L’épiscopat à Lourdes et l’Église en crise

par Gérard Leclerc

mercredi 3 avril 2019

Nos évêques réunis à Lourdes pour leur session de printemps ont à affronter la situation que l’on sait. La charge qui repose sur leurs épaules doit nous incliner à nous sentir solidaires, quelles que soient nos difficultés à vivre les épreuves qui se sont accumulées ces temps-ci. Je lisais hier un texte les invitant à faire silence plutôt qu’à se répandre en déclarations trop assurées. Mais n’est-ce pas à nous aussi d’observer un certain silence, pour respecter leur liberté intérieure et l’espace d’échange intense qu’impose l’avenir d’une Église souffrante ? Je ne doute pas que le laïcat ait beaucoup à dire lui aussi et qu’il convient de faciliter des démarches de réflexion et de communion. Encore faudrait-il trouver les bonnes méthodes pour permettre que les uns et les autres s’expriment pour le meilleur. Mais il y a un temps pour tout.

Un temps pour la réflexion des évêques, qui ont la responsabilité inhérente à leur consécration : gouverner, enseigner et sanctifier. Il y a un temps pour la collaboration du laïcat, qui peut apporter l’éclairage indispensable résultant de son engagement dans les réalités sociales. Fort heureusement, ici et là, des contributions se révèlent très au-delà de ce que l’on peut craindre en pareille période qui favorise parfois les esprits chimériques et les entrepreneurs de démolition. Cela a toujours été.

Mgr Pontier, archevêque de Marseille, arrive au terme de son mandat de président de la Conférence des évêques de France. Il a prononcé hier un discours qui a valeur de testament spirituel. Précisément, il a terminé par une longue citation de saint Paul dans sa première épître aux Corinthiens. Ainsi recentrait-il tout sur l’essentiel du mystère de la foi : « Car le Dieu qui a dit : que la Lumière brille au milieu des ténèbres, c’est lui-même qui a brillé dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de sa gloire qui rayonne sur le visage du Christ. » Oui, tel est bien le mystère de la foi. Si les évêques ne le proclament pas, c’est les pierres qui le crieront ! Aucune crise ne saurait empêcher l’expression de la foi de l’Église.

Chronique diffusée sur radio Notre-Dame le 3 avril 2019.

Pour aller plus loin :

Messages

  • Bonjour,

    Depuis l’avènement de la nouvelle maquette de France Catholique, le Bulletin Spirituel hebdomadaire suivi de la Prière proposés par Albéric de PALMAERT a totalement disparu de la revue, à mon très grand regret !

    Est il -à tout le moins- envisagé que la diffusion de cette attachant compagnonnage spirituel se poursuive, par voie numérique sur le site internet de France Catholique ?

    Véritable marqueur de la revue, à mon sens, il serait dommage de s’en séparer !

  • Je n’ai pas lu votre article, par manque de temps.
    - Ce ne sont que des pions infiltrés à l’intérieur de l’Eglise, pour la casser de l’intérieur. Ces hommes n’auraient jamais dû rentrer dans les ordres, et devraient être radiés de l’ordre et envoyés en prison pour faire pénitence, et sauver leurs âmes et celles de leurs victimes (comme cela se faisait en France il y a bien longtemps) ;
    - Que les Religieux cessent de se rassembler TOUS à Lourdes (de fonder des communautés au même endroit), mais qu’ils s’éparpillent de par la France pour la ré-évangéliser.
    - Nous avons vécu 8 ans à Lourdes même, voir autant de religieux(ses) alors qu’en France, c’est le désert complet dans trop de régions, trop de sanctuaires fermés car personne pour s’en occuper, c’est honteux.
    - D’autre part, lire les médias, regarder les infos à la TV... tout ou presque est entre les mains d’anti-chrétiens, et ne diront et ne donneront que des mauvaises nouvelles pour enfoncer l’Eglise de plus en plus.
    Si la France et l’Eglise vont si mal, cela ne pourra pas s’arranger si nous ne faisons rien.
    Jamais l’Eglise n’aurait dû laisser l’école et les hôpitaux aux mains des laïcs, perte de la foi (car elle ne peut plus être annoncer dans ces endroits), ni permettre des mariages mixtes (car généralement, c’est le (ou la) païe(ne) qui influence les enfants, et ainsi la France se déchristianise de plus en plus vite.
    Il n’y a qu’une seule Vérité, le Christ... nous avons rendu notre sainte religion trop floue, trop babacool... du vent... nous sommes devenus des marshmallows car vis à vis des protestants, des musulmans, eux, sont FIERS de leur croyance et ils y vont pour conquérir les gens.
    Le Christ nous a dit que le Ciel souffrait violence, et nous nous confions trop en sa sainte miséricorde, pensant que nous irons d’office au Ciel. Ou est passé la crainte du Seigneur ? N’oublions pas que Dieu est miséricordieux, mais juste aussi. La présomption est très mauvaise. L’Eglise a vraiment tort de dire que du moment que nous sommes baptisés, nous sommes sauvés ! Que faisons-nous des apostats, des hérétiques (car nous en avons plein chez nous) ? Moi-même, j’étais païenne, quoi que baptisée à 3 ans, je ne savais même pas que Dieu existait jusqu’à ma majorité !!!
    - Remettons à l’honneur nos saints patrons locaux (voir ND du Dimanche, à Saint-Bauzille-de-la-Sylve) pour que le Seigneur nous prenne en pitié.

  • Les media ont largement mis en avant cette session épiscopale du printemps 2018 , dans leur élan de la couverture du procès de Lyon . Certains évêques profitent de ce canal pour paraître devant les écrans , ils assurent leur carrière : c’est du "mondanisme" !! Qui s’intéresse aux évêques des diocèses majoritairement ruraux ? Personne . Et pourtant leurs clercs de plus en plus âgés essaient de maintenir la présence de notre Eglise ( communauté) et répondent ainsi à l’appel d’évangélisation reçu , avec des moyens dérisoires mais avec toute leur HUMANITE .
    La focalisation sur les abus sexuels avait et a un but précis. Oui nous devions dénoncer , la Justice doit juger les vrais coupables , en attente de procès comme à Lyon ... Cependant trop est trop et les catholiques Français investis dans la vie de l’Eglise veulent autre chose , soit reprendre les articles de Vatican II sur la place des laïcs . Dans certaines paroisses ils sont les maîtres absolus , confondant cellule de parti ou section syndicale ( leur passé ... ) . Comment apporter le message de Jésus si les impétrants auto-proclamés ne possèdent aucune connaissance théologique , exégétique ? Face au cléricalisme le laïco - cléricalisme . Ils remplaceraient les prêtres répondrez -vous ? La chute des vocations , le vieillissement clérical sont le second point de réflexion . Imposer un engagement à vie est une privation de la liberté , fondement du Christianisme . Maîtrise-t-on le discernement à 25 ans ?Ce sont des hommes . Le troisième est celui de la liturgie : les évêques ont-ils conscience qu’elle n’est plus supportée d’où les abandons , que nulle part dans les Ecrits la trace d’un quelconque apparat vestimentaire . Ils sont intelligents et devraient balayer tout ce qui est de l’appropriation historique des cultes et manifestations païennes des 1ers siècles du Christianisme . A eux de prouver qu’ils sont aptes dans leur mission à soutenir la Foi de chacun d’entre nous . Et pas devant les caméras !!

    ce message doit apparaître sous Suzanne . merci

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.