L’énigme homme/femme

par Gérard Leclerc

mardi 4 octobre 2016

Haro sur le Pape ! François a osé, dans l’avion qui le ramenait dimanche du Caucase à Rome, signaler les ravages de la théorie du genre. Mal lui en a pris. C’est à qui revendique l’honneur de remettre le Pape à sa place pour une déclaration qui, nous dit Libération, fait vraiment « mauvais genre ». Délicieuse ironie qui n’empêche pas la rude mise au point de la coalition innombrable de tous ceux qui vous assurent que la théorie du genre, ça n’existe pas ! C’est un pur fantasme, fabriqué par la fachosphère ou par « l’Église qui en a fait son cauchemar ». Pardonnez-moi, mais tous ces gens sont sacrément gonflés. Ce sont les mêmes qui, depuis les premières années du siècle, nous imposent l’œuvre de madame Judith Butler comme celle d’un pur génie, qui ont le front de nous dire que non, il n’y a rien à voir, rien de nouveau, ou rien que des banalités. Alors, il ne fallait pas faire autant d’histoires, parler par exemple comme Christiane Taubira de « réforme de civilisation ».

La vérité qu’il s’agit aujourd’hui de cacher, alors qu’on l’a brandie comme un titre de gloire, c’est qu’on a voulu, intellectuellement, socialement, législativement, nous faire accomplir une mutation anthropologique. La tactique actuelle consiste à dissimuler cette mutation sous le mode d’une discipline universitaire, les études de genre, qui ne serait fondée que sur des méthodes d’observation et nullement sur une philosophie ou sur une théorie. C’est un mensonge pur et simple. Dès qu’on touche aux sciences humaines, les questions philosophiques sont en cause. Elles s’imposent parce que l’anthropologie, à chaque tournant, à chaque étape, expose l’homme comme énigme ou comme mystère. Et notamment comme énigme d’un être homme/femme.

Si on décide la fin de cette énigme, on porte à l’humanité un coup fatal. Il y aurait une immense étude à faire à partir de là. Elle existe d’ailleurs à l’état virtuel dans notre culture, en philosophie, en littérature, en théologie. Je recommanderais l’essai de Bérénice Levet à ce propos (La théorie du genre ou le monde rêvé des anges, Biblio essai, Le Livre de Poche) : « Je défends, écrit-elle, la différence des sexes, l’altérité comme fondement de nos sociétés moins parce qu’elle est naturelle qu’en raison de la culture qu’elle porte. » Notre civilisation ne s’est développée qu’à exalter cette énigme de la première différence qui est au principe de l’amour et de la vie.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 4 octobre 2016.

Pour aller plus loin :

Messages

  • Et voilà publié le "haro sur le Pape !" entendu sur les ondes de Radio Notre-Dame. Dans un des messages dans l’espace de forum de FC on peut lire, à propos des hordes de contradicteurs qui tombent sur le pape dès qu’il ouvre la bouche pour placer un mot : "encore un peu et on empêcherait le pape François de respirer !". Ici, G. Leclerc va encore plus loin : "Le Pape a osé...signaler les ravages de la théorie du genre. Mal lui en a pris...". La théorie du genre fantasme fabriqué par "l’Eglise qui en a fait son cauchemar". Un très sincère "’hors de soi" (et l’entendre c’est encore autre chose) : "Pardonnez-moi, mais tous ces gens sont sacrément gonflés". Un tout aussi sincère "Bravo, Leclerc !" avait échappé à l’auditeur.

    "Dès qu’on touche aux sciences humaines, les questions philosophiques sont en cause. Elles s’imposent parce que l’anthropologie, à chaque tournant, à chaque étape, expose l’homme comme énigme et comme mystère. Et notamment comme énigme d’un être homme/femme". Le reste ne mérite pas moins d’être souligné. Et G. Leclerc de renvoyer le lecteur à l’ouvrage de Bérénice Levet qui assure défendre la différence des sexes surtout en raison de la culture qu’elle porte. Et dans ce monde que certains veulent "global" comment ne pas voir que notre culture risque de disparaître... si, en plus, ce n’est pas un des buts recherchés par certains...

    Il m’en souvient avoir vu et entendu, il y a des mois, la ministre de l’Education dire que la théorie du genre c’est comme le monstre du Loch Ness dont tout le parle mais que personne n’a vu parce qu’il n’existe pas. Enfin à peu près ceci. Si je pouvais me permettre d’inviter Najat Vallaud-Belkacem à lire - si ce n’est déjà fait - l’essai de Bérénice Levet... Pour plagier Simone de Beauvoir : on ne nait pas cultivé, on le devient. Enfin, on peut le devenir.

    Pour en revenir à G. Leclerc : en quelques mots simples, la conclusion reflèterait à elle seule la qualité du billet ... Excellent !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.