissant notre humaine condition jusqu’au Ciel.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 25 mars 2020.


[1Didier Lamaison, Philocalie de l’Annonciation. Peinture et spiritualité en Italie et en Flandres au XVe siècle, Les éditions du Franc-dire.

Messages

  • Les circonstances présentes imposent une fête de l’Annonciation intimiste et privée, par nécessité de n’empêcher le respect des contraintes de la sécurité sanitaire imposée à tout un chacun.

    Le corps a ses règles vulnérables, l’esprit humain cultive aussi les siennes et son énergie propre.

    Leur conjugaison en ce jour religieux et spirituel particulier de ces deux sources donne une vitalité audacieuse à la foi chrétienne, dans ces temps troublés par la peur et la menace contre la santé des hommes.

    L’Annonciation ouvre à la vie.

    A la simplicité et à l’abandon de toute grâce divine contenue dans le risque personnel du croire.
    Elle ne dispense nullement de la prudence partagée au bénéfice des autres que de nous même.

    Dans cette confiance que toute limitation de cette grâce ne sera vaincue par la volonté humaine exclusive, mais par la force spirituelle de l’Eternel conjuguée dans les guérisons de chaque enfantement.

    Nous vivons l’épreuve impensable d’un temps de menace irrécusable et de mort.

    Nous sommes aussi conduits en cela par la confiance que la vie sera à terme plus forte que la mort pandémique de ce fléau ambiant

    Nous recevons par retour ce message annonciateur de Renaissance de la foi comme un réveil de l"esprit souverain du Créateur qui prend soin de nous.

    Dans l’épreuve partagée de la foi, nous percevons davantage aujourd’hui la portée annonciatrice de la paix des hommes croisan l’œuvre divine dans des dispositions particulières du présent de l’histoire de chacun.

    L’Annonciationfut celle de l’ange, messagère qui s’adressait à Marie.

    Elle est nôtre, envoyés de l’ange que nous sommes pour nousfaire partager le mystère du présent que nous vivons dans un confinement habité de questionnement et d’anxiété !

  • Les circonstances présentes imposent une fête de l’Annonciation intimiste et privée, par nécessité de n’empêcher le respect des contraintes de la sécurité sanitaire imposée à tout un chacun.

    Le corps a ses règles vulnérables, l’esprit humain cultive aussi les siennes et son énergie propre.

    Leur conjugaison en ce jour religieux et spirituel particulier de ces deux sources donne une vitalité audacieuse à la foi chrétienne, dans ces temps troublés par la peur et la menace contre la santé des hommes.

    L’Annonciation ouvre à la vie.

    A la simplicité et à l’abandon de toute grâce divine contenue dans le risque personnel du croire.
    Elle ne dispense nullement de la prudence partagée du bénéfice des autres que de nous même.

    Dans cette confiance que toute limitation de cette grâce ne sera vaincue par la volonté humaine exclusive, mais par la force spirituelle de l’Eternel conjuguée dans les guérisons de chaque enfantement.

    Nous vivons l’épreuve impensable d’un temps de menace irrécusable et de mort.

    Nous sommes aussi conduits en cela par la confiance que la vie sera à terme plus forte que la mort pandémique de ce fléau ambiant

    Nous recevons par retour ce message annonciateur de Renaissance de la foi, comme un réveil de l"esprit souverain du Créateur qui prend soin de nous.

    Dans l’épreuve partagée de la foi, nous percevons davantage aujourd’hui la portée annonciatrice de la paix des hommes croisant l’œuvre divine dans des dispositions particulières du présent de l’histoire de chacun.

    L’Annonciation fut celle de l’ange, messagère qui s’adressait à Marie.

    Elle est nôtre, envoyés de l’ange que nous sommes pour nous faire partager le mystère du présent que nous vivons dans un confinement habité de questionnement et d’anxiété !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.