Traduit par Albérique

Intérêt renouvelé pour saint Augustin

Par Joseph Wood

lundi 12 février 2018

De nos jours saint Augustin semble être partout. Bien qu’il n’ai jamais été caché, une des raisons de sa notoriété au cours des décades récentes est, peut-être, le pape Benoit XVI, dont la pensée est, ainsi que beaucoup l’ont remarqué, profondément influencée par saint Augustin. Alors que le chaos moral qui nous entoure semble s’être accéléré au cours des années récentes, de même en est-il de l’intérêt au Docteur de Grâce.

La vision du monde de saint Augustin est marquée de façon décisive par la chute de l’homme et est imperméable à la fausse notion que l’homme déchu peut se perfectionner par ses propres efforts. Ceci est, bien entendu, à contre courant de la notion progressiste que nous, humains, pouvons apporter à la terre les gloires de la Cité de Dieu. uniquement par notre propre organisation et diligence. Sa vision offre la clarté et le pouvoir explicatif si nécessaires, particulièrement compte tenu de l’actuelle trajectoire de la politique, de la philosophie et de la théologie.

Aussi il n’est pas étonnant de voir saint Augustin surgir partout. Pour prendre quelques exemples récents : C.C. Pecknold, de la Catholic University of America, a écrit des articles sur la manière par laquelle saint Augustin nous enseigne comment penser sur le libéralisme politique classique et le Catholicisme ; un article dans le First Things écrit par le renommé thomiste Dominicain le père Thomas Joseph White met en avant le besoin criant de la métaphysique dans la réflexion politique, concluant que « la grande théologie politique de notre époque devrait être celle de saint Augustin dans La Cité de Dieu » ; et il y a quelques jours, ici dans The Catholic Things, le père Robert Imbelli, un professeur de longue date au Boston College, invoque saint Augustin dans « une critique des institutions nominalement catholiques »

Pour ceux qui veulent creuser les oeuvres de saint Augustin pour comprendre pourquoi de telles références contemporaines apparaissent si souvent, la difficulté est qu’il faudrait une vie entière d’étude pour commencer à maitriser le vaste corps de ses écrits, lettres et sermons. Un autre problème, pour certains, est la distance dans l’espace et le temps entre Hippone en Afrique au cours de la décennie de la chute de Rome et notre actuels localisation et période

Mais il y a une solution : c’est un nouveau livre de John M.i Rist : L’éthique, de la politique et de la psychologie au XXIe siècle. Ce volume fait partie d’une série, « Lire st Augustin » publié par Bloomsbury qui le décrit comme étant dédié à « un public qui voit St Augustin partout ». C’est une bonne idée de faire partie de ce groupe.

Rist, qui enseigna à l’université de Toronto pendant de nombreuses années ainsi qu’à l’université catholique, est un philosophe et un érudit de St Augustin de haut niveau. Le premier de ses best-seller fut « St Augustin déformé : L’amour, le péché et la liberté dans la tradition morale occidentale, décrit les distorsions qui survinrent en dans la compréhension de la pensée de st Augustin à travers les siècles depuis que, les « Confessions », « la cité de Dieu » et les nombreux sermons furent écrits. Rist a fait une grande avancée dans la manière de rétablir le vérité.

Ce dernier volume produit simultanément deux services. Il donne une excellente introduction et un sommaire des aspects clés de la pensée augustinienne sur les sujets de l’ordre de la responsabilité personnelle et du péché originel en direction de la politique. Et cela est fait de façon complète et académique tout en restant attractif et hautement lisible comme dans le passage suivant :

St Augustin a maintenant atteint le troisième de ses thèmes de base, et cela en vertu de laquelle il se trouve particulièrement impopulaire parmi de nombreux groupes au vingt et unième siècle, que ce soit les progressistes ou les soit-disant chrétiens dont le soucis majeur est de paraitre rester en communion (cela a été bien démontré) avec the Guardian, Le Monde, ou le New York Times. Ce troisième thème est la réalité permanente et indéracinable du péché chez les individus humains et la société humaine.

Les trois grands thèmes de st Augustin que Rist explique ici, sont la vérité, l’amour et le mal. Rist étudie l’esprit de chaque thème, mais il procure un second service au lecteur : il replace st Augustin à notre époque et considère l’opinion qu’il aurait de beaucoup de penseurs en philosophie et en théologie de l’époque moderne. Machiavel, Hobbes, Kant, Mill et d’autres sont passés à l’aune de st Augustin.

Rist fait cela non seulement comme un jeu d’esprit intellectuel, mais aussi comme un travail de fond de ce que la pensée de st Augustin, telle quelle ressort des textes originaux, apporterait si elle était mise en regard (et parfois en confrontation) avec beaucoup des idées et des croyances qui, au cours derniers siècles, sont parvenues à dominer notre culture et notre société. Le résultat est un aperçu de la pensée de st Augustin et de la manière par laquelle cette pensée répondrait aux plus notables et préjudiciables idées qui ont une place centrale dans la vie contemporaine . Cette combinaison nous aide à comprendre pourquoi il est bien de voir st Augustin partout, aussi loin que nous soyons de l’Afrique du Nord au cinquième siècle.

Le livre conclut sur une note plus légère avec une interview radio imaginaire avec un récent évêque Austin Redivivus, confronté, aux flots de gymnastique mentale creuse qui maintenant passent pour une pensée éthiques et théologique. L’idée de ce dialogue vient d’Anna la femme de Rist, et elle éclaire juste comment à partir de la profonde sagesse de st Augustin, nous sommes arrivés à cet ersatz de sagesse des célébrités qui prévalent trop souvent parmi les académies aujourd’hui.

De l’éthique de la politique et de la psychologie au XXIe siècle, est un magnifique panorama de la pensée de st Augustin à la fois pour ceux qui désirent avoir plus qu’une introduction basique et pour ceux qui depuis longtemps étudient ses oeuvres. Ceux qui n’ont pas encore vu st Augustin partout seront, après avoir lu ce volume, enclins à rejoindre ceux qui l’on saisi.

Source : https://www.thecatholicthing.org/2018/01/25/augustine-renewed/

Joseph Wood enseigne au « Institute of World Politics à Washington D.C. et est membre de la Cana Academy (https://www.canaacademy.org). Il est Ph.D candidate à la Catholic University of America et un ami et un ancien élève de John List.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.