Il faut s’inquiéter

par Jacques Rollet, théologien et politologue

lundi 19 juin 2017

C’est la réponse que je formule à la question que je posais la semaine dernière à l’issue du premier tour des élections législatives. Je développe cet avis en 6 points :

1° Les résultats ne manquent pas d’être inquiétants : 7 Français sur 10 se sont abstenus ou ont voté blanc ou nul.57,36% se sont abstenus,6,93% ont voté blanc et 2 ?94% ont voté nul. La République en marche a 306 sièges, le Modem : 42,Les Républicains ont 113 sièges et l’UDI :17.Le Front national a 8 sièges, le Parti socialiste : 29 , la France insoumise : 17 et le Parti communiste : 10. Cette assemblée est légale mais quelle est la légitimité de la majorité élue sur la base de 3 électeurs sur 10 ? Ne faudrait-il pas instaurer la règle selon laquelle un taux d’abstention supérieur à 50 % rend l’élection non valide ? Je pense personnellement que cela devient nécessaire.

2° La légitimité d’une assemblée doit répondre à deux logiques bien connue des politistes et philosophes du politique : celle de la représentation et celle de l’incarnation. Les députés élus sont de fait les représentants du peuple mais la logique de l’incarnation n’est pas réalisée puisque 75% des électeurs du premier tour de la présidentielle sont incarnés par moins de 200 députés sur 577. Il faut impérativement revoir le mode de scrutin car la logique du majoritaire à deux tours risque de provoquer une action politique violente qui aura lieu hors de la Chambre des députés. Le scrutin à la proportionnelle répondrait à la logique d’incarnation et le peuple serait alors confronté à l’épreuve de vérité : trouver une majorité de coalition.

3° On attend le programme effectif du gouvernement sur le droit du travail au-delà des réunions dites de concertation. L’état d’urgence va-t-il être banalisé ? Quelle politique d’immigration ? ( on n’en sait rien ). La procréation artificielle va–t-elle s’étendre aux femmes en couple homosexuel ? Que fait-on de la dette de2 200 milliards d’euros ? On n’en saura rien !

4° Ce pouvoir n’a pas d’identité : est-il libéral, sécuritaire, relativiste ? A la vérité il risque bien de remplir les trois cases sans qu’on puisse discerner une logique d’ensemble autrement dit une véritable philosophie politique. En tout cas Paul Ricœur est bien loin et son herméneutique serait impuissante face au macronisme !

5° La Gauche est confrontée à la nécessité de repenser complètement sa conception de l’Etat-Providence qu’elle confond trop souvent avec l’assistanat.

6° La Droite doit s’assumer pour ce qu’elle doit être : favorable au développement de l’entreprise et soucieuse d’une cohésion de la société qui ne peut reposer que sur une communauté de valeurs excluant tout relativisme destructeur de l’universalisme des valeurs.

Il y a du pain sur la planche.


Lire aussi :

LE BLOG DE JACQUES ROLLET ET PATRICE BUFFOTOT

https://tocquevilleaujourdhui.com/2017/06/19/lapport-de-letude-du-totalitarisme-a-la-science-politique-14-les-contributions-de-aron-arendt-et-lefort/

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication