Islamophobie ?

par Gérard Leclerc

mercredi 22 novembre 2017

L’éditorialiste, le chroniqueur, celui qui commente l’actualité au jour le jour est parfois tenté par le genre du feuilleton. Il est, en effet, des sujets récurrents, qui provoquent des controverses sans fin. Il en va ainsi du féminisme, avec des événements à rebondissement et des prises de position quotidiennes, dont j’aurais pu entretenir nos auditeurs durant plus d’un mois. Il m’a fallu renoncer à la tentation de faire l’analyse critique de dizaines de tribunes libres, qui auraient pu alimenter souvent la réflexion, souvent aussi la réplique, et de temps à autre une bienfaisante ironie. Il en va aussi de l’islam, sous les aspects les plus divers. J’en ai déjà dit un mot, mais la polémique qui fait rage ces jours-ci entre l’hebdomadaire Charlie Hebdo et Edwy Plenel, révèle la profondeur d’un désaccord, qui n’est pas près de s’éteindre.

Une bonne part de cette querelle se concentre sur la notion d’islamophobie, le terme phobie étant d’ailleurs surexploité dans la rhétorique contemporaine. Philippe Muray s’en était moqué, en parlant de « cage aux phobes » où il s’agissait d’enfermer les gens qui vous déplaisent, pour leur régler leur compte, de préférence en les accablant de lourdes sanctions pénales. C’est le même Muray qui parlait de « l’envie du pénal », si caractéristique aussi de l’époque.

Si l’islamophobie est une attitude qui pousse à la haine des musulmans, et en particulier de nos compatriotes musulmans, elle est d’évidence détestable. Mais s’il s’agit d’une injure destinée à faire taire ceux qui veulent réfléchir aux problèmes sérieux que pose la culture musulmane – et c’est le fait des intellectuels musulmans les plus pointus – elle est également détestable pour une autre raison. Car il s’agit d’empêcher le discernement qui s’impose, à partir d’une étude approfondie. Celle qui devrait s’engager dans le cadre du dialogue interreligieux, loin des tentations relativistes et syncrétistes, comme des comparatismes superficiels. Mais une telle étude suppose une sorte de consensus des hommes de bonne volonté, qui va bien au-delà d’un accord sur notre laïcité à la française. Vaste programme, vaste ambition dont dépend notre sort le plus immédiat.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 22 novembre 2017.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.