L’eucharistie construit l’Église

par Gérard Leclerc

mercredi 11 novembre 2020

© Pascal Deloche / Godong

Il n’est guère possible d’ignorer la polémique qui oppose les catholiques qui acceptent l’interdiction des messes au nom des exigences sanitaires et ceux pour qui elle est une atteinte cruelle à leur vie chrétienne. La messe n’est pas un rite secondaire, car selon la tradition c’est l’eucharistie qui construit l’Église.

Le Conseil d’État ayant rejeté le recours formulé notamment par les évêques de France afin de demander la suspension de l’interdiction des messes, cette décision a été accueillie par beaucoup de catholiques avec tristesse. Elle donne même lieu à des manifestations de protestation publique devant les cathédrales. Une polémique assez vive est née aussi entre ceux qui acceptent cette interdiction en raison de la priorité des mesures sanitaires et ceux qui expriment leur souffrance d’être privés de ce qui nourrit par excellence la vie chrétienne. Il est vrai aussi que cette polémique s’élargit avec les remontrances de ceux qui craignent que le confinement ne porte atteinte à la liberté humaine. C’est le discours développé notamment par le philosophe André Comte-Sponville et qui reçoit un écho certain.

Reconnaissons que l’équilibre est difficile à trouver et que les exigences sanitaires relèvent, dans leur ensemble, d’une sagesse élémentaire. En ce qui concerne les catholiques, cet équilibre est plus délicat encore, car l’eucharistie est bien « la source et le sommet de la vie chrétienne » pour reprendre les termes de Vatican II. Il ne peut être question de minimiser cette réalité fondatrice, que le cardinal de Lubac avait bien mise en lumière, de la liaison intime de l’Église et de l’Eucharistie. Si c’est l’Église qui célèbre l’Eucharistie, c’est l’Eucharistie qui construit l’Église. Il n’est donc pas envisageable de se priver de la messe, comme s’il s’agissait d’un rite contingent. Et mère Teresa serait bien surprise qu’on invoque son exemple pour dissocier l’exercice concret de la charité de la célébration des saints mystères. Autant expurger l’Évangile de saint Jean de son chapitre 6 : « Qui mangera ce pain vivra à jamais. »

Plutôt que d’opposer l’un à l’autre, il conviendrait mieux de les associer. Car c’est bien l’offrande du Christ qui nous ouvre à tous les dons de la charité.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 11 novembre.

Messages

  • Vous obeisera l état ou a dieu dieu nous laisse libre, et en ce moment ce n est pas le cas, même en alsace, alors qu’on a le concordat de la loi de 1905prions Marie et jésus et Joseph et dieu notre père et Saint esprit qu’ils viennent à notre aide
    Prions beaucoup de rosaires ses notre seule armes, dieu ne nous laisse pas tomber ses yeux nfants il va intervenir si tout le monde se convertisse dieu et au commande

  • L’on pourrait comprendre la « priorité des mesures sanitaires » si celles-ci avaient cette efficacité réelle que les autorités et nombre de médias essaient de nous vendre à grand renfort de chiffres contradictoires et invérifiables.

    Le premier confinement à été accepté parce que tout le monde a été tétanisé par la soudaineté d’une décision qui semblait ne pouvoir être autre face à une épidémie nouvelle et difficile à cerner.

    Entre temps, les observateurs qui avaient su rester en dehors du vent de panique soufflé depuis les estrades des autorités sanitaires se sont bien rendus compte que l’improvisation la plus complète guidait l’action d’un pouvoir qui n’a même pas pris la peine de mettre en oeuvre les actions évidentes pour se préparer à une nouvelle offensive.

    Premier confinement : un pis aller rendu incontournable par l’état d’impréparation du politique et l’état de désorganisation du sanitaire.

    Deuxième confinement : un mélange de faute grave, d’arbitraire et de stupidité obtuse !...

    Il est évident, et de grands noms de la science médicale l’ont expliqué avec détail et clarté, qu’il fallait avant tout TRAITER, et ceci de manière la plus précoce possible, et non pas attendre que les personnes atteintes voient leur situation s’aggraver dramatiquement avec seul recours d’une hospitalisation (précédant trop souvent une entrée en réanimation).
    Malheureusement, les choses étant ce qu’elles sont, les grands noms ont été l’objet d’une ahurissante chasse aux sorcières et d’un invraisemblable lynchage médiatique. De minables petites rivalités et de gros conflits d’intérêt expliquent ces comportements déplorables et condamnables de gens dont on attendrait plus de dignité et non des attitudes hystériques (en plein hémicycle de l’Assemblée nationale, par exemple...).

    C’est ainsi que l’on tente de faire

    croire aux Français qu’en n’allant plus chez son coiffeur, ni à la messe (mais en continuant d’être entassés dans des transports collectifs urbains, toujours aussi sales) et en condamnant à mort une foule de petits commerces et entreprises, l’activité coronavirale serait contenue et les lits d’hôpitaux (ceux ayant échappés à la fureur destructrice de la technocratie durant trois décennies) verraient leur taux de remplissage décroître !

    La seule raison qui explique cette stupide et intolérable interdiction faite aux chrétiens d’exercer leur culte est que ceux-ci sont désormais en effectif ultra-minoritaire, à la limite du dérisoire et que leurs épiscopats ont renoncé depuis bien longtemps de hausser le ton ou simplement de faire entendre une voix collégiale lors d’atteintes aux libertés ou pour dénoncer des injustices sociales (combien ont pris la parole au moment de la longue affaire dite des gilets jaunes et de l’intense, injuste et brutale répression qui s’est abattue sur une masse considérable de citoyens ?...).

    Rien ne justifie cette interdiction d’exercice public du culte. Surtout pas cette politique de la peur et de la coercition justifiées par des statistiques totalement fantaisistes s’appuyant sur des tests mal calibrés (nbr de cycles d’amplification) qui fournissent une profusion de "cas" dont une proportion importante ne sont pas des malades, ni des sujets contagieux...

  • Merci à Réginald de Coucy d’avoir exprimé exactement ce que je pense.
    Certains fidèles parfois, semblent avoir plus de foi que leurs évêques.
    Encourageons nos prêtres, prions pour qu’ils ne se découragent pas et aident les chrétiens à augmenter leur Foi, l’ Espérance et la Charité.

  • merci Réginald de Coucy ; tout est dit et bien dit.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.