Journée de la femme

par Gérard Leclerc

lundi 10 mars 2014

La journée de la femme, samedi, a donné lieu à des manifestations diverses, plus ou moins spectaculaires et révélatrices de divisions profondes à l’intérieur de ce qu’on appelle le féminisme. L’agressivité de certaines militantes est en rapport avec des situations infiniment douloureuses. Les Femen ont fait école mais l’on s’aperçoit qu’avec leur idéologie et leur mode de formation et d’action, elles sont dans l’incapacité d’encadrer l’ensemble des revendications féminines et encore plus de les exprimer. Ce n’est pas par la violence et l’engagement sectaire qu’on est en mesure de servir une cause aussi complexe, difficile, qui touche aux assises d’une civilisation.

Malheureusement, la tendance actuelle consiste à tout résumer en slogans ou en affrontements où il s’agit moins de s’expliquer que de mettre KO l’adversaire. Je ne prône nullement une résolution facile des conflits et des désaccords Je plaide en faveur d’espaces de libre réflexion où les questions existentielles pourraient être approfondies par une meilleure exploration des phénomènes. C’est pourquoi je suis heureux lorsque je saisis ici ou là comme un éclaircissement, un jaillissement qui fait avancer, en obligeant chacun à une sorte de recueillement où il peut prendre la portée de ce qu’il a perçu.

J’y pensais, samedi, en assistant aux conclusions du Grenelle de la famille, organisée à la Mutualité par la Manif pour tous. L’exposé de Fabrice Hadjadj fut écouté dans un silence total, parce que l’assistance avait le sentiment d’être entrainée à une compréhension du mystère familial qui la rendait pleinement consciente de l’enjeu de cette prodigieuse lutte entamée autour de la loi Taubira. C’était paradoxalement très neuf tout en étant complètement traditionnel. Un peu comme Péguy qui parlait d’une révolution d’autant plus décisive qu’elle redécouvrait une tradition plus profonde. Oui, décidément, ce n’est pas rien que d’essayer de comprendre le mystère de la femme et de la famille.

Chronique lue sur Radio Notre-Dame le 10 mars 2014.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.