L’énigme écologique

par Gérard Leclerc

lundi 29 juin 2020

© Trackmetal / Pixabay

Laissons aux politologues, aux experts en sociologie électorale, le soin d’analyser les résultats de cet étrange second tour des élections municipales. Le record d’abstention est forcément à mettre en relation avec la crise sanitaire dont nous ne sommes pas sortis. Est-il vraiment possible, avec une participation si faible, d’accomplir un diagnostic sur la réalité des mouvements internes à l’opinion française ? Il est tout de même singulier que les deux formations qui obtiennent les scores les plus importants aux élections nationales, à savoir le Rassemblement national et La République en marche, soient sous-représentés à l’échelon communal. Cela s’explique évidemment pour des raisons d’implantation locale. Les Républicains et les socialistes conservent leurs fiefs, grâce aux personnalités qui les tiennent solidement. Mais il n’est pas avéré qu’il seront en capacité de reconquérir prochainement la présidence de la République et le Parlement.

En revanche, il ne fait pas de doute que ceux qui ont marqué le plus de points dans cette compétition, avec les réserves qui s’imposent, sont les écologistes. Des écologistes qui manifestent leur puissance dans les plus grandes villes du pays. Sociologiquement, c’est intéressant, car si l’on se réfère aux travaux de Christophe Guilluy et de Jérôme Fourquet, c’est là où les flux de la mondialisation s’avèrent les plus positifs qu’ils rencontrent leurs succès, et non dans la France périphérique, celle des Gilets jaunes précisément. La sensibilité écologiste semble s’épanouir de façon privilégiée dans les classes aisées. C’est une première remarque.

La seconde concerne l’énigme de l’écologie politique. Sans doute, depuis la candidature de René Dumont à la présidentielle de 1974, un courant écologique s’est affirmé au long des décennies, avec déjà des victoires partielles, notamment aux européennes. Pour autant, il n’est pas assuré que l’identité intellectuelle du phénomène soit complètement lisible. Sans doute échappe-t-il à la traditionnelle opposition de la droite et de la gauche, mais c’est une raison pour laquelle il est difficilement identifiable historiquement. D’ailleurs, chez certains idéologues on trouve une haine de l’histoire dans la mesure où l’histoire est l’anti-nature, où elle ajoute à la nature ou la contredit. C’est pourquoi, personnellement, je m’interroge avec perplexité sur cette nouvelle donnée qui transforme notre sociologie électorale. Autant je suis proche de quelques uns des pionniers de l’écologie comme Jacques Ellul, autant je suis circonspect devant l’énigme de cet écologisme encore mal formulé.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 29 juin 2020.

Messages

  • Dans une abstention impressionnante et inhabituelle lors d’élections locales, les municipales viennent de s’achever dans le canevas post pandémique qui n’a rien fait pour les rendre possibles.

    Les analystes politiques seront de la fête car les surprises de résultats électoraux défient les stratagèmes et parfois se retournent contre leurs auteurs, dans ce damier de vie politique, LRem, Pr, Ps, Rn, les gauches radicales qui jouent leur habileté transversale pour priver ou ajouter des résultats d’alliances entre partis peu favorables aux calculs électoraux partisans.

    Il est vrai que les écologistes, cette espèce hybride nouvelle asymptomatique qui ne dit pas toujours son origine, mais décompose les estimations, a gagné son pari contrasté en des villes qualifiées de France, et non des moindres, à ne pas confondre avec des cités régionalistes identitaires et réfractaires, aux états majors nationaux.

    - Bordeaux pour exemple n’a jamais été une ville d’aventurier économique, sinon maritime pour d’autres raisons, qui voit son économie à l’exportation malmenée par la crise viticole aggravée par la pandémie, l’aéronautique en difficulté, des populations venues de l’étranger qui mènent sur la commune des rapports difficiles socialement, en rupture avec les traditions policées de la cité.

    - Bordeaux, la Cité du vin, une carte de visite chère aux vignerons de la Nouvelle Aquitaine, cherche de toute évidence une issue favorable à ce secteur économique en souffrance.

    - Bordeaux et son réseau d’avionneurs de haute technicité, qui fait vivre la sous traitance dans l’Ouest aquitain bien au delà de la Gironde connait la crise covid19 et ses conséquences dans ce secteur de l’aviation nationale et internationale.

    Les écologistes dans la lignée de Noël Mamère eurent le désir de proposer des alternatives autres de " la via économica "depuis des décennies.

    Taxés d’illuminés, ou pire d’allumés comme René Dumont du Club de Rome en son temps, ces auteurs ont perçu le plafond de l’hostilité première auprès des jeunes, particulièrement réceptifs à leurs idées.

    L’écologie sera-t-elle cette passerelle de l’avenir entre partis politiques français qui fait rêver les gouvernants en quête de "passeurs du futur" ?

    L’écologie va-t-elle restaurer la confiance démocratique et citoyenne de nos compatriotes avec la vie socio économique locale et nationale ?

    Le prétendre serait aller vite en besogne.
    Penser que le mouvement des écologies est temporaire et occasionnelle, tout autant.

    Il s’est passé quelque chose d’insolite en ce dimanche électoral en France.
    Les adeptes de l’écologie sortent de l’anonymat des urnes municipales.
    Désormais ces élus compteront bien davantage que dans le passé dans le jeu politique local, sans lesquels il n’y aura de majorité de gouvernance.

    Les Français ne se détournant plus des enjeux écologiques du pays, regarderont bien de visu cette réalité nouvelle du champ politique national, qui pourrait drainer des énergies neuves de la jeunesse dont les sympathies sont avérées pour nombre d’entre en délicatesse avec les aînés, plus proches des appartenances idéologiques classiques, droite/gauche, extrême droite/extrême gauche, ni de droite ni de gauche, dont ils semblent s’éloigner davantage !
    Le prix de la démocratie se joue en partie sans aucun doute avec cette émulation écologique qui grandit à chaque élection et n’est pas au terme de sa croissance !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.