La querelle des langues

par Gérard Leclerc

mercredi 25 janvier 2017

Un article du linguiste Alain Bentolila dans Le Figaro m’apprend que le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes est parti en guerre contre le sexisme qui serait inhérent à la langue française. La prédominance du masculin sur le féminin dans notre grammaire correspondrait à l’oppression des femmes et aux injustices qu’elles subissent socialement. Le linguiste n’a nul mal à démontrer l’absurdité de cette accusation, masculin et féminin en français ayant peu à voir avec les distinctions entre sexes. Mais l’aspect le plus délirant de cette police linguistique apparaît dans les modifications qu’on voudrait nous imposer et qui transformeraient notre belle langue en jargon indigeste.

Certes, on comprend l’intérêt d’une révolution linguistique en tant qu’arme politique, instrument de réformes sociales. C’est George Orwell qui a le plus attiré notre attention sur ce qu’il appelait la novlangue. C’est-à-dire cet idiome totalitaire imposé dans une cité aux ordres d’un Big Brother.

Dans son fameux cours introductif au Collège de France, Rolland Barthes avait expliqué que la langue en elle-même était fasciste et nous emprisonnait dans des règles impératives. La difficulté, c’est qu’à vouloir sortir de ces règles, on risque d’aboutir à un super fascisme, complètement manipulatoire. Il est vrai que la manipulation linguistique est susceptible de diverses gradations. Il n’y a pas seulement la novlangue anti-sexiste, il y a aussi ce qu’Ingrid Riocreux appelle « la langue des médias » [1], bien intéressante à analyser. Chaque militance suscite son propre mode d’expression et sa langue de bois. Sous Molière, il y avait les précieuses ridicules. Mais elles ne sont pas seulement du XVIIe siècle.

Je me suis aperçu récemment que la lutte pour la cause animale produisait aussi sa novlangue, avec la volonté d’élargir au règne animal entier les caractéristiques propres à notre humanité. Conclusion provisoire : la sagesse consisterait à parler correctement la langue que nous avons reçue et qui pourrait bien être la condition nécessaire d’une vraie liberté de pensée.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 25 janvier 2017.


[1Ingrid Riocreux, La langue des médias. Destruction du langage et fabrication du consentement, L’Artilleur.

Messages

  • sur le sujet de la langue française, les vidéos suivantes de mr upinski sont très intéressantes, et donnent la mesure de la gravité de la situation :

    (faire la recherche sur internet des libellés suivants)
    L’Académie Française et la défense de la langue
    Reprendre le pouvoir aux prédateurs (Arnaud Upinsky, Valérie Bugault)
    La Langue Française rentre en Politique - Arnaud Aaron Upinsky
    Le complotisme d’état, voilà l’ennemi !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication