Hymne de l’Épiphanie

Traduction par Bernard Plessy

mardi 31 décembre 2019

L’adoration des mages, cathédrale de Strasbourg vitrail du XIVe siècle.
© Fred de Noyelle / Godong

Épiphanie ! La seule fête liturgique de la vie du Christ à porter un nom grec. Il est lumineux. Par le symbole des Mages, l’Enfant est révélé comme Dieu au monde entier.

O sola magnarum urbium
Major Bethlem, cui contigit
Ducem salutis coelitus
Incorporatum gignere.
 
Quem stella, quae solis rotam
Vincit decore ac lumine,
Venisse terris nuntiat
Cum carne terrestri Deum.
 
Videre postquam illum Magi,
Eoa promunt munera ;
Stratique votis offerunt,
Thus, myrrham et aurum regium.
 
Regem Deumque annuntiant
Thesaurus, et fragrans odor
Thuris Sabaei, ac myrrheus
Pulvis sepulcrum praedocet.

Traduction française

Plus grande que les grandes villes,
Bethléem à toi le bonheur
D’accueillir l’auteur du salut,
Venu du ciel pour prendre un corps.
 
Cette étoile éclatante et belle
Plus que le disque du soleil
Annonce qu’est venu sur terre
Dieu revêtu de chair terrestre.
 
Les Mages, l’ayant découvert,
Sortent leurs présents d’Orient ;
Prosternés en prière ils offrent
L’encens, la myrrhe et l’or royal.
 
C’est le Roi et le Dieu qu’annoncent
Le trésor et la fine odeur
De l’encens de Saba ; la myrrhe
En poudre augure le tombeau.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.