La priorité de l’Afrique

par Gérard Leclerc

jeudi 15 juin 2017

Non, les flux migratoires vers l’Europe ne sont pas taris. Ils ne l’ont jamais été, et ils sont de nouveau en hausse. En Italie, on compte une augmentation de 40 % des arrivées sur les côtes et le drame des noyades en mer se poursuit. 1622 noyés, morts ou disparus depuis le début de l’année, selon l’Organisation internationale des migrations. Tous les regards se tournent désormais vers la Libye. Un article très informé du Figaro met en évidence l’importance du verrou libyen, un verrou qui risque d’exploser. La pression venue de l’intérieur du continent africain est de plus en plus lourde et elle le sera à un degré de plus en plus fort au rythme d’une croissance démographique considérable.

Alors qu’il y a décélération démographique en Europe, l’appel d’air est inévitable. La gestion de la situation actuelle prête déjà à polémique entre les organismes et les ONG. Les premiers défendent la régulation aux frontières tandis que les humanitaires songent d’abord à sauver des vies. Mais voilà qu’on leur reproche de nouer des relations complices avec les passeurs dont les mœurs mafieuses sont bien connues. Il est vrai que la gestion des flux en Méditerranée est particulièrement délicate. Contrairement à l’opinion publique des nations rebelle à l’immigration sauvage, les humanitaires érigeraient volontiers en droit inconditionnel la possibilité de quitter son pays d’origine pour gagner un plus favorisé. Mais à ce compte, on risquerait des catastrophes.

La question des migrations est liée à la situation économique de l’Afrique, indépendamment des guerres qui provoquent des flux de réfugiés politiques. Les nations européennes, comme tous les pays développés, ont l’impérieux devoir d’aider au développement d’un continent dont la population va doubler d’ici la moitié du siècle. On ne peut laisser faire les choses de façon anarchique d’autant que nombre de migrants font partie de l’élite africaine. Leur départ coûtera cruellement à leur propre pays. Notre nouveau président rencontre le roi du Maroc. Nul doute que le sujet est discuté entre les deux hommes. Emmanuel Macron devra rapidement se déterminer en faveur d’une stratégie de développement. Plus que la moralisation de la vie publique et même plus que la réforme du droit du travail, nous importe l’avenir de l’Afrique.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 15 juin 2017.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.