L’islam de France compatible avec la France ?

par Dominique Daguet

vendredi 6 octobre 2017

La question se pose depuis longtemps mais jusqu’ici n’a reçu que des réponses parcellaires : c’est une femme venue de l’islam, Lydia Guirous, qui donne un aperçu singulièrement clairvoyant dans un ouvrage récent au titre fort : « Ça n’a rien à voir avec l’islam ? », publié par les éditions Plon.

Ainsi aborde-t-elle des thèmes que l’on pourrait en vérité qualifier de ravageurs, adjectif juste à plusieurs titres : le premier de ces sujets va droit au but, qui n’hésite pas à déclarer « l’échec de l’islam de France » ! Elle en tire des conclusions que tout Français de quelque position politique que ce soit gagnerait à les étudier sans complexes – quoique certains hésiteront sans doute fortement à s’avancer sur des terres aussi dangereusement exposées aux censures vigilantes et imparables que ne manqueront pas de publier certains journalistes intellos situés au sein de la Grande Gauche.

Cela dit, qui ne comprendra combien la question de la « compatibilité de l’islam avec la France » ne se trouve pas être au cœur de la situation actuelle de notre pays ? Lydia Guirous, née en Algérie mais arrivée jeune à Roubaix, aujourd’hui de culture musulmane tout autant que française, écrit avec justesse et sérénité : « Être musulman n’est ni une immunité ni une capacité, ni un passe-droit : assumons enfin la part de responsabilité des dérives de l’islam et d’une partir des musulmans de France. »

En son écrit de fervente militante de la cause des femmes, cette combattante appartenant au bureau politique des Républicains entend nous prévenir avant que le pire ne pénètre au cœur de notre société. Elle s’adresse ainsi à chacun de nous mais particulièrement à tous les responsables qui, sous couvert de l’arme si commode de l’islamophobie, se taisent courageusement et refusent d’affronter le problème chaque jour grandissant d’un certain islam qui fragilise notre peuple déjà trop peu éclairé à ce sujet : parlant du voile qui transforme les musulmanes en « hommes-sandwichs », elle n’hésite pas à s’alarmer sur l’instrumentalisation des femmes afin de « démontrer la fore avancée de l’islamisme qui aide à renforcer un redoutable intégrisme ». Elle alerte en outre sur un danger que nul n’ose évoquer, celui d’une guerre civile au cours des vingt ou trente prochaines années.

Cet ouvrage est trop riche, aussi trop précis, pour que j’ose en donner ici une analyse qui serait naturellement indigente parce que trop courte : si donc cet ouvrage se trouve un lecteur je lui suggère de commander sans tarder un exemplaire chez son proche libraire afin de pouvoir, lentement et avec soin, étudier et retenir ce que nous livre l’auteur : combien il devient nécessaire que tous ceux qui peuvent participer au grand œuvre qu’elle évoque : refonder l’islam, priorité pour les musulmans et « geste qu’attendent de nous nos compatriotes ».

Il convient également de concevoir, dit-elle, que « tous les musulmans (qui) ne comprendront pas qu’ils sont globalement responsables … de leurs propres turpitudes, les choses n’avanceront pas et le fameux "vivre-ensemble" reculera… »

Les premiers lecteurs auxquels je suggère de se doter de ce « savoir » et de cette « compréhension » ne peuvent être que des députés et des sénateurs, des maires aussi bien de grandes, moyennes et petites villes que de banlieues et de villages, afin notamment qu’ils aient l’intelligence de faire venir chez eux Lydia Guirous en vue de saines et grandement utiles conférences.

Messages

  • Parce que je vis à Marseille dans le centre ville, et cela depuis 30 ans, j’ai plus que quiconque droit à la parole. J’ai assisté à un changement radical vestimentaire qui me dérange profondément. La Canebière ressemble à une ville du Maghreb avec toutes ces femmes qui portent leur identité musulmane sur la tête et semblent complètement déconnectées de la réalité de la ville. Elles donnent bien l’impression qu’elles vivent chez elles et vous, petite citoyenne sans signe extérieur de religion, vous êtes touriste, visiteuse peut-être. Que fait donc Monsieur le Maire, Jean-Claude Gaudin ? Est-il informé de cette nouvelle Canebière, qui ne ressemble en rien à celle qu’il a connue. Bien entendu, M. GAUDIN ne circule qu’en voiture avec chauffeur et doit bien faire semblant de ne rien voir, rien entendre. et ceci quand il est à Marseille, alors qu’il passe le clair de son temps à Paris.

    Qu’il ne s’étonne pas alors, lorsque viendra le temps des élections, du coup de pied aux fesses qu’il recevra. J’ai discuté plus d’une heure avec des femmes qui comme moi attendaient le bus, lequel était en retard, ce mardi 10 octobre, c’était jour de grève des fonctionnaires, mais tout s’est passé dans le calme. De toute façon, quand il y a grève, on marche et on ne dit rien, c’est devenu un réflexe.

