Famine en Afrique

par Gérard Leclerc

mardi 28 février 2017

Ce ne sont pas les bonnes nouvelles qui prévalent en ce moment, aussi bien sur la scène internationale que dans notre Hexagone. Mais dans l’échelle des mauvaises nouvelles, il en est une qui domine, à cause de son caractère tragique. La famine menace à nouveau l’Afrique de l’Est. Vingt millions de personnes seraient en danger, en raison de la sécheresse mais aussi, comme au Soudan, en raison d’un état de guerre permanent. À ce propos, le pape François envisage un voyage au Soudan Sud, en compagnie du Primat de l’Église anglicane, pour venir réconforter les populations en détresse. Mais ce sont les Nations unies qui, pour le moment, sont sollicitées par l’urgence de la situation en Somalie, au Kenya, en Éthiopie, à Djibouti, en Ouganda, la Somalie étant le pays le plus menacé. On parle de 100 000 personnes qui pourraient y mourir de faim.

Une polémique est déjà ouverte à propos des moyens les plus aptes à combattre le fléau. Car il ne suffit pas de réunir des fonds en urgence, il faut surveiller leur utilisation. Si l’on n’y prend garde, déclare un agent humanitaire cité par Le Monde, « tout cet argent peut finir dans les poches de responsables corrompus et avoir nombre d’effets pervers ». Je ne sais s’il faut faire pleine confiance à l’organisation des Nations unies, mais il paraît incontestable que l’aide ne saurait se passer de la médiation de réseaux capables de distribuer les vivres. Or, c’est l’infrastructure qui manque cruellement dans certaines zones.

Cela me rappelle des souvenirs déjà anciens. Ayant vécu au Sahel, j’ai connu des distributions de farine et de lait à des enfants qui se jetaient littéralement sur la nourriture. Pourtant, ce n’était pas une période de famine. J’imagine la tragédie possible et l’urgence de la solidarité. Une solidarité qui ne concerne pas seulement le court terme, mais une immense entreprise de sauvegarde des sols, des ressources hydrauliques… On craint les migrations ? Elles se préparent en ce moment dans cette Afrique en détresse. C’est dire la priorité absolue d’un réexamen de l’avenir de notre patrie commune, la Terre.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 28 février 2017.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.