François accueille la douleur de Nice

par Gérard Leclerc

lundi 26 septembre 2016

L’accueil par le Pape de la délégation des victimes et de leurs parents, venus de Nice, a été admirable. C’était vraiment le père commun qui accueillait ses enfants blessés, en leur ouvrant toute la compassion de son cœur. Du coup, nous nous trouvions vraiment au sein du Jubilé de la miséricorde, qu’il a décidé et dirigé avec tant de détermination. C’était le Jubilé en acte, où nous sommes en situation de comprendre le mystère de l’amour de Dieu, tel qu’il s’est manifesté dans le don suprême du Christ. Et ce don n’est pas réservé aux seuls chrétiens. Il y avait une délégation juive et aussi la présence explicite des musulmans. On sait que plus d’un tiers des victimes de la Promenade des Anglais le 14 juillet, était d’origine musulmane. Le Pape les a tous accueillis, quels qu’ils soient, et il a tenu à saluer personnellement chacun, s’attardant parfois lorsqu’on voulait, sans doute, lui livrer un secret trop lourd, une peine insurmontable.

C’est dans cet esprit-là que se comprend l’appel à la paix et au pardon. Je dirais, avant toute tentative de dialogue interreligieux, il y a le service du frère, l’accueil de celui qui pleure. Et c’est le pur langage du christianisme, celui du Dieu qui a pitié de nos larmes. À partir de là, bien sûr, le Pape a évoqué directement l’espérance chrétienne de la résurrection, en sollicitant de la part de ses hôtes non chrétiens ce qui pouvait se rapporter à elle. Nous sommes dans un espace, qui n’est pas celui de la politique, même si les responsables niçois étaient bien présents.

Les politiques sont responsables de leur domaine propre, qui n’est pas incompatible avec l’espace religieux, dont ils sont à même de comprendre la singulière importance dans la vie de leur cité. Cela dit, ce domaine propre a de quoi remplir leur charge. Il y a le problème du terrorisme, de ses réseaux, de ses responsables, des jeunes contaminés par la propagande djihadiste. Il y a la question de l’immigration, qu’il faut poser et traiter dans ses termes justes. Ce qui n’est pas du tout évident. À l’approche de la présidentielle, il convient de prier aussi pour nos responsables, qui ont besoin d’être éclairés face aux défis qui sont, plus que jamais, les nôtres.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 26 septembre 2016.

Messages

  • Le titre à lui seul contient l’article : à cause au verbe "accueillir". Combien cela réjouit le coeur et l’esprit... Accueillir...

    Cette rencontre souhaitée par le pape a été "le Jubilé de la Miséricorde en acte, où nous sommes en situation de comprendre le mystère de l’amour de Dieu, tel qu’Il s’est manifesté dans le don suprême du Christ". Qu’il est réconfortant de lire ces lignes qui nous disent "le service du frère, l’accueil de celui qui pleure" avant toute autre considération. Le pape François "les a tous accueillis, quels qu’ils soient" et G. Leclerc d’ajouter que "C’est dans cet esprit là que se comprend l’appel à la paix et au pardon". Comment ne pas y reconnaitre la lumière de l’Espérance, cette Espérance que d’aucuns s’"activent à tuer" ainsi que je l’écrivais plus avant. François n’a pas délivré d’homélie, aucune leçon de morale, rien de ce qui serait une demande de règlement de compte en mettant les uns ici, les autres là, selon le degré de leur importance, de leurs origines respectives, de la couleur de leur peau,de l’étymologie de leur patronyme et...et...et...

    En se laissant guider par des gestes d’accueil, une position d’écoute face à la souffrance, de simples paroles, une main qui ébouriffe les boucles de cet enfant un peu plus que "bronzé" et les épis rebelles couleur des blés d’un autre, on peut commencer à comprendre ce que "discernement" signifie vraiment pour un chrétien. Comme pour le poverrello qui est allé à la rencontre du Sultan, ce qui importe ce n’est pas tant le résultat de cette rencontre que le fait qu’elle a eu lieu.

    Difficile d’aller plus loin, par exemple dans un commentaire volubile sur le sujet, tellement le billet ci-dessus est le reflet en profondeur d’un rendez-vous "pas comme les autres". Avoir permis ce petit voyage, en fraternité aux côtés des proches des victimes de Nice, mérite au moins un mot : merci. Inutile de s’échiner à trouver un autre. C’est tout bête, n’est-ce pas... Mais c’est du fond du coeur.

    Du fond du coeur ce merci qui se veut comme un tout petit peu à l’image de l’accueil à Rome.

  • « On ne peut répondre aux assauts du démon que par les œuvres de Dieu qui sont pardon, amour et respect du prochain, même s’il est différent ».

    Pape François

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.