La crèche, « admirable signe »

par Gérard Leclerc

lundi 16 décembre 2019

Cathédrale Saint-Louis, Blois.
© Philippe Lissac / Godong

Dimanche 1er décembre, le Pape publiait une lettre apostolique sur la signification et la valeur de la crèche, celle-ci étant qualifiée d’« admirabile signum ». « La crèche, écrivait-il, est comme un Évangile vivant, qui découle des pages de la sainte Écriture. En contemplant la scène de Noël, nous sommes invités à nous mettre spirituellement en chemin, attirés par l’humilité de celui qui s’est fait homme pour rencontrer chaque homme. » Et si certains peut-être chez nous font preuve de pusillanimité, craignant d’exposer ce signe en public, le pape François, lui, n’a aucun scrupule : « Par cette lettre, je voudrais soutenir la belle tradition de nos familles qui, dans les jours qui précèdent Noël, préparent la crèche. Tout comme la coutume de l’installer sur les lieux de travail, dans les écoles, les hôpitaux, les prisons, sur la place publique. » Et pour enfoncer encore le clou : « Je souhaite que cette pratique ne se perde pas ; mais au contraire, j’espère que là où elle est tombée en désuétude, elle puisse être redécouverte et revitalisée. »

Le Saint-Père a-t-il été mis au courant de la querelle franco-française sur les crèches publiques qui est remontée jusqu’au Conseil d’État, lequel s’est engagé dans des distinguos subtils entre le cultuel et le culturel afin de préserver notre sacro-sainte laïcité, dont il ne faut pas trop médire pour les services qu’elle rend mais qu’il ne faut pas trop absolutiser non plus. On s’aperçoit d’ailleurs qu’hormis quelques séides sectaires de la Libre pensée, bien rares sont les adversaires de la crèche dans l’espace public. À Béziers, la crèche de la mairie a été inaugurée en présence de toutes les notabilités religieuses, y compris les imams !

Certes, il y a eu du grabuge à Toulouse. Une cinquantaine d’individus violents ont manifesté en hurlant contre la crèche vivante de la place Saint-Georges, obligeant les organisateurs à interrompre le spectacle, ne serait-ce que pour protéger les enfants effrayés. Mais à leurs corps défendants, les vociférateurs n’ont-ils pas mis en valeur le témoignage pacifique de ce nouveau-né complètement désarmé devant leur violence et leur sottise ?

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 16 décembre 2019.

Pour aller plus loin :

Messages

  • Curieuse opposition en France aux crèches populaires, sans prétention sinon de faire voir et faire vivre un environnement de la vie à la campagne d’une modeste famille semblable à beaucoup d’entre elles comme la nôtre.
    Les crèches n’ont pas le même destin en Europe.

    En Espagne voisine on exhibe dans la fraîcheur de décembre ces personnages de l’histoire sans complexe, sans fausse pudeur, dans la plus grande spontanéité.

    Les espagnols ont des sociétés de fabricants de crèches, celles exposées en la cathédrale de Bayonne en firent la démonstration publique et personne ne pensa en empêcher la présence en ce lieu visité par les touristes, les familiers et les visiteurs de décembre.

    Que veulent les opposants ?

    La meilleure démonstration est faite que les oppositions sont contraires à l’adhésion populaire des amoureux de ces créations originales du mode de vivre de jadis, des métiers perdus, des costumes conservés des habitants, de la vie commune des populations.

    En voulant les interdire, on ne fait qu’attiser la curiosité de les visiter, de nourrir le goût de l’histoire et des coutumes du passé.

    Quand l’idéologie se drape de propagande, on obtient précisément le désaveu des gens simples qui ne voient dans ces représentations qu’un reflet de noël pour toutes les populations d’aujourd’hui, autochtones, gens de couleur, étrangers et hôtes de passage.

    Les auteurs de ces crèches abondent dans l’originalité, et parmi ces images contemporaines, d’aucuns mêlent les espèces animales en voie de disparition, les amours de la nature, et du cosmos, la vie comme elle va, sans fausse honte.

    Laissez donc les crèches nourrir l’imaginaire des curieux, et renoncez à l’uniformité, à la pauvreté spirituelle, aux idées reçues des résistants d’une querelle passéiste d’autrefois.

    La crèche a encore de beaux jours devant elle.
    Elle parle de nos origines, de notre enfance et de nos familles.

    Les artistes auteurs de ces merveilles miniatures sont lésés par la prétention de vouloir les interdire.
    Imaginez que la neutralité dans l’espace public d’une école, d’un hôpital , d’une prison, d’une entreprise pourrait affecter la liberté de chacun de les contempler, les aimer et les admirer est d’une stupidité majeure.
    Enfin, enfin, n’aboyez pas avec les canins du chemin, ils ne comprennent pas et sont à plaindre !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.