L’unité à sauvegarder

par Gérard Leclerc

mercredi 27 mars 2013

Lundi dernier, je mettais en garde contre une polarisation excessive des médias sur les incidents qui avaient eu lieu à l’Étoile. Je tiens à préciser aujourd’hui que je n’en déplore pas moins certains débordements des forces de l’ordre, que rien ne justifiait. Il est lamentable qu’un adolescent de quatorze ans se retrouve à l’hôpital, en risque de perdre un œil, à la suite d’un jet de lacrymogène. Je ne sache pas que Christine Boutin ait attaqué un détachement de CRS après l’avoir menacé en brandissant une barrière. Je galèje, mais c’est tout de même désolant. Et je pourrais dire aussi mon indignation du traitement qui lui a été infligé sur certains réseaux sociaux, sans que « les belles âmes » aient réagi. Devinez ce qui se serait passé si un traitement analogue avait été réservé à une personnalité en vue de la politique ou du showbiz.

Il serait dommage, par ailleurs, que les incidents de dimanche provoquent des divisions du côté des défenseurs de la famille et de la Manif pour tous. L’adversaire n’attend que cela et déjà donne toute la publicité possible aux polémiques internes. Il y a beaucoup mieux à faire en faveur d’un dynamisme inventif, pour préparer les futures offensives. Frigide Barjot n’avait pas tort de déclarer dimanche que le monde entier avait les yeux tournés vers le mouvement qui ébranlait la France. D’ailleurs, je la crois en ce moment présente à Washington, avec une partie de son état-major, appelée dans la capitale fédérale par ceux qui mènent un combat analogue et manifestent devant la Cour suprême. Le débat fait rage aussi chez nos amis américains, qui s’intéressent beaucoup à la mobilisation populaire qui a lieu chez nous et qu’ils aimeraient susciter chez eux.

Plus que jamais, il convient donc de se concentrer sur l’essentiel pour unir les forces. Nul relâchement n’est à envisager, même dans le pire des cas, celui où la loi Taubira aurait été définitivement adoptée par le Parlement. Pour avoir vécu de très près les événements de 1984 et avoir eu, sur le sujet, un entretien mémorable avec le président François Mitterrand, je puis témoigner qu’il peut se produire des revirements inattendus dans la tête d’un chef d’État, en responsabilité de l’unité nationale et de la paix civile. Il y a des décisions difficiles qui ne sont pas des défaites lorsqu’elles signifient la victoire de la conscience et de la raison.

Chronique lue sur Radio Notre-Dame le 27 mars 2013.

Messages

  • Pour être tout à fait honnête en ce qui concerne ces incidents, il me paraît tout de même légitime de s’interroger sur la présence de jeunes (parfois très jeunes) enfants dans une manifestation de cette ampleur (ce que je dis vaut, bien évidemment, pour toute autre manifestation, y compris les manifestations en faveur du "mariage pour tous"). Les organisateurs n’ignoraient rien, au demeurant, de ces dangers possibles et ils auraient pu inviter à la prudence. Les bousculades dans une foule compacte, les violences de quelques excités sont aisément envisageables dans les grands mouvements populaires.

    En ce qui concerne cette manifestation du 24, il y a eu aussi la provocation (hélas ! bien visible sur video) d’un père de famille qui propose de mettre les enfants en avant. On ne peut approuver de tels agissements indignes. Mon père appartenait à la police et il savait bien qu’aucun policier ne cherche à exercer de sang froid des violences sur des enfants. Certains ont donc tout fait pour que des pertes de contrôle se produisent. Que l’on ait interdit un certain parcours à cette manifestation ne justifie pas à mes yeux des provocations, d’où qu’elles viennent, et dont les enfants sont les premières victimes innocentes.

    De plus, comment ne pas déplorer l’utilisation politicienne qui a été faite d’un mouvement dont la juste cause ne peut s’accommoder de ce type de récupération ? Que faisaient là certaines personnalités politiques dont j’ignorais - comme beaucoup - le prétendu engagement contre le libéral- libertarisme des réformes dites "sociétales" ? Avaient-elles quelque chose à prouver, à se faire pardonner, des voix à récolter ?

  • Monsieur Leclerc
    L’unité exige un leadership centralisé et de la discipline. L’organisation du mouvement doit rester dans les mains du collectif "La Manif pour tous". Certains essaient de jouer leur partition ou de récupérer le mouvement. D’autres critiquent la stratégie du collectif en attaquant Frigide. Le collectif a un réseau qui couvre toute la France. Il a montré sa capacité à diriger le mouvement avec sagesse et en employant des moyens moralement bons.

    Peut-être maintenant, faudrait-il faire entrer dans le collectif des personnes qui connaissent les techniques de non-violence active. L’histoire a montré avec Gandhi ou Martin Luther King que la non-violence active exige l’unité des tous les manifestants et une très grande discipline collective. La non-violence active ne s’improvise pas. Il va falloir se méfier d’éléments qui veulent se greffer sur la manif et utiliser la violence. Une vingtaine d’éléments incontrôlés ont suffi à déstabiliser la manifestation de 1.400.000 personnes. Le service d’ordre des manifestations non-violentes doivent être renforcés. Je pense que les techniques non-violentes sont indispensables. Ces techniques intègrent le fait que des éléments violents, parfois de la police même, intègreront la manif. Il est possible de révéler ces gens, par exemple en s’asseyant.

    Elkana Levi

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.