L’avenir religieux du monde

par Gérard Leclerc

lundi 25 avril 2016

Nicolas Senèze, notre confrère de La Croix, rend compte dans le quotidien d’une étude de l’institut de recherche américain Pew Research Center sur le paysage religieux mondial à l’horizon 2050. Dans l’ignorance des méthodes et des bases de travail de cet institut, il est difficile de juger de la pertinence des chiffres allégués, surtout dans un domaine qui relève largement des consciences personnelles, mais on peut penser néanmoins que les tendances générales indiquées doivent correspondre à des données assez fiables. Ainsi se trouve soulignée la très forte croissance de l’islam (+ 73 %) dont le nombre de fidèles deviendrait proche de celui du christianisme (2,76 milliards de musulmans pour 2,92 milliards de chrétiens). En 2050, l’islam réunirait donc 29,7 % de la population mondiale et le christianisme 31,4 %. C’est la plus forte croissance démographique qui rendrait compte de cette progression.

Compte tenu des autres religions de la planète, on est obligé de constater que le fait religieux est absolument massif et qu’il continue à conditionner totalement l’existence de l’humanité. En contraste, il y aurait même diminution de l’athéisme et de l’agnosticisme, sauf dans quelques pays occidentaux. Ainsi, on prévoit qu’en France le nombre des sans-religion deviendrait majoritaire à l’horizon 2050 (44 % de la population). D’évidence, ce contraste nous interroge, nous autres Français. Comment interpréter ce phénomène de déchristianisation, alors que l’Afrique se christianise de façon impressionnante ? Toujours, selon l’institut américain, quatre chrétiens sur dix en 2050 habiteront au sud du Sahara. On aurait donc tort de considérer que la sortie du religieux, qui nous est propre, concerne l’évolution historique obligée. C’est le contraire qui est vrai. La déchristianisation française s’inscrit en contraste avec l’expansion mondiale du christianisme, et encore plus de l’islam.

Quelles conséquences en tirer pour l’évangélisation nouvelle de notre pays ? Il faudra s’interroger à nouveaux frais là-dessus, sans se laisser impressionner par les diktats idéologiques. L’absence de culture religieuse constitue sans doute une des coordonnées majeures de l’éloignement de nos nouvelles générations par rapport à la foi. Indépendamment de ce que cela constitue comme déficit spirituel, il convient de remarquer comment la méconnaissance du facteur religieux entraîne une méconnaissance des ressorts essentiels du monde d’aujourd’hui. C’est ce que constate Marcel Gauchet, pourtant théoricien de cette sortie du religieux : « L’Europe est totalement démunie face au phénomène religieux qui continue d’être vivant dans le reste du monde et qu’elle ne prend pas au sérieux. [1] » Oui, il faut prendre au sérieux la religion au XXIe siècle ! 


[1Marcel Gauchet avec Éric Conan et François Azouvi, Comprendre le malheur français, « Les essais », Stock.

Pour aller plus loin :

Messages

  • Sous réserve de la performance des méthodes appliquées par l’institut qui a produit cette étude, puisse le déploiement religieux qui se fait jour dans une majorité du monde, en particulier le catholicisme, féconder et équilibrer la Vie et sa créativité sur cette Terre, perle de la Création.

    Et oui ! La France, du moins ce qu’il en reste s’il en reste, a été dissoute dans la philosophie des ’’lumières’’ et sa prétention de placer l ’’homme’’ au centre de l’univers... Chassez Dieu et tôt ou tard, vous chasserez les hommes... Tel est le résultat des révolutions ; ils parlent d’eux-mêmes.

    Le socle historique, catholique et bien structuré de la France a été détruit par la Révolution française dont les progrès matériels n’ont pas permis la pérennité traditionnelle de la France, laquelle se délite inexorablement...

    Le ’cours des choses’ va désormais de plus en plus vite.

    Sauf si un choc venant du système occidental, ou extérieur à lui, devait se produire (par définition, un choc imprévu) ce qui entrainerait une ou plusieurs guerres déclarées et généralisées (auxquelles, d’ailleurs, je ne crois pas beaucoup), la science et l’industrie qui vont ensemble avancent donc à pas de géant. Bien sûr la science et la technologie avancent toujours en ampleur comme en intensité, avec leurs deux éternels versants : celui du bien et celui du mal...

    Voici, lien ci-dessous, loin du Dieu Chrétien est-il besoin de le préciser... un aperçu d’un futur qui est déjà perceptible, d’où l’intérêt possible de cette étude commentée par Gérard Leclerc.

    Pour éviter la soumission et le chantage au développement exercés par les multinationales et les transnationales dans les domaines nécessitant l’autosuffisance tel que : l’eau potable, l’énergie, l’alimentation, la santé et quelques autres, on peut dire en résumé qu’il faut que les nations se démondialisent le plus possible. Les nations doivent se développer avec - le maximum de leurs potentialités - afin de ne pas être dépendantes et piégées par les monopoles et les normes d’un pouvoir mondialiste centralisé qui est en train de tout concentrer pour lui-même, par dessus et contre les peuples. Ce pouvoir mondialiste contrôle l’essentiel des recherches et des productions scientifiques, technologiques et techniques.
    Sa doctrine : mondialiser et contrôler les peuples.
    Le Christianisme sera-t-il capable de ne pas aller tête baissée vers la mondialisation qu’on connaît hélas, comme il l’a fait par conservatisme très mal placé et par niaiserie pour sa perte ?

    Bien pris hors d’Europe, je ne peux guère m’étendre davantage.
    Donc, ce lien ci-dessous de Madame Liliane Held Khawam de nationalité suisse et d’origine syrienne ou iranienne, c’est une analyste des plus pointues sur des sujets contemporains de base. Je recommande son blog vu le type de recherches toujours scrupuleusement documentées qu’elle effectue. Voici un aperçu sérieux (deux entretiens pas longs) d’un futur auquel nous ne faisons pas assez attention. Un futur qui devient présent et qui contient des éléments positifs, mais pas seulement.

    https://lilianeheldkhawam.wordpress.com/2016/03/30/la-reorganisation-du-monde-confirmee-par-deux-entretiens-liliane-held-khawam/

    • cf. : 26 avril 01:48

      Intervention d’un grand intérêt. Merci Renaud !

      PS
      Liliane Held Khawam descend d’une de ces familles syriennes ou syro-libanaises ayant fui les massacres du temps des Ottomans et qui se sont réfugiées en Egypte. J’avais fait la connaissance, à Paris, de "Joe" (Joseph) Khawam qui est, sauf erreur, un cousin de Mme Held Khawam, ou en tous cas de sa famille proche. Lui aussi, comme Liliane, est né en Egypte, dans la ville d’Héliopolis. Juste un petit + d’info sans grand intérêt (sauf pour souligner, pourquoi pas, le fait que parmi des Orientaux chrétiens - et même non chrétiens - il y a des personnes qui n’ont rien à envier à d’autres, sur bien des plans...).

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication