L’Esprit saint pour une Église blessée

par Gérard Leclerc

lundi 21 mai 2018

N’est-il pas paradoxal et même disons le carrément insupportable, qu’en la fête solennelle de la Pentecôte, où l’Église reçoit l’assistance de l’Esprit saint, cette même Église vive une redoutable épreuve, où loin de manifester la Lumière venue d’en haut, elle se montre démunie et pécheresse ? Un épiscopat entier, celui du Chili, vient de présenter sa démission au Pape, en raison de son inaptitude et de ses fautes dans la gestion d’une très grave affaire de pédophilie. Le Pape lui-même s’accuse de défaillance, pour ne pas s’être informé suffisamment et avoir porté un jugement téméraire qui a atteint certaines victimes dont la sincérité était ainsi récusée. François exprime sa douleur et sa honte devant « le mal irréparable fait à des enfants par des ministres de l’Église ».

Nous vivons ainsi la contradiction qui existe entre l’Église sainte et immaculée et une communauté de pécheurs. Comment assumer pareil scandale pour le monde et d’abord pour nous-mêmes qui en sommes profondément blessés ? Peut-être que la première leçon à retenir est celle d’un nécessaire retour à notre condition pècheresse. Bernanos a écrit que la luxure était une blessure au flanc de notre espèce, mais c’est une vérité bien difficile à admettre pour les modernes. Ils sont sur le point, d’ailleurs, de revenir là-dessus, si j’en crois le formidable réquisitoire de ces derniers mois à l’encontre des atteintes sexuelles faites aux femmes. Nous sommes très loin du triomphalisme de la révolution des mœurs tant célébrée dans les années soixante.

Mais en cette fête de Pentecôte, peut-être conviendrait-il aussi de recourir aux dons dispensés par l’Esprit saint, pour guérir notre nature pécheresse et accéder à une vie renouvelée. Je ne veux pas énumérer ici les sept dons du saint Esprit que la théologie a mis en évidence. Mais nos défaillances et celles du corps ecclésial ne viennent-elles pas de notre désintérêt pour ce que nous pourrions recevoir des grâces d’en haut ? Par exemple, la force qui donne la persévérance dans l’épreuve, le courage dans la vie de tous les jours, avec la possibilité de mener un combat spirituel contre le mal insidieux qui nous détruit. Ou encore le don du conseil qui éclaire le discernement et nous évite les occasions de sombrer par aveuglement. Faut-il encore invoquer la crainte de Dieu, qui n’est pas terreur devant sa puissance mais conscience de la distance qui nous sépare de la sainteté divine ? Que Marie, mère de l’Église, que nous fêtons aujourd’hui puisse nous confirmer dans la réception des dons de l’Esprit.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 21 mai 2018.

Messages

  • Le don du « conseil qui éclaire le discernement et nous évite les occasions de sombrer par aveuglement » est sans doute nécessaire, au premier chef, pour les pasteurs qui dissertent sur l’événement de la Pentecôte avec un souffle et une assurance dont l’inspiration céleste ne se découvre pas d’emblée. J’en veux pour exemple cet extrait de l’homélie pour la Pentecôte délivrée par un évêque français à la retraite. Après avoir comparé la Pentecôte à une explosion, il enchaîne :
    « Pourquoi donc notre Église a-t-elle si vite, semble-t-il, reformé des frontières entre les chrétiens et les autres, des lois qui jugent les bons et les mauvais, des appartenances et une religion ? Pourquoi a-t-elle prétendu qu’il n’y avait pas de salut hors d’elle-même alors qu’il n’y a rien hors d’elle-même puisqu’elle est l’humanité sauvée ? Pourquoi a-t-elle présenté le baptême comme une entrée dans une communauté avec ses lois et ses rites alors qu’il est la sortie de toutes les appartenances qui distribuent à chaque enfant tares et privilèges ? …
    On pourrait croire que .. [parmi les explosions ]...celle d’Amour qu’est la Pentecôte est depuis bien longtemps devenue inoffensive. Tout au long de l’histoire, pourtant, des hommes et des femmes ont bousculé les traditions et les évidences pour dessiner par leurs mots et leurs gestes ce Royaume de Dieu qui continue à gronder dans les profondeurs de notre humanité. L’actualité elle-même manifeste des fumeroles témoins de ce feu. Les bons chrétiens sont-ils aptes à reconnaître une nouvelle explosion d’Amour ? Rien n’est moins sûr.
    Car si Paul avait l’audace de penser que dans le Royaume de Dieu, il n’y avait plus ni grec, ni juif, ni esclave, ni homme libre, ni homme, ni femme, il ajouterait peut-être aujourd’hui, vu ce qu’ils sont devenus, ni chrétien, ni non-chrétien. La Pentecôte n’est pas une fête religieuse : elle est le commencement d’une humanité nouvelle ! »
    Chacun appréciera si ce type de catéchèse est de nature à conforter la foi des fidèles.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication