Gilets jaunes, dérives insurrectionnelles et tétanisation de l’Etat

par Denis Lensel

dimanche 2 décembre 2018

Avec les dérives insurrectionnelles observées hier à Paris et dans plusieurs villes de province, le mouvement populaire de protestation des « Gilets jaunes » a atteint des proportions qui ont quelque peu tétanisé le gouvernement Macron et divers représentants de l’Etat.

Les véritables émeutes qui ont éclaté dans plusieurs « beaux quartiers » de la capitale n’ont pu être contrôlées qu’avec beaucoup de peine par les forces de police : celles-ci ont été débordées pendant plusieurs heures par des éléments radicaux de trois sortes, soit des éléments politiques d’ultra-gauche ou d’ultra-droite, soit, phénomène nouveau et troublant, des gens venus directement de la société civile, « gilets jaunes » radicalisés de cette « France périphérique » qui surgit, soit, fait plus banal, des délinquants avides venus souvent des banlieues pour piller des magasins. Avec une explosion de violences matérielles et physiques qui a culminé ce samedi 1er décembre autour du saccage scandaleux de l’Arc de Triomphe (qui est en soi un crime odieux contre la patrie ou bien un acte idiot de barbarie obtuse), le phénomène de ce 1er décembre a pris çà et là une allure pré-insurrectionnelle qui a frappé l’opinion internationale…

Peu à peu, depuis le début à la date du 17 novembre à travers la France, le mouvement cristallisé autour des « gilets jaunes » est passé du refus de l’augmentation des taxes sur les carburants à un rejet global de la politique d’Emmanuel Macron, allant jusqu’à réclamer sa démission. Face au développement de cette contestation virulente et à cette rupture profonde avec une bonne partie de la population, le gouvernement semble désarçonné : actuellement, le Premier ministre Edouard Philippe cherche à renouer le dialogue avec les Gilets jaunes. Mais ce mouvement, véritable nébuleuse, présente la particularité très déroutante de ne pas avoir de représentants véritablement attitrés, mais seulement quelques figures auto-désignées dans les « réseaux sociaux », ces nouveaux médias de l’instant… Cela correspond à une profonde désaffection des syndicats traditionnels et des partis politiques, délégitimés les uns et les autres dans l’esprit public. Dans ce contexte, c’est l’ensemble du dialogue social qui reste à reconstituer, sur de nouvelles bases, alors même que la situation est explosive et donc urgente…

Autre problème, et pas le moindre, pour le gouvernement : quel discours tenir ? Jusqu’à maintenant, outre leur vocabulaire souvent trop abstrait d’énarques, surpris par la déferlante, peut-être tétanisés, Macron et Edouard Philippe ont parlé le langage de la fermeté sur un mode très répétitif. Quitte à sembler se raidir sur la forme... Et à braquer des interlocuteurs eux-mêmes fâchés… Ne pas avoir l’air de céder devant la violence, cela se comprend pour un laps de temps. Mais faut-il refuser longtemps toute concession et tout apaisement, devant une colère sourde faite d’une addition de mécontentements ? Cela ne risque-t-il pas de provoquer une cassure fatale ?

Denis LENSEL

Messages

  • Techniquement, la police et la gendarmerie françaises sont parmi les meilleures au monde pour le maintien de l’ordre. Pourtant, l’Arc de Triomphe de la Place de l’Etoile, l’un des symboles prestigieux de la France, n’a pas pu être protégé contre les destructions de quelques pillards et les pavés de quelques ultras. On croit rêver !

    A écouter les propos répétés de Monsieur Castaner, et de maints intervenants sur les ondes, avec les manifestations des gilets jaunes on serait devant un phénomène sans précédent, une violence inouïe, etc.
    Ces gens ont la mémoire courte et très sélective et ils prennent leur auditoire pour des imbéciles.

    Il s’agit, depuis le début du mouvement des gilets jaunes, d’une volonté délibérée de discréditer ce mouvement et de pourrir la situation, d’une instrumentalisation de la violence et d’un pari sur le pire. C’est une stratégie vieille comme le monde des manipulations gouvernementales. La Macronie n’a décidemment rien d’innovant, elle recycle toutes les vieilleries.

    Plusieurs voix policières se sont élevées pour pointer l’étrangeté (et l’inadaptation) des stratégies de maintien de l’ordre retenues par Bauveau, notamment pour l’encadrement des manifestations parisiennes.

    Pour ce qui me concerne, j’étais de passage au Puy-en-Velay samedi dernier. Mes affaires me conduisant à proximité de la préfecture, j’ai pu voir une partie du déroulement des événements.
    Dans la journée, une délégation avait été reçue par le préfet... et du lisier répandu dans la cour.

    Lorsque je suis arrivé, un feu de palettes et de pneus flambait le long de la grille de la cour d’honneur, tandis que des tirs courbes sporadiques (venus du parc derrière la préfecture) de lacrymogènes et quelques grenades assourdissantes venaient provisoirement disperser une petite foule plutôt calme.
    Deux véhicules de pompiers sont arrivés... mais c’était pour aller ailleurs.

    Durant la bonne demi-heure pendant laquelle je suis resté à observer la scène, il ne s’est passé rien d’autre. Aucune tentative sérieuse d’éteindre ni le feu, ni l’ardeur de ceux qui étaient au contact direct.

    J’ai appris par la suite que "la préfecture" avait été incendiée (en fait, le rez-de-chaussée d’une aile annexe). Mon sentiment est qu’on a laissé faire (incompétence grave et manque d’évaluation de la situation ou stratégie délibérée ?).

    Les casseurs qui sont venus gravement dénaturer la manif parisienne des gilets jaunes auraient pu également être largement neutralisés (la police sait faire). Mais on n’aurait pas eu toutes ces images effrayantes en boucle, propres à effrayer le bourgeois et à dresser les "honnêtes gens" contre les ploucs provinciaux qui viennent répandre la guerre civile dans la capitale.

    Macron et son staff de golden boys technocratiques jouent dangereusement avec le feu, un feu qui pourrait roussir leurs beaux costumes et leurs belles sinécures.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.