La Bible toujours recommencée

par Gérard Leclerc

lundi 31 octobre 2016

En cette semaine marquée par la célébration de la fête de tous les saints et par le 500e anniversaire de la Réforme protestante, il nous convient de revenir à ce qu’on pourrait appeler les fondamentaux du christianisme. Nul doute que notre pape François, qui arrive aujourd’hui en Suède, à l’invitation de nos frères luthériens, ne mettra l’accent sur les fondements de notre foi et donc ce qui rassemble les chrétiens sur l’essentiel. Il est vrai aussi que cet essentiel donne lieu à une réflexion intense, que l’on préfère mener aujourd’hui en commun plutôt qu’à travers des controverses qui risquent la polémique. Certes, cette réflexion est alimentée par le dossier impressionnant de notre passé marqué par la division. L’extraordinaire tempérament religieux de Martin Luther, le premier des Réformateurs, a été l’origine d’une investigation de la foi, qui a eu des effets explosifs mais qui peut être aussi à la source d’un approfondissement, précieux à tous.

Par exemple, en voulant à tout prix affirmer la primauté de la Sainte Écriture, qui n’était d’ailleurs pas niée par la Tradition à laquelle il s’opposait, Luther nous rendait service, sans vraiment imaginer que sa sola scriptura produirait des ouvertures inattendues. Car les textes renvoient forcément à un au-delà d’eux-mêmes, précédés, qu’ils sont par toute une histoire et suivis par des développements infinis. Cette caractéristique transparaît dans le beau projet du père Olivier-Thomas Venard qui, avec une équipe de 200 chercheurs du monde entier, va mettre bientôt en ligne une édition révisée, annotée et contextualisée de la Bible. Ce grand travail met en évidence l’étonnante richesse de la Parole de Dieu. La Bible consiste en une collection de livres aux multiples versions, prolongée par une culture foisonnante qui a irrigué des siècles de judaïsme et de christianisme. Impossible dans cette dynamique de se passer des textes centraux, indispensables. C’est la vérité de la sola scriptura. Mais en même temps, ces textes, dit le père Venard, sont un aide-mémoire qui nous relie aux événements fondateurs de la foi. Ils sont inséparables du fleuve de la Tradition qui les précède et qui les suit, avec une inépuisable fécondité.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 31 octobre 2016.

Pour aller plus loin :

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.