Grâce pour toutes les saisons

Fr. Robert P. Imbelli, traduit par Vincent

mardi 21 avril 2020

La Femme à la balance, Johannes Vermeer
National Gallery of Art, Washington

Il y a quelques mois, j’ai eu le grand plaisir de participer à une conférence qui s’est tenue à la Dominican House of Studies, à Washington, D.C. La conférence a été très stimulante, comme on pouvait s’y attendre ; mais la grâce spéciale était de se joindre aux étudiants et professeurs dominicains pour célébrer la liturgie dans leur charmante et vénérable chapelle. La liturgie des heures fut célébrée avec révérence, avec du chant et du silence. Et même le langage corporel des participants faisait merveille devant la Parole de Dieu.

Dans cette même chapelle, le célèbre théologien dominicain, l’archevêque J. Augustine Di Noia, a prêché de nombreuses homélies maintenant heureusement rassemblées dans un livre attirant Grace in Season : The Riches of the Gospel in Seventy Sermons (« Grâce pour toutes les saisons : les richesses de l’Evangile en soixante-dix sermons »).

« Soixante-dix » est bien sûr un nombre chargé bibliquement, qui signifie plénitude. Et il y a une plénitude dans cet ensemble, qui couvre les grandes saisons liturgiques, des fêtes spéciales et des occasions spécifiques, allant de la célébration des ordinations des confrères dominicains aux homélies funéraires pour la mère et la sœur bien-aimées du prédicateur.

Quelle que soit l’occasion des sermons, on est frappé par leur « objectivité ». Je ne veux pas dire par là qu’ils sont « impersonnels » - loin de là ! Mais ils reçoivent leur orientation des réalités objectives présentées par la célébration liturgique, ses lectures, ses prières et ses hymnes particuliers.

Par conséquent, les sermons sont personnels, même conversationnels, mais pas subjectifs. Les auditeurs et les lecteurs ne sont pas régalés par des anecdotes, des expériences, des vues idiosyncratiques. Nous sommes confrontés à la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ et de sa Grâce, qui est toujours gratuite, mais jamais bon marché. La prédication « conversationnelle » de Di Noia sert une conversatio, un appel à la conversion et à la transformation en toute saison.

Outre l’orientation évidente de ces sermons vers les réalités célébrées par la liturgie, ils sont également caractérisés par une « intégrité ». Ils ne sont pas « autonomes », mais profondément intégrés dans l’action liturgique. Cela apparaît non seulement dans leur exposition des lectures scripturaires spécifiques, mais aussi par leur référence fréquente aux prières de la messe particulière célébrée.

Je pense que les prédicateurs négligent trop souvent la richesse et le défi de la collecte, la prière sur les offrandes et la prière après la communion. Les invoquer dans le sermon peut donner une dimension priante au sermon lui-même, renforcer ce que la congrégation a déjà entendu ou, dans de trop nombreux cas, fournir ce que leur arrivée tardive à la messe leur a fait manquer. Dans ses sermons, Di Noia fait souvent allusion aux prières ainsi qu’aux lectures. Et aux hymnes !

Le théologien et prédicateur protestant du XIXe siècle, Friedrich Schleiermacher, a dit un jour : « avant le sermon, il y a l’hymne ». La sensibilité à l’italienne de Di Noia prend à cœur l’injonction. L’hymne lui-même est une mini-homélie - d’autant plus efficace qu’elle touche à la fois l’esprit et le cœur. Par conséquent, assez souvent, s’il est substantiel (comme le sont les hymnes chantés à la Dominican House of Studies !), Di Noia invoquera l’hymne qui a été chanté, citant des versets pour souligner les points qu’il cherche à marquer.

Une fois de plus, l’impression créée est que la célébration liturgique est un tout intégral, chacune de ses composantes apportant une contribution indispensable à une seule fin : la louange et la gloire de Dieu. Soit dit en passant, permettez-moi d’ajouter que si l’hymne est théologiquement substantiel, tous les versets doivent être chantés. Le raccourcir avant la doxologie finale n’est rien de moins qu’une mutilation liturgique.

Ainsi, les sermons rassemblés dans ce volume manifestent un fin mélange liturgique, théologique et esthétique, chaque dimension se complétant et valorisant l’autre. Il est donc convenable (un thomiste dirait sans aucun doute « congruent »), que le volume de poche soit joliment formaté, facilement lisible et comprenne un glossaire utile de la date et du lieu où ses sermons ont été prononcés, ainsi que l’identification des citations qui y sont données.

Et, bien que veiller à ne pas juger un livre par sa couverture soit généralement sage, la couverture de ce livre est à la fois invitante et particulière. Elle représente la magnifique peinture de Vermeer « Femme tenant un équilibre ». Outre les petits détails qui caractérisent l’ensemble du travail de Vermeer et l’interaction subtile de la lumière et de l’ombre, on peut discerner une autre dimension.

Parmi les bijoux qui apparaissent au premier plan du tableau, il y a un collier de perles. Et en arrière-plan, derrière la femme soucieuse de sa balance, se trouve une grande peinture du Jugement dernier, avec le Christ juge, baigné d’un nimbe de lumière, présidant la scène.

La scène semble dépeindre l’appréciation et l’évaluation calmes d’une femme selon lesquelles les biens terrestres doivent être pesés à la lumière du jugement céleste.

Quelle que soit l’intention de Vermeer, l’utilisation de son image pour nous entraîner dans ces excellents sermons remplit une fonction presque mystagogique. Quelle est la perle de grand prix que nous recherchons ? Et quel coût sommes-nous prêts à supporter ? Les sermons nous disent, selon les mots de T. S. Eliot, que « le coût n’est pas inférieur à tout » - et que l’éternité est dans la balance.


Voir en ligne : Source

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.