La France catholique en mouvement

par Gérard Leclerc

lundi 28 novembre 2016

« Au secours, Jésus revient ! » Ce titre à la une de Libération, dans l’effervescence de l’affrontement du deuxième tour de la primaire de la droite, reflète l’inquiétude des tenants d’une culture libertaire, anxieux de voir remise en cause leur hégémonie idéologique. Si l’on revient quelques années auparavant, on peut juger du véritable bouleversement qui s’est produit. En effet, alors que Mme Taubira présentait son projet de loi à l’enseigne du mariage pour tous, il ne faisait de doute pour aucun observateur autorisé qu’elle disposait d’un consensus écrasant et que toute opposition à sa réforme serait balayée comme fétu de paille. L’hostilité de l’Église catholique ? Elle était certaine, mais elle ne pouvait s’exprimer que sur le mode prudent, familier des mandements épiscopaux. Les médias, intériorisant massivement les commandements et les interdits de la pensée seule autorisée constituaient à eux seuls le bulldozer propre à anéantir toute opposition.

C’est alors que le phénomène Manif pour tous a surgi, démentant toutes les prévisions et déstabilisant du même coup le cadre d’interprétation des évolutions de la société française. La réalité est certes complexe, et pour la saisir il faut recourir à de multiples coordonnées, qui sont aussi d’ordre politique. Certains analystes parlent d’un mouvement dextrogyre – qui pousse l’opinion vers la droite, à l’encontre d’une tendance ancienne qui mettait la gauche en position d’intimidation intellectuelle de ladite droite [1]. Mais on ne peut exclure la dimension religieuse, sensible dans la présence majoritaire des catholiques, et singulièrement des jeunes catholiques, dans les grandes manifestations contre la loi Taubira. La force des convictions à l’intérieur d’un univers désintégré par le nihilisme contemporain pouvait modifier les équilibres, même lorsque c’était une minorité qui intervenait.

C’est donc sur cette donnée contemporaine d’une renaissance de la foi qu’il convient aussi de porter son attention. Le père Matthieu Rougé, curé de l’église Saint-Ferdinand-des-Ternes à Paris, explique au Monde, que « la nouvelle génération est libre de croire ou pas. Alors, lorsqu’elle le fait, ça explose ». De fait, il se produit en ce moment des choses étonnantes dont la portée n’est pas du tout éphémère. L’inquiétude de nos confrères de Libération, en ce sens, n’est pas exagérée, même si elle s’expose sur un mode polémique qui défigure le fond d’une vraie révolution spirituelle et morale.


[1Guillaume Bernard, La guerre à droite aura bien lieu. Le mouvement dextrogyre, Desclée de Brouwer.

Pour aller plus loin :

Messages

  • L’ėlection de François Fillon aux primaires est excellente. La tâche en 2017 sera dure, mais avec lui nous retrouvons nos Valeurs : être chrétien c’est penser à l’autre, c’est, avec foi, se projeter dans le demain.

    Karine

    Envoyé de mon iPad

  • On doit rester prudent sur les espoirs portés sur un ancien PM qui a laissé le pays glisser vers la situation que l’on connait.
    Son refus de réecrire le Pacs et d’abroger la loi Taubira le fait délibérement tomber dans un piège que JF POISSON a parfaitement dénoncé.
    Les accusation de Libération lui confére un statut séduisant pour certains qu’il ne mérite pas.
    Le moins pire ne justifie pas le vote utile et ..stupide

  • Le titre du journal peut aussi s’entendre d’une personne en détresse, criant donc au secours et appelant Jésus à venir la sauver : une vraie scène évangélique profondément chrétienne !

  • France catholique en mouvement, oui, certes, mais France catholique de droite seulement.

    Ce qui me préoccupe aussi c’est la France catholique de gauche qui, elle, est au point mort.

    Le catholicisme français ne peut être sain et vivifiant dans la société que s’il essaime de part et d’autre, car la droite et la gauche sont deux postures naturelles vis-à-vis du politique dont on a également besoin dans une démocratie. Deux poumons.

    Je dis cela d’autant plus que l’on va vite en France pour ériger des barricades entre la droite et la gauche. Et les catholiques ne sont pas les moins prompts...

    Pour l’instant, le catholicisme français survit avec un poumon droit atrophié mais qui reprend des forces. C’est mieux, on ne va pas gâcher son plaisir, mais cela ne suffit pas.

    Je suis pour une France catholique en mouvement mais pas entre soi : une France catholique tricolore, des banlieues comme des quartiers bourges...

    Après 2017, la reconstruction de la gauche sera un enjeu aussi important que le redressement du pays et il faudrait que les catholiques et les autres chrétiens y prennent une part active, pas seulement à "contre courant" (poissons roses).

    On recherche de nouveaux Péguy pour ranimer la flamme que le bien médiocre Hollande a mise sous le boisseau...Ce n’est pas possible qu’on se contente à gauche du vulgaire Mélanchon et du blanc-bec Macron.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.