EUROPE

LA COMMISSION MET SON VETO A L’INITIATIVE CITOYENNE "UN DE NOUS"

Une décision contraire aux exigences éthiques et démocratiques

mercredi 28 mai 2014

Ce 28 mai, au dernier jour de son mandat, l’ancienne « Commission Barroso » a opposé son veto à l’Initiative citoyenne « UN DE NOUS / ONE OF US », la plus grande pétition de l’histoire des institutions européennes.

L’Initiative citoyenne européenne (ICE) est un mécanisme de démocratie participative créé par le Traité de Lisbonne par lequel un million de citoyens peut introduire un projet législatif dans les rouages bruxellois. 

Le Comité de UN DE NOUS exprime sa profonde déception face à une Commission sourde qui prend ce jour une décision contraire aux exigences éthiques et démocratiques. Alors que chaque projet d‘Initiative est contrôlé en amont par la Commission avant d’être ouvert à la signature, la Commission Barroso prétend en outre excercer un droit de veto en aval, à l’encontre des initiatives ayant pourtant obtenu avec succès le soutien populaire requis. 

Un tel pouvoir de veto est illégitime et anti-démocratique, car c’est au législateur européen qu’il appartient de se prononcer politiquement sur le fond de l’Initiative, et non pas à la Commission.

UN VETO injustifié qui ne tient pas compte de l’objet même de la demande : La réponse de la Commission est hypocrite et dédaigneuse car elle fait semblant de ne pas comprendre l’objet de la demande et consiste en trente pages d’autosatisfaction sur sa propre politique.

La Commission souhaite continuer à financer des pratiques biotechnologiques non éthiques et qui se sont révélées sans avenir et, à financer l’avortement dans les pays en développement y compris dans des pays où il est pénalement interdit.

UN VETO injustifiable qui bafoue le processus démocratique : La Commission, plutôt que de constater le succès de l’initiative et de la transmettre au Parlement et au Conseil européens a abusé de son pouvoir de contrôle formel pour porter un jugement sur l’opportunité politique de « Un de Nous » et pour bloquer la procédure. La Commission essaie ainsi de défendre son privilège de pouvoir d’initiative, car elle était jusqu’à la création du mécanisme d’ICE la seule à pouvoir initier des procédures législatives.

La Commission européenne a fait ainsi du mécanisme d’ICE un simulacre alors que les députés voulaient au contraire en faire un véritable instrument de démocratie participative. La Commission donne ainsi un nouveau témoignage de son absence de culture démocratique.

Pour le Comité de Citoyens de « UN DE NOUS », la procédure n’est pas close : d’une part, la décision de la Commission est susceptible d’un recours auprès de la Cour de Justice de Luxembourg – qui a reconnu quant à elle le respect dû à la vie humaine dès la conception -, et d’autre part, le nouveau Parlement va auditionner la prochaine Commission, permettant de replacer le respect de l’Initiative citoyenne au cœur des débats., en demandant aux institution européennes plus d’éthique et plus de démocratie.

Messages

  • Quand donc allons nous enfin comprendre la nature profondément antinaturelle et perverse de cette "Europe" artificielle, dévoyée et délétère ?! C’est comme si, envers et contre tout et tous, l’on voulait absolument nourrir des herbivores avec de la viande ou des aliments carnés dissimulés en aliments d’herbivores. On a vu le résultat ! À mon sens, cette comparaison par le modèle alimentaire pour les animaux est très ’parlant’ et significatif.

    J’ai toujours ressenti un grand malaise avec le discours et les attitudes chrétiennes, exactement catholiques, relatives à cette "Europe" qui se révèle fausse et très dommageable sur toute la ligne ; ce que, personnellement, j’avais perçu depuis le début. Comment, sur nombre de sujets vitaux, les chrétiens peuvent-ils se faire lanterner à ce point ?! Tout ce fatras intellectuel européiste, soporifique à souhait, n’est que le faux nez ou le rimmel séducteur de la haute finance. Le monde des finances impose ses diktats pour protéger et développer - ses intérêts - et se contrefiche des sociétés, lesquelles sont confrontées aux soucis domestiques grandissants, chômage, délocalisations, exclusions, santé, etc. La société en général n’a plus les moyens de discerner la situation inique dans laquelle elle a été plongée, sans doute par ruse. Telle a été la "méthode" pour imposer l’ "Europe". Cette "Europe" de la - forfaiture - banalisée quand ce qu’on appelle les "dirigeants" ne tinrent pas compte de la consultation populaire du 29 mai 2005 qui exprima un NON clair à cette "Europe-Titanic" ; on connaît la suite...

    Rien qu’en France, 40 ou 50 ans de paix et de prospérité sans égales ont, d’une part, très profondément endormi et conditionné nos cervelles n’ayant plus de point de repère fiable sur leurs déterminismes au niveau collectif de la condition humaine, et, d’autre part, la révolution industrielle, ainsi que le mode de création monétaire, c’est à dire — la création de la monnaie de crédit et son contrôle — ces deux instances étant à la seule merci des banques et de leurs principaux actionnaires, font que les principaux centres de décision dans le monde contemporain n’ont cure des principes chrétiens ; sauf évidemment quand ça les arrange... Les chrétiens, en particuliers les catholiques, se sont laissés rouler dans la farine de A à Z ! Les chrétiens ont loué pendant de longues décennies ce système même qui allait les piétiner, les insulter et ruiner les sociétés.
    Le réveil, s’il y en a un, sera sans doute pire qu’une forte gueule de bois.

    Ces très récentes élections "européennes" de dimanche passé 25 mai 2014 suffiront-elles à faire en sorte que nous sortions de notre léthargie ? Au moins les catholiques ? Que nous comprenions enfin que notre attention au bien de notre prochain ne passe plus par la grande échelle, cette échelle inhumaine qui homogénéise tout sans le moindre discernement, sauf à utiliser l’universalisme chrétien pour les intérêts des plus forts dans un rapport de forces qui nous "aurait" échappé et nous mine. Ce rapport de forces se servant "opportunément" du modèle universaliste chrétien, catholique, pour le plus grand détournement de l’histoire contre les peuples.

    C’est ainsi que, ici bas, l’usure, à présent tragiquement banalisée, qui se nourrit de nos ressources vitales par le détournement monétaire des richesses produites par nous les sociétés productrices, avance masquée par le faux nez de la démocratie rabâchée ad nauseam, et nous tombons dans le panneau...

    En d’autres termes plus clairs : à quoi sert la démocratie politique sans la démocratie économique ??

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.