LES 25 ANS DE L’ÉCOLE D’ÉVANGÉLISATION DE PARAY-LE-MONIAL

par Michel Bronstun

mercredi 31 mars 2010

L’École d’évangélisation de Paray-le-Monial fête ses 25 ans.
Les quatre écoles de la communauté de l’Emmanuel accueillent 84 étudiants de 28 nationalités : 28 étudiants à Paray-le-Monial,15 à Altötting, 21 à Rome, 20 à Manille. Ces jeunes sont, pour partie, encore étudiants ou en fin d’études et pour partie jeunes professionnels.
Ils ont tous fait une expérience personnelle avec le Christ et l’Église, alors
qu’ils viennent de familles et de milieux différents, chrétiens ou non. Cette expérience a changé leur vie au point qu’ils désirent pendant 9 mois recevoir une formation intellectuelle, spirituelle et humaine solide pour faire d’eux des témoins dans le monde du travail et de la cité. Beaucoup de ces jeunes se retrouvent durant ce Triduum pascal à Paray avec des anciens, des professeurs d’aujourd’hui et d’hier, des membres des équipes successives des Écoles d’évangélisation, des membres de la communauté de l’Emmanuel, des jeunes chrétiens intéressés pour découvrir cette expérience et peut-être la partager bientôt. Ils écouteront la prédication du Père Francis Kohn et loueront le Seigneur pour tous les dons accordés.

Photo : Michel Bronstun, directeur de l’École Internationale de Formation et d’Évangélisation à Paray-le-Monial.

Fin juin 1984, sur un appel téléphonique de Pierre Goursat, fondateur de la communauté de l’Emmanuel, Francis Kohn, alors séminariste, fit le voyage de Rome à Paris. Sitôt arrivé, Pierre Goursat l’invita à ouvrir une école d’un nouveau genre et lui en décrivit les grandes lignes : cette école devait former des missionnaires laïcs en leur offrant une formation de base sur le plan biblique, théologique, spirituel et humain, dans le cadre d’une vie fraternelle centrée sur la prière et orientée vers la mission. Hormis l’idée, rien n’existait : il fallait donc trouver, en quelques semaines, une maison, une équipe d’encadrement, un programme et des étudiants !

Pour l’anecdote, Francis apprenait pendant l’été 1984 qu’il devait être ordonné diacre le 30 septembre. Il vint donc pour voir Pierre Goursat qui tenait à ce que cette école ouvre le 30 septembre, veille de la fête de sainte Thérèse pour lui partager les difficultés de commencer un tel projet à ce jour. La réponse de Pierre Goursat et sa détermination furent inchangées.

Avec la première année, 40 premiers élèves, une maison, une équipe de 9 personnes… la Providence fut promptement au rendez-vous pour cette belle aventure qui dure maintenant depuis 25 ans. L’école ouvrit en effet ses portes le 1er octobre 1984, pour la fête de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, patronne de l’école. Depuis, d’autres écoles de ce genre sont nées en 1994 à Altötting, en 1999 à Rome et en juin 2009 à Manille...
Cette formation est adressée à des jeunes de 18 à 30 ans qui sont, pour certains, étudiants bénéficiant d’une année de césure, pour d’autres en fin d’étude, pour une autre partie encore, déjà jeunes professionnels.
Plus de 1500 étudiants de plus de 60 nationalités ont suivi cette formation porteuse de fruits nombreux dont les chiffres ne suffisent pas à rendre compte. Beaucoup se sont mariés, 49 garçons sont devenus prêtres, 50 (filles et garçons) sont entrés dans la vie consacrée et beaucoup d’autres font aujourd’hui l’expérience de l’annonce de la foi dans leur travail et leur engagement dans la cité en France et à l’étranger.

L’objectif général des Écoles internationales de formation et d’évangélisation est de donner au monde des chrétiens non seulement aptes à témoigner de leur foi, mais aussi capables de témoigner au monde d’une joie profonde d’être un homme ou une femme heureux de vivre et de servir.

Pour cela une pédagogie a été mise au point qui vise à développer toutes les dimensions de la personne autant intellectuelles, psychologiques que physiques. Cette formation de 9 mois comporte aujourd’hui un volume de 500 heures de cours ou de séminaire, dispensées à la fois par des prêtres ou des laïcs engagés dans le monde du travail et de la cité, et couvre les domaines de la philosophie, de la théologie et une formation humaine à la fois théorique et pratique, avec par exemple un séminaire sur la « théologie du corps », sexualité et altérité homme/femme, des cours sur la prise de parole en public, communication, écoute, des éléments de «  coaching, management  », un bilan de compétence de trois jours, des éléments sur la doctrine sociale de l’Église, l’éthique du travail, etc. Est également prévue une pratique sportive régulière - 3 fois par semaine - et des sorties (canoë , raquettes). Enfin le déploiement des talents artistiques est privilégié : théâtre, danse, musique, mise en place de spectacles...
Cette formation est dispensée dans le cadre d’une vie internationale qui a pour bénéfice évident d’ouvrir chacun à d’autres dimensions, à d’autres cultures, à d’autres manières d’appréhender le monde.

