Grèce

La crise et la démocratie

par Gérard Leclerc

mercredi 2 novembre 2011

Tempête sur la Grèce et sur l’Europe. Les bourses plongent. Les commentaires sont souvent véhéments, ce qui est un signe évident de profonds désaccords qui vont encore s’exaspérer dans les jours et les semaines à venir. George Papandréou, en décidant d’organiser un référendum, pour faire approuver ou non par le peuple grec le plan de sauvetage imaginé par l’Union Européenne, en l’espèce les Allemands et les Français, a rompu le fragile consensus qui s’était établi. On sait trop que la Grèce, accablée par les médications qu’on lui fait subir, est en situation de refuser les solutions qu’on lui propose. Avant de jeter la pierre à nos amis hellènes, il faut prendre conscience de la situation ou est plongée la population. Situation qui risque de s’aggraver encore avec les sacrifices demandés.

Certains commentaires sont pourtant acérés. Là où il faudrait suivre l’exemple du grand Winston Churchill qui réclamait, en 1940, au peuple britannique "du labeur, du sang et des larmes", le peuple grec refuserait les efforts qu’on lui demande, préférant la fuite en avant aux disciplines draconiennes de la remise en ordre. Et pourtant ! les informations qui nous viennent de la péninsule sont alarmantes. Ce n’est pas à une partie de leur confort qu’on demande aux Grecs de renoncer, c’est au minimum vital. Un ami m’expliquait que dans les villages la pénurie est telle que les solidarités traditionnelles sont impuissantes à venir en aide aux plus démunis, ceux qui mendient pour manger et qui sont de plus en plus nombreux.

N’étant pas économiste, et laissant au demeurant, à nos auditeurs toute liberté de jugement, je me garderai d’asséner un avis définitif sur ce qui peut sauver ce pays dans la détresse. Je ne fais que constater des faits, et me permets de suggérer que l’appel au suffrage populaire n’est peut être pas tout à fais incongru là ou fut inventée la démocratie. L’essentiel est que tous, à leur niveau, sachent prendre leurs responsabilités.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.