François, leader politique ?

par Gérard Leclerc

mercredi 7 octobre 2020

Visite du pape François au Parlement européen de Strasbourg.
© Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons - cc-by-sa-3.0

Décidément, je ne pourrai échapper cette semaine à l’encyclique papale, tant elle est devenue en quelques heures un objet de discussion et de dispute, avec même des contestations véhémentes. Malicieusement, ce peut être la preuve que le pape a réussi son travail de communication. Au moins, il ne laisse pas indifférent, et c’est probablement parce qu’il a touché, aurait dit Charles Péguy, là où ça fait mal. On lui reproche de faire de la politique, ce qui est exact, mais il est difficile d’éviter la politique, à moins de s’exprimer sur un mode hors-sol. Sans doute, dira-t-on, que même sur ce terrain-là il ne doit pas s’exprimer exactement comme les autres, parce que son autorité est sui generis. Et de ce point e vue, il n’est pas outrecuidant de s’interroger sur le style de Fratelli tutti. Certaines références sont pour le moins inhabituelles. Martin Luther King, Gandhi, Desmond Tutu, auxquels il faut ajouter le Grand Imam Amhad Al-Tayyeb de l’université égyptienne d’Al-Azhar.

Il ne s’agit pas de Pères de l’Église ! Est-ce à dire que François se considère comme une sorte de leader prophétique, capable d’énoncer un grand rêve de transformation de l’humanité ? On pourra alléguer l’exemple de Jean-Paul II, qui endossa aussi un rôle politique, au point de changer la face du monde. J’ai quelques souvenirs là-dessus, lorsque le pape polonais haranguait des foules immenses, alors que la milice du régime entourait l’aérodrome où se tenait cette liturgie géante. Mais Jean-Paul II ne tenait pas un discours politique à proprement parler. Il prêchait l’Évangile avec ses retombées concrètes, sans même nommer l’idéologie communiste qu’il mettait à mal.

Le cas du pape François est un peu différent, notamment lorsqu’il aborde des sujets qui créent le désaccord, vu leur difficulté. Mais pourquoi ne ferait-on pas preuve à son égard d’une franchise analogue ? À condition, bien sûr, d’adhérer à l’esprit fraternel dont il se veut l’apôtre.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 7 octobre 2020.

Messages

  • Ce pape François dérange par son encyclique Tous Frères.
    On conçoit comme une évidence le discours doctrinal d’un pape régnant.
    On l’accepte sans contorsion intellectuelle.
    Un pape reprenant l’intuition d’Assise des religions priant pour la Paix de jean Paul II fut en son temps est une révolution spirituelle.
    - Le successeur invitant les religions à travailler à la fraternité commune est inédit et si peu consenti qu’il devrait y avoir une suite de débats et de discussions brûlantes dans l"Eglise selon les continents, et dans la société civile selon les idéologies qui gouvernent les Etats.
    - Ce fils de François d’Assise s’inspire de ce poverello inusable pour l’évangile, que les enjeux d’avenir de l’humanité en souffrance aujourd’hui préparent à des aggiornamentos
    - Les politiques ne sont plus indifférents à la parole d’un Chef spirituel de cette dimension.
    Ils sont saisis sur leur propre terrain, parfois irrités pour les plus irréductibles, séduits pour d’autres, toujours attentifs, car le renouveau d’une humanité en recherche de sens se joue dans ces défis de la fraternité universelle, dans les risques sanitaires actuels, dans les enjeux d’une mondialisation sociétale déséquilibrée, en quête de boussole, et d’avenir.
    - L’Eglise retrouve avec François une universalité et sa catholicité originelle à la puissance suprême.
    Il n’y a plus désormais entre nous, juifs, barbares, étrangers, populistes, et plus encore que des frères en humanité.
    - Il y a du prophétique dans ce texte avant tout spirituel.
    Une forme de refondation de la communauté des croyants sous toutes les latitudes dans le monde.
    - Comment ces Ecritures seront-elles perçues et commentées par le judaisme, l’islam, les confessions asiatiques, les sagesses africaines et amérindiennes ?
    Assise en 1986 avait ouvert la voie.
    Assise 2020 perce les murs des sectarismes et des certitudes.
    Etions-nous prêts à le recevoir ?
    Il est trop tôt pour le dire.
    Il est toujours trop tôt pour le penser.
    Il est encore prématuré pour comprendre les suites et les adhésions des religions à cette encyclique inachevée dans les actes, mais bien perceptibles dans ses effets à venir !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.