L’Amérique en flammes

par Gérard Leclerc

mardi 2 juin 2020

Rassemblement, le 30 mai 2020, suite à la mort de George Floyd.
© Rhododendrites / CC by-sa

Que la première puissance mondiale soit en flammes, pour reprendre l’expression des médias, a de quoi nous inquiéter et nous interroger. Tout de même, que le président des États-Unis soit contraint de se réfugier, avec sa famille, dans le bunker prévu en cas de danger direct, parce que l’émeute gronde aux abords immédiats de la Maison-Blanche, c’est quand même surprenant. Cela ne veut pas dire que le régime soit en danger, car il n’y a nulle révolution à l’horizon. Cela veut dire que la société américaine ne va pas bien et qu’elle est toujours la proie de vieux démons que l’on aurait pu croire exorcisés, depuis la fameuse croisade en faveur des droits civiques des noirs américains.

Tout est parti de ce qu’il faut bien appeler un meurtre, celui de George Floyd, tué à Minneapolis, il y a huit jours, pendant son interpellation par la police municipale. Les conditions brutales de cette mort ont provoqué une révolte, qui s’est progressivement étendue à l’ensemble du territoire américain. Il est vrai que de la révolte on est passé à l’émeute, avec son cortège de violences extrêmes, de pillages et de destructions. Toutes les autorités légales, même lorsqu’elles reconnaissent le bien fondé de la révolte, ne peuvent admettre le désordre qu’elles peinent à contenir. De son côté, le président Trump a bien marqué que l’on était passé à une autre étape : « Je me tiens devant vous du côté de tous les Américains en quête de justice et de paix. Mais je me tiens aussi devant vous en ferme opposition à quiconque exploite cette tragédie pour piller, voler, attaquer et menacer. »

Pourtant, l’opposition démocrate reproche au président de ne pas tenir un discours d’unité et de réconciliation, et de désigner au contraire un ennemi à combattre et à réduire. Des analystes politiques remarquent que toute la stratégie de Donald Trump est fondée sur la désignation d’un ennemi, ce qui pousse à la division du pays, au prix de la tolérance et de la civilité. Quoi qu’il en soit, on observera comment la première puissance mondiale va se sortir de cette vague d’émeutes. Les blessures vont-elles s’inscrire encore plus profondément dans la chair du pays ? Ce serait au détriment du mythe américain au sens positif, et aussi de l’équilibre d’une planète qui ne se porte pas très bien.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 2 juin 2020.

Messages

  • A l’heure où chez nous la pandémie et ses conséquences prennent le pas sur la vie du monde.

    A l’heure où les élections municipales et leur jeu habitué d’alliances du second tour préoccupent les électeurs de toutes obédiences, les enjeux du monde américain semblent lointains.

    Et pourtant faute du parapluie américain, la vieille Europe a déjà connu les pires tourments du passé et s’interroge.

    Face au reste du monde qui pourra si nécessaire assurer le soutien indéfectible de l’Amérique si..la situation l’exigeait.

    Freedom et Liberty pour l’Amérique, América First résonnent comme des alarmes inquiétantes et malgré tous les obstacles du moment, ni la Chine, ni la Russie ni aucune autre présence potentielle ne viendrait porter assistance à nos pays historiques et vieillis dans nos enceintes nationales.

    Les élections américaines décident d’une actualité sur laquelle nos forces de persuasion se heurtent à la suprématie d’un empire qui veut encore croire en sa mission universelle.

    Aucune intervention pour défendre l’oppression de populations soumises à des invasions étrangères ne se pourrait sans l’Amérique.

    Faute de mieux il faut s’y résoudre tout en veillant à ne pas perdre notre propre spécificité et nos traditions historiques enracinées dans le patrimoine européen.

    A l’heure où la foi des anti prime sur l’adhésion des citoyens, il est difficile de résister à la facilité médiatique qui pour les uns, glorifient l’Amérique éternelle, mythique et utopique, et pour d’autres la croyance des opposants convaincus que la force patriotique et nationale de chacun peut décider de l’avenir faisant abstraction du reste du monde.

    Bien souvent les feux de la division, le racisme, les inégalités raciales contenues outre atlantique présagent de l’influence de ces mouvements sociaux chez nous.

    Que faut-il s’attendre à voir venir d’outre atlantique ?

    Pour les uns des mirages dangereux, pour d’autres des affrontements possibles dans nos sociétés plurielles, métissées et soumises aux migrations effectives.

    Et dans ce cocktail inattendu, une histoire cahotante qui n’a pas encore livré totalement les déconvenues probables !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.