    Outre cet affichage de l’islam, un autre tout aussi dangereux : la paupérisation grandissante. Une très grande partie des Marseillais sont assistés, chômeurs, SDF et désespérés, au point que si vous leur demandez comment les aider, ils vous répondent que c’est sans espoir. Pas de travail, pas de logement, rien d’autre à l’horizon que la perspective d’être nourri, hébergé, gratuitement, autrement dit assisté. Ah oui ! Et si ceux et celles qui participent à la faible économie de la ville, parce qu’ils ont un petit job ou sont petits retraités décidaient d’un coup de partir, d’aller vivre ailleurs, dans une région plus riche. A propos de région, je n’ai pu m’empêcher d’avoir un haut-le-cœur en voyant la façade vitrée de la Région P.A.C.A. sur la Canebière dans un tel état de saleté que c’était triste à mourir. Moi, qui ai travaillé à la Région en tant que chargée de mission et chargée de communication pendant 15 ans, j’ai eu tellement honte de voir ce déclassement que j’aurais voulu pouvoir laver moi-même cette façade. Mais comment faire ?
    Il existe à tout problème des solutions ! Alors comment s’y prendre pour que M. GAUDIN fasse quelque chose dont il serait fier. la 2ème ville de France dans un tel état, qui aurait pu l’imaginer. Mais je ne vais pas partir en raison de ces nuisances, ce serait trop facile d’aller ailleurs. Je vais me renseigner dans un premier temps pour voir s’il existe des associations qui ont pris ce problème à bras-le-corps et si ce n’est le cas, on peut imaginer en créer une, même si tout le monde semble - pardonnez-moi l’expression - s’en foutre. Sommes-nous descendus si bas qu’il n’est plus possible de remonter, simplement aussi, parce qu’il n’y a plus de corde pour remonter à la surface. Au secours NOTRE SEIGNEUR JESUS-CHRIST, au secours NOTRE DAME DE LA GARDE, ne nous abandonnez pas ! Pitié pour cette ville, pitié pour ses habitants, pitié pour qui croit à une sorte de rédemption de la ville. Pitié !

  • Refonder l’islam en France est le problème des musulmans s’ils le veulent , et à vrai dire c’est leur problème mais pas le mien. Pour nous qui ne sommes pas musulmans, nous devons dire que la France est notre pays, que nous venons de très loin, que nous avons une histoire, un passé, il y a des français de très longue date, d’autres qui sont venus rejoindre la maison et qui ont tellement aimé ce pays qu’ils appartiennent à la famille, à notre grande famille. On peut être français de souche ou d’adoption, du moment que l’on a la volonté de s’inscrire dans ce temps long.
    Ce que dit Solange me touche, Marseille a été la ville de mes vacances d’enfance et d’adolescence, j’en garde un souvenir merveilleux mais je sais tout ce qu’elle dit : le Marseille de Pagnol n’existe plus. Son témoignage pourrait être celui de tous les parisiens, la ville phocéenne n’est pas un cas unique, elle n’est que le visage de la France d’aujourd’hui effrayante et que l’on ne peut reconnaître.
    L’Islam en France et non de France est-il compatible avec la France ? si nous étions dans la tradition de nos grands aînés, si nous n’avions pas "trahi" , la question ne se poserait même pas, car l’islam ne penserait même pas à s’installer mais nous aurions des musulmans en France, un point c’est tout.
    Qu’attend Solange de Gaudin ? la France d’aujourd’hui est celle de tous ces politiciens qui depuis quarante ans ont détruit méthodiquement la France.
    L’islam est-il compatible ? il y a longtemps que la question est réglée par nos élites déshonorées : soit les français se rendent compatibles et certains le font sans vergogne soit en se convertissant soit en s’aplatissant, quant aux autres ils baissent la tête tellement ils sont couverts de crachats et de honte. Beaucoup n’ont qu’une envie (je ne parle pas des imbéciles friqués), c’est de partir loin, loin pour ne pas voir ce que l’on voit, ne pas entendre ce que l’on entend, et ne pas accepter l’inacceptable.
    La France cauchemardesque sous nos yeux n’est pas que le produit des nos politiciens, elle est aussi la conséquence de notre lâcheté ; si des millions de français avaient su descendre dans la rue pour dire NON ! nous n’en serions pas là.
    Le pays de Pascal, de Racine réduit à se taire : bientôt les statues de Colbert vont tomber, la haine de soi, toujours des insanités ou des bêtises entendues contre le christianisme, par contre la moindre critique contre l’Islam vous cloue au pilori par des journalistes incultes et aux ordres.......
    La description que fait Solange me rappelle une anecdote : me promenant à Barbizon, je disais à un ami "tiens on est en France", l’illusion dura très peu 10 kms plus loin la réalité sautait aux yeux, nous étions revenus dans le "pays réel" : pouillerie généralisée, tenues incongrues, on a le choix entre Belphégor et l’élégance des touristes en shorts et traînant la savate...et surtout à fendre le cœur, une paupérisation sans nom, révoltante : qu’a-t-on fait de notre peuple ? Alors on pleure un pays perdu, ce jardin à la française que notre légèreté n’a pas su préserver.
    La France d’aujourd’hui est devenu un grand centre de cas "psychiatriques" dixit nos "élites" : réjouissons-nous l’exception française a de l’avenir : le territoire de Mr Macron habite le plus grand nombre de "fous"...

  • Tout aurait commencé avec Le "foulard" de Creil (1989), transformé en "voile", puis "voile islamique", reformulé en "burka", enrichi du "niqab" et en autant d’autres déclinaisons pour s’échouer - en aurait-on fini - sur les plages horaires d’émissions TV et autres media en "burkini"... Ce défilé répétitif d’accoutrements exotiques se multipliant à longueurs de pages dans la presse et en une myriade d’ondes satellitaires dans nos écrans TV a atteint des dimensions conséquentes. Non que le sujet soit à esquiver lâchement mais en le noyant dans un bruitage intempestif il y aurait peut-être danger à le voir étouffer d’autres questions sujettes à non moindre préoccupation .Histoire du "train qui peut en cacher un autre". En décelant en toutes choses du positif : ces "modes" d’un autre âge auraient cela d’intéressant c’est qu’elles sont visibles, elles, et on peut donc plus facilement s’y opposer.

    Quand l’accent est mis sur l’aspect vestimentaire, on aurait tort de se limiter à l’évocation - assez parlante on l’avouera - de "Belphégor" vs "l’élégance des touristes en shorts et traînant la savate" comme on aurait le droit de se demander s’il serait superflu ou exagéré ou mensonger d’ajouter, pour compléter le panorama, l’image des micro-jupes ouvrant sur un string, des décolletés plongeant sur le nombril, des tenues couvrant, il est vrai, du cou jusqu’aux orteils mais à ce point moulantes qu’elles laissent poindre le moindre petit téton (dixit Maurice Chevalier)... On laissera pour peut-être une autre occasion la colonisation généralisée de certaines chaînes TV par une pornographie en illimité et d’autres projets de même catégorie. N’y a-t-il pas nécessité, au-delà de l’aspect "mode", de déceler les idéologies quelles qu’elles soient et s’y opposer.

    "... nous devons dire que la France est notre pays, que nous venons de loin, que nous avons une histoire, une passé...", qui donc oserait nier cette réalité ? Allant plus loin, pourquoi se limiter à le "dire" alors qu’il devient urgent à ce stade de le prouver.

  • Lydia Guirous a une position ambigüe sur l’islam. A moins qu’elle ne connaisse pas sa propre religion ou bien qu’elle la connaisse mal.

    Je viens d’acheter son dernier livre, " Ca n’a rien à voir avec l’islam".
    Parlant des frères Kouachi, les assassins de Charlie Hebdo, elle affirme page 50-51 : "Les terroristes islamistes comme les frères Kouachi étaient déterminés à tuer, à faire des centaines de morts, au nom de leur idéologie qui est une déviance de l’islam."

    Une déviance de l’islam ? Pas du tout. Et je le démontre :

    Le prophète Mahomet était coutumier de l’exécution de ses détracteurs. Cela est rapporté dans la Sirâ, la biographie la plus ancienne du prophète, écrite par des musulmans pour les musulmans.
    Il a fait exécuter Abu Afak qui écrivait des poèmes satiriques contre lui. Ainsi qu’une femme du nom d’Asmâ bint Marwan. Elle s’était indigné de ce meurtre et avait insulté le prophète. Il fit de même et pour la même raison avec Kaab Ibn Achraf un poète juif. Ils ne furent pas les seuls : Abu Azzai, Khalid abu Sufyan al Hudhayli, Fartana, une chanteuse qui s’était moquée de lui etc..etc..

    Non les frères Kouachi étaient de très bons musulmans puisqu’en tuant les responsables de la publication des caricatures, ils ont suivi l’exemple du prophète. Celui que les musulmans appellent le Beau Modèle.

    Ainsi, si les Kouachi étaient des musulmans déviants, selon Mme Guirous, à l’évidence le prophète Mahomet l’était aussi.
    A contrario, si Mahomet n’est pas déviant, les disciples qui suivent son exemple, ne peuvent en aucun cas être traités de déviants.

    Il est à remarquer que les autorités musulmanes ont été très mesurées dans leur condamnation des crimes de Charlie Hebdo. C’est compréhensible : comment condamner un acte dont leur prophète était coutumier ?

    Lydia Guirous, se dit musulmane mais en proposant la réforme du Coran elle se met dans une position insoutenable vis-à-vis du prophète. Est-ce que pour elle, Mahomet est toujours le beau Modèle que les musulmans doivent suivre ?
    Si ce n’est pas le cas, elle ne doit pas changer le coran mais changer de prophète.

    Il faut arrêter de se mentir. Et de se voiler la face devant la nature de l’islam.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication