La Lettre Pastorale basque

par le père FX Esponde

jeudi 8 juin 2017

Sous le titre tiré du psaume 115 les cinq évêques des Diocèses basque de la Communauté Autonome et l’Archevêque de Pampelune ont publié à l’occasion de Pentecôte 2017 La Lettre Pastorale commune aux quatre diocèses.

Signée par Mgr José Ignacio Munilla evêque de Saint Sébastien, Mgr Francisco Perez archevêque de Pampelune et son auxiliaire Mgr juan Antonio Alvarez, Mgr Mario Izeta evêque de Bilbao et Mgr Juan Carlos Elizalde evêque de Vitoria.

Le document porté par dix chapitres enchaine un plaidoyer d’espérance et d’encouragement en faveur de l’éducation des jeunes et des enfants dont le déroulé développe 1 – les défis éducatifs actuels, 2 - jésus maitre et paradigme de l’éducation, 3 - l’éducation dans le magistère récent de l’église, 4 - la personne et l’éducation, 5 - la famille sujet premier de l’éducation, 6 - l’éducation et la communauté éducative, 7 - les principes et les contenusfondamentaux de l’éducation, 8 - l’école et l’université catholique, 9 - l’éducation extra scolaire, sociale, informelle et le temps libre, 10 - les dimensions sociales et politiques de l’éducation...

Soulignant dès le départ le travail accompli au fil des décennies par l’église à travers les congrégations enseignantes au bénéfice de l’éducation dans les diocèses basques concernés, les évêques reprennent à leur compte les défis du temps présent.

Soulignant la dimension transcendante au sein de tout projet éducatif, les évêques observent la distance et l’indifférence possible au fait religieux susceptibles de créer un malentendu au coeur de la formation religieuse même car rappellent – ils, “ la religion appartient pleinement à la tâche éducative comme objet de toute éducation intégrale vraiment liée à toute éducation proprement dite”

Sollicitée par des courants contemporains récents, “les écoles de reiki, le chamanisme, le tarot, la voyance, le yoga, la méditation orientale dans le texte, mettent à mal la transmission de la religion chrétienne et demeurent incompatibles avec l’anthropologie spiritualiste des chrétiens.”

L’éducation appartient à l’héritage de l’église particulièrement dans cette région au nord de l’Espagne où le nombre des écoles d’obédience chrétienne est considérable, le nombre des enfants et des jeunes scolarisés dans ces établissements perdure.

Soulignant le souci constant de l’église au fil du temps d’accueillir les plus pauvres, les exclus, les plus fragiles et les plus vulnérables au sein des institutions scolaires et familiales, les évêques placent l’enjeu éducatif aujourd’hui au carrefour croisé d’une échelle de valeurs située dans les espaces de la culture et des traditions.

L’éducation chrétienne apporte des fondements solides aux valeurs et aux engagements qui l’animent.

Le domaine de cette transmission connait des influences contemporaines par la prolifération des images érotiques dans les réseaux numériques, la pornographie, la banalisation de la sexualité, le manque de respect à la personne, le machisme, la violence domestique qui inspirent les défis d’une véritable éducation psycho affective perturbée par ces influences sur les plus jeunes générations.

Reprenant les déclarations universelles de la Charte des Droits Humains, les articles de la Constitution Espagnole concernant l’enjeu éducatif, les évêques rappellent qu’au nom de la neutralité de l’Etat en la matière , la question religieuse ne peut être interprétée comme un prétexte d’éloignement au fait religieux par les institutions au sein de la société actuelle.

La Lettre Pastorale destinée aux parents, aux enseignants, aux éducateurs, aux catéchistes souligne les fondements de la formation à l’enseignement selon les bases chrétiennes pour tous les acteurs en présence sans omettre les responsables des administrations publiques en charge de ce dossier éducatif aujourd’hui.

Les autres pays européens intègrent le religieux au système éducatif et signent des accords avec toutes les familles religieuses présentes sur leur territoire en conformité avec le droit reconnu aux parents de choisir l’éducation suivant les principes et les convictions de chacun, rappellent les évêques.

Il faut observer qu’en Espagne l’enseignement du religieux a pu évoluer au sein de la communauté basque, devenant libre, option laissée à l’enseignant, à l’école, la pratique a pu se distancier jusque dans les écoles confessionnelles, où les religieux et religieuses d’antan n’étant remplacés par de nouvelles vocations, la matière a pu souffrir d’une absence dans l’espace des programmes internes aux établissements.

En faisant ce choix fondamental et premier de l’éducation revisitée aujourd’hui par tous les évêques dans leur diocèse, ces pasteurs réitèrent l’enjeu d’un tel défi spirituel et religieux que représente l’éducatif au coeur de la société civile d’aujourd’hui.

Le texte référencé de pentecote co signé par les cinq évêques représente de toute évidence un document important pour le présent et l’avenir des pôles éducatifs, scolaires et universitaires, situés dans cette région basque où ce défi porte sur tous les fronts de la vie sociale bien au delà du fait religieux proprement dit.

Texte disponible sur le numérique Carta pastoral de los obispos vascos 2017

http://www.iglesianavarra.org/noticias/2017/06/carta-pastoral-de-los-obispos-del-pais-vasco-y-navarra/

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.