En complément avec les cours sur l’Église, cette expérience de vie communautaire a pour fruit de faire comprendre que l’Église est un corps dont chaque chrétien est membre actif. Enfin cette expérience est une école du pardon et du service. Il n’y a pas de connaissance vraie du Christ sans expérience de l’Église.

L’année est également rythmée par des temps de mission en paroisse, dans des établissements scolaires, auprès des personnes âgées ou des plus pauvres. Faire l’expérience de l’annonce de la foi en Jésus-Christ est non seulement bénéfique pour celui à qui l’annonce est faite mais c’est aussi une grâce pour celui qui annonce et qui fait alors l’expérience d’un Dieu vivant et agissant.

Donnons la parole au parrain de la promotion actuelle qui n’est autre que Francis Kohn, qui a donc le recul d’un quart de siècle sur une école qu’il a tenue sur les fonts baptismaux : «  Je pense que tous les jeunes qui ont fait l’école d’évangélisation jusqu’à présent, quelle que soit leur origine, leur nationalité, leur parcours personnel et spirituel, ont profité de cette année sur le plan humain et spirituel d’une façon extraordinaire et cette année est une année qui a été conçue pour permettre justement une maturation à un âge (18-25 ans) où les jeunes se posent beaucoup de questions, en particulier par rapport à leur orientation de vie, leur vocation et c’est clair que c’est une année fondamentale pour ceux qui ont la chance de pouvoir la vivre. C’est une occasion à ne pas manquer lorsque c’est possible.
L’intuition fondamentale de Pierre Goursat, qu’il m’a été demandé de mettre en œuvre, c’était vraiment, alors que c’était un concept nouveau dans ces années 84-85, de permettre une année entière de discernement mais surtout de formation, humaine et spirituelle - j’insiste bien sur les deux dimensions - en vue de la mission, en vue de l’évangélisation, avec une formation philosophique, théologique et un minimum de bagage intellectuel, une vie fraternelle importante, une vie de prière aussi parce que les jeunes cheminent en même temps qu’ils découvrent la prière et bien sûr avec différentes missions qui ont existé depuis les premières années.

C’est une année intermédiaire dans la vie d’un jeune qui permet de faire des choix qui sont toujours fructueux quelles que soient précisément les orientations prises ensuite. »

Ce que confirme le Père Pierre Descouve­mont, prêtre du diocèse de Cambrai, docteur en théologie, parrain de la promotion 2008-2009, bien connu des lecteurs de France Catholique : «  Il y a une bonne vingtaine d’années, alors que je prêchais une retraite à Paray, j’allais rendre visite à l’École d’évangélisation fondée par l’Emmanuel. Quelle merveille ! Des gars et des filles qui consacrent une année de leur jeunesse à mieux connaître le Seigneur, à mieux l’annoncer, à mieux prier, à mieux s’aimer. Et voilà qu’ils m’embauchent pour l’année suivante. O.K.

Pendant plusieurs années, j’y suis allé deux fois, la première pour leur présenter le visage et le message de la petite Thérèse ; la seconde pour faire ce que l’on appelle de l’apologétique, c’est-à-dire leur montrer comment donner des pilotis à leur foi et répondre aux difficultés que peuvent avoir les uns et les autres devant les mystères du Credo. Aujourd’hui, les deux sessions, regroupées en décembre, leur servent de récollection avant la fête de Noël. À la fin de chaque causerie, je distribue un polycopié assez copieux, ce qui permet aux élèves d’être libérés de tout souci de prendre des notes. Il n’y a pas que les «  étrangers  » à apprécier cette méthode.

J’ai eu la grande joie l’an dernier d’être choisi comme parrain de la promotion 2008-2009, du fait de mon ancienneté dans le corps des intervenants. Je souhaite que l’École continue à recruter des jeunes aussi motivés que ceux et celles que j’y ai connus et j’espère continuer à m’y rendre s’ils veulent bien encore m’y recevoir. Bravo ! Merci ! Magnificat ! »

http://www.emmanuel.info/en-bref/4-ecoles-d2019evangelisation

EIFE (ESM Paray)

École Internationale de Formation et d’Évangélisation, 21 rue du 8 mai 1945
71600 Paray-le-Monial

Tél. : 00 33 (0) 3 85 81 56 38

06 80 14 26 15

esm-paray@emmanuel.info

http://accueil.emmanuel.info/

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication