Famille : le pluriel qui tue

par Tugdual Derville

lundi 21 mai 2012

Ministre déléguée chargée de la Famille, Dominique Bertinotti n’a pas tardé à ajuster le libellé de sa fonction en se proclamant dans les médias «  ministre de toutes les familles  ».

Les explications lapidaires de Dominique Bertinotti, membre du gouvernement Ayrault, ont enflammé Twitter : «  Il y a des formes plurielles de familles. Il faut donc pouvoir traiter de la diversité des modes de famille.  » La famille au pluriel est à la mode. Sa redéfinition intègre les néologismes «  monoparental  » et «  homoparental  ». Elle se passe vo­lontiers du mariage. Cette institution clairement boudée par le nouveau chef de l’État ne semble pas entrer dans ses préoccupations, sauf pour l’accorder aux gays, leur ouvrant ainsi un droit à l’adoption d’enfants, et à la procréation artificielle, en commençant par les femmes, via l’insémination avec don­neur anonyme. Le vœu explicite des militantes d’Act up qui avaient interrompu une réunion du groupe Terra nova serait exaucé : «  On est lesbiennes, on veut du sperme  »

Ni le programme présidentiel de François Hollande, ni le programme de son parti n’en font mystère : il ne s’agit aucunement pour le socialisme de «  conserver  » une institution familiale — pourtant plébiscitée par les Français — mais d’en dynamiter les repères afin de transformer la société en profondeur, dans la plus pure logique marxiste. En effet, contrairement aux idées reçues — et aux justifications avancées — l’intention est moins de s’adapter aux évolutions des mœurs, que de provoquer ces mutations. Quitte à gonfler artificiellement les statistiques des «  nouvelles familles  » et le nombre des enfants concernés, tout en niant leurs souffrances. Résultats : on banalise les injustices subies par les enfants sans défense. Et ce n’est pas la moindre des contradictions du nouveau gouvernement que de se glorifier d’une parité absolue hommes-femmes tout en promettant d’abolir cette parité au sein du couple des parents.

Le choix pour le ministère de la Fa­mille d’une femme élue maire PS du quatrième arrondissement de Paris, où se situe une partie du quartier du Marais, n’a rien d’anodin. C’est en militante que la nouvelle promue a ferraillé sur Twitter pour défendre son projet d’ouvrir l’institution du mariage à deux personnes de même sexe. Paradoxe : les sondages laissent entendre que les Français y seraient favorables mais une majorité d’entre eux continue de considérer qu’il est injuste de priver délibérément un enfant d’un père ou d’une mère. Or il n’y a pas de mariage sans possibilité d’adopter. Découpler les sujets, avancer pas à pas sur la ligne de crête de l’opinion, c’est la tactique de ceux qui veulent faire avancer leur barque sans trop faire de vagues. Mais les déclarations de Dominique Bertinotti sont déjà ressenties comme une provocation par ceux qui font de la protection des enfants une priorité. Le moment venu, l’ampleur de leur mobilisation pourrait surprendre un parti socialiste très ancré dans le parisianisme

Mais déjà les marchands d’enfants fleurissent. Un site internet dédié à la «  co-parentalité » propose ouvertement « une solution simple et pragmatique entre personnes voulant vivre la plus belle aventure qui soit  : avoir un enfant et l’élever… sans avoir à supporter les contraintes du couple. » Pour 12 € par mois, il revendique 9323 inscrits en France, dont 30% homosexuels. Quant aux militants purs et durs du lobby du gender, ils préparent déjà l’étape suivante en poursuivant leur agitprop. Leur leader Daniel Borrillo ajuste son ton selon ses cibles : dans Le Monde du 14 mai, il signe en simple «  juriste  » une tribune argumentée en faveur du mariage homosexuel, «  une avancée nécessaire  ». Mais le 14 mars 2012 sur le site du magazine Yagg, c’est en signant «  juriste engagé  » qu’il se prononçait carrément en faveur de l’abolition du mot sexe. Les êtres humains sont à ses yeux victimes d’une «  assignation  » abusive à leur naissance ; Borrillo réclame donc «  la cécité de genre en droit  » pour obtenir «  l’accomplissement du genre humain universel, c’est-à-dire, au-delà de la condition sexuée des individus  ».

Quant à Lionel Labosse, enseignant et écrivain, c’est un «  "contrat universel" à plusieurs plutôt qu’un mariage à deux, fût-il gay  » qu’il réclame dans une tribune instructive que le site lemonde.fr publie le 18 mai 2012 : on y trouve pêle-mêle la promotion du «  trouple  » ou «  ménage à trois  » et la condamnation du «  mariage monogame  » qualifié de «  biphobe  » (il empêcherait les bisexuels d’assumer leur double orientation)… à ses yeux, ce «  contrat universel à trois ou quatre constituerait un cadre idéal pour ce qu’on appelle l’ "homoparentalité"  ». Pas sérieux ? Oh que si !

Messages

  • je suis tout simplement horrifiée ; à quoi pensent les chrétiens, qui ont voté à gauche ?

    • Bonjour mesmi.

      Paul à Timothée :

      Sache-le bien : dans les derniers jours surviendront des moments difficiles. En effet les hommes seront égoïstes, cupides, prétentieux, orgueilleux, calomniateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, sacrilèges, sans cœur, sans pitié, médisants, intempérants, intraitables, ennemis du bien, traîtres, emportés, remplis d’eux-mêmes, amis du plaisir plutôt que de Dieu ; ils auront les apparences d’une vie religieuse, mais ils rejetteront ce qui en fait la force.

      Paul aux Romains :

      Un temps viendra où l’on ne supportera plus l’enseignement solide ; mais, au gré de leur caprice, les gens iront chercher une foule de maîtres pour calmer leur démangeaison d’entendre du nouveau. Ils ont échangé la vérité de Dieu contre le mensonge ; ils ont adoré et servi les créatures au lieu du Créateur...

      De deux choses l’une. Ou l’on croit que cette parole est pour nous aujourd’hui, avec Marthe Robin qui a confié un jour : "vous n’imaginez pas jusqu’où il nous faudra descendre", et on prie et on jeûne et on se convertit et on exprime son refus de la culture de mort et on accepte le combat spirituel, pour que Dieu tire un bien de ce mal.
      Ou on considère que l’urgence est d’accompagner ce mal, mais en le relativisant, et en essayant sans jamais se lasser de faire changer de vision ceux-là même qui n’ont de cesse de repousser les limites pour "libérer" l’homme de ses contraintes. Je pense pour ma part qu’il y a un combat inouï qui se livre, d’abord en nous-même, entre le vrai bien et le faux bien, cette confusion qui est la marque de l’ennemi de la vérité déposée en nous par l’Esprit Saint. C’est la vérité de Dieu ou la vérité du monde. Devant nous, la Vie ou la mort déguisée en vie.

      "Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait." Romains 12:2.

      "Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier est sous la puissance du malin". 1 Jean 5:19

    • Horrifiée par les excès de l’article ou par ce qu’il avance ? L’article du Monde entrait dans le cadre des propos libres n’engageant que leur auteur, et en outre il était chargé d’une certaine dose d’humour dans la charge, humour que le présent papier a omis de retranscrire, ce me semble, même s’il s’amuse du "parisianisme" du parti socialiste.
      Ce qui a déjà une première fois tué la famille, ce n’est pas le pluriel, c’est l’usage (le général de Gaulle disait même "la prostitution") de la devise "Travail, Famille, Patrie" pour remplacer la devise républicaine, plus évangélique, jusque sur les pièces de monnaie. Depuis, on n’ose plus l’employer, alors qu’à côté - et pas à la place - de "Liberté, Egalité, Fraternité", elle aurait eu et aurait encore toute sa place.

    • Oui, et je n’arrive pas à comprendre comment l’on peut tomber si bas !!!Le bon sens a perdu toute crédibilité.
      Que d’enfants et de familles vont souffrir de ces positions...
      Mon mari me disait avant les élections "c’est sûr, les chrétiens vont y avoir droit....HOLLANDE ne va faire que des réformes qui ne coûtent pas d’argent". Pas d’argent ? Peut être dans l’immédiat, mais une société détruite ne coûte-t-elle pas plus cher par les dégâts engendrée ? Drôle de vision qui préfère l’idéologie marxiste qui sous couvert de "bonheur" trompe les gens ... Quelle manipulation !!!!!!!
      Nous y voilà, cela ne tarde pas.
      Ceux qui aujourd’hui croient avoir gagné vont pleurer dans les années à venir.Je ne pourrai que leur répondre ironiquement :" Vous l’avez bien voulu, non ???" Je ne leur donne pas 2 ans.

    • Tout est dit ! J. Martine

    • combien j’apprécie ces paroles tirées de la Bible. Je n’arrête pas de les dire tout haut et de les redire et encore et encore.....Dans les derniers temps, on appellera bien ce qui est mal et mal ce qui est bien. Les hommes (les humains bien sûr) iront contre nature. Allez à temps et à "contre-temps" !!!
      Je ne suis pas de ce monde.....vous aussi soyez dans le monde mais pas de ce monde (pas textuel, pardon) ; le sujet est sauvegardé.
      Nous sommes prévenus depuis si longtemps ! La décadence va aller en s’accentuant car le Seigneur nous a prévenus. Si vous ne changez pas vos coeurs....je laisserai faire (sous-entendu les hommes).
      Je suis très peinée de tout cela mais n
      Je ne perd toujours pas mon Espérance en Dieu.
      Merci d’avoir écrit tout cela.

    • aller voir sur le site de La Vie, vous saurez ce que pensent les cathos de Gauche de ceux qui votent à Droite...

    • Bien dit !
      Le combat commence en nous-mêmes...
      La difficulté (et je la mesure personnellement) étant de ne pas se taire...sans illusion sur l’efficacité de notre message...sans servir l’Adversaire en jetant l’anathême sur notre prochain et en entrant dans le jugement et les attaques violentes contre ceux qui ne pensent pas comme nous.
      Non parce que la vérité serait relative, mais pour obéir à l’Evangile "ne jugez pas si vous ne voulez pas être jugé", "aimer vos ennemis",etc...
      Et cela vaut pour tous les sujets qui peuvent à juste titre nous scandaliser (Mariage, adoption, insémination pour ceux qui refusent la sexualité procréatrice, esclavage et industrialisation de le gestation, l’avortement considéré comme droit absolu, euthanasie...mais aussi, droit de vote des étrangers, financement de l’islam sur deniers publics, régularisation des clandestins,impunité pour les délinquants multirécidivistes, complicité de la destruction de notre culture au profit d’autres plus exotiques,etc...)

      C’est impossible sans l’aide de l’Esprit.

      C’est pourquoi, dans la semaine qui précède la Pentecôte, nous ne devons cesser de l’appeler.

      Viens Esprit-Saint !

      Seigneur Jésus, Fils de Dieu, prends pitié de nous, pécheur.

      P.S. Pour notre méditation :Je suis en train de lire "les Homélies sprituelles de Saint Macaire", dans la 37ème "Loi nouvelle, Liberté et Grâce", il parle des des Saints Apôtres, prophètes et martyrs :
      "Comme ils haïssaient les agréments de la vie, ils en aimaient d’autant plus ceux qui les en privaient, comme des gens qui les aidaient à atteindre leur but
      et ils s’abstenaient "de connaitre le bien et le mal"(Cf. Gen.,3,5)"

    • J’y suis allé et ai effectivement entendu leur discours économique et social. Mais ce que j’ai aussi constaté c’est que même eux sont d’accord (je veux dire qu’il n’y a pas plus de dispute qu’ici) sur la plupart des sujets dits "sociétaux" que nous évoquons ! La plupart focalise sur le discours économique de Hollande pour refuser le capitalisme sauvage et le rejet de l’autre qu’ils assimilent à Sarkozy, et seuls quelques uns, avec une naïveté confondante, ne voit pas où est le problème du mariage homosexuel ou de l’euthanasie ! Heureusement, il y a autant de "Jean-Baptiste" sur le site de La Vie, qu’il y en a ici ! Ce n’est quand même pas pour rien que seulement 20% des Pratiquants ont voté Hollande, et on ne peut pas raisonnablement supposer qu’il n’y ai que 20% de Chrétiens de gauche...

    • Humour ??? certainement pas dans un pays ou la culture de la mort régne
      sous toutes les formes, et le mariage à plusieurs, c’est le gros attrape nigaud, cherchez bien à qui il profitera !!!!!

  • Vous semblez justifier votre opposition au mariage gay au moins en partie sur les souffrances engendrées sur les enfants de tels couples. Pouvez vous nous parler de votre expérience en la matière ? Pouvez vous ensuite appuyer vos arguments avec des réflexions plus larges que votre seule expérience ?
    En ce qui me concerne, je n’ai pas connaissance d’études montrant que ce genre de famille crée de quelconques souffrances en plus de celles que l’on constate dans les familles usuelles. Je serais intéressé de les lire si elles existent.

    Comment peut on interdire à qui que ce soit d’avoir des enfants, une femme ou un mari, et de leur offrir tout l’amour qu’il ou elle souhaite partager au sein de sa famille ?
    La seule réponse serait que ce type de famille engendre la souffrance d’une manière ou d’une autre.
    La réponse à cette réponse serait de trouver un moyen pour que cette souffrance ne soit plus créée malgré le modèle familial, si tant est que cette souffrance existe.
    La seule certitude dans tout ce fatras est qu’un bon nombre de couples et de familles existantes souffrent de cette situation. L’interdiction n’est donc pas la solution, que proposez vous ?

    • Vous dites "Comment peut-on interdire à qui que ce soit d’avoir des enfants" : qu’est-ce qu’un enfant pour vous ? Une occupation ? Un remède contre la solitude ?
      Un enfant n’est pas une chose que l’on peut s’approprier !

      Pour que chacun puisse suivre ses fantasmes et ses pulsions, on croit tenir la solution : enlevons donc la notion de femme et homme (théorie du gender), choisissons notre orientation sexuelle, nions notre programme génétique inscrit dans chacune de nos cellules (femme = chromosomes XX et homme = chromosomes XY), faisons croire qu’un enfant peut ne pas être un cadeau de la vie mais une vie à posséder à tout prix et à modeler à notre manière selon notre volonté !

      Quel égoïsme !

      Je ne peux que vous conseiller de lire " le manuel de bioéthique des jeunes" et "théorie du genre et SVT" de la Fondation Jérôme Lejeune.

      Retrouvons notre identité d’être humain, homme et femme, différents et si semblables, à la complémentarité nécessaire.

    • cher anonyme
      vous ne semblez pas bien au courant de la littérature en matière de psychologie de l’enfant et de la construction de sa personnalité dans sa prime jeunesse.
      Tout le monde sait (ou devrait savoir) qu’un enfant a besoin d’un papa et d’une maman, la différence des sexes (que les extrêmistes veulent abolir, quelle prétention !) est fondamentale pour la construction équilibrée de la personne, elle est fondatrice de la famille traditionnelle et celle-ci est la cellule de base de la société.
      Détruire cela c’est aller à l’envers du beau, du bien, du vrai ! Soutiendrez-vous que "fabriquer" un enfant dans un tube ou par une mère porteuse, c’est beaucoup mieux que d’être le fruit d’un amour vrai, c’est-à-dire unique, fidèle, pour la vie.
      Notre société a perdu la tête, la boussolle ; elle fabrique un monde où chacun fait ce qu’il veut, la réalisation de ses fantasmes (dont certains sont dignes de Dr Follamour ou pire de Frankeinstein). Bonjour les dégâts ! nous en reparlerons !

    • L’expression avoir un enfant est sûrement malheureuse, mais ne jouons pas sur les mots, je ne l’utilisais que dans le sens d’élever un enfant.

      Non, bien sûr que non, un enfant n’est pas une chose que l’on peut s’approprier. Et vous entendrez qu’un couple adoptant un enfant ne se l’approprie pas, pas plus qu’il ne suit de quelconques fantasmes, que ce couple soit composé d’un homme et d’une femme ou de deux personnes de même sexe.

      Quant à "choisir son orientation sexuelle" ou enlever la notion de femme ou d’homme, cela n’est pas du tout revendiqué par le fait de reconnaître le droit pour deux personnes à se marier et à adopter. Une personne homosexuelle ne choisit à ma connaissance pas d’être homosexuelle, et cela ne l’empêche pas pour autant de se sentir pleinement femme ou homme. N’introduisez pas la théorie du genre dans ce débat s’il vous plait, elle n’a rien à y faire.

      Un enfant est toujours un cadeau de la vie, même quand il est adopté. Ce qui compte avant tout, c’est qu’il reçoive tout l’amour nécessaire à son épanouissement, que ses parents soient homosexuels ou non.

    • bonjour, je ne suis effectivement pas très au courant en matière de psychologie de l’enfant. A ma décharge, il est d’autant plus difficile d’être au courant que l’on peut trouver tous les avis possibles dans cette littérature.

      Parmi les "experts" du milieu, beaucoup affirment que le fait d’avoir des parents de même sexe n’empêche pas de se construire de manière équilibrée. Certains présentent des études à l’appui. Que faire alors ?

      Fabriquer un enfant par tube ou mère porteuse pose sans doute des questions de plus pour un enfant, mais ce n’est pas lié à l’homoparentalité. Les couples hétérosexuels ne pouvant pas avoir d’enfant peuvent tout aussi bien être demandeurs. Et que pensez vous de la question de l’adoption ?

      L’enfant d’un couple homosexuel est aussi au même titre issu d’un amour vrai. Cet amour vrai peut tout aussi bien être porté par deux personnes du même sexe.

      Que nous le voulions ou non, il semble que la question sur le plan légal va être tranchée en faveur d’une autorisation pour les couples de même sexe de se marier et d’adopter.

      On peut tenter d’empêcher la loi de tomber avant qu’elle ne soit votée, tenter ensuite de la faire abroger une fois qu’elle a été votée, mais en attendant, que faire pour donner à ces enfants les mêmes ingrédients que les autres pour s’épanouir ?

    • Merci à Stirling Moss pour son intervention. Cher anonyme, vous dites qu’il n’y a pas d’études sur l’homoparentalité. Je suppose que vous souhaitez faire des expériences pour faire ces études (tout comme les soviétiques privaient les enfants de tout contact extérieur pour "faire des études") alors que le simple bon sens suffit à voir le péril de ces situations. Vous faites partie sans doute de ces scientistes qui considèrent que seules des "études sérieuses" peuvent fonder une décision en abandonnant toute réflexion et tout bon sens. On pourrait illustrer ce propos en disant que vous ne pouvez pas être contre la torture si vous n’avez pas été torturé, ou que vous ne pouvez rien connaitre de la sexualité si vous n’avez pas tenté toutes les expériences. En réalité il y a une universalité des valeurs où seul le bon sens suffit sans recourir à des "études" douteuses qui sont l’alibi de notre démission intellectuelle. Quand bien même, la plupart des psychiatres (à part les idéologues habituels) s’accorde sur la nécessité d’un père et d’une mère dans la construction de la personne. J’ai une amie pédopsychiatre qui m’explique qu’elle reçoit des enfants de "parents" homosexuels (qui respectent si peu la loi qu’ils en souhaitent le changement...) avec des troubles assez sévères. Rien de plus que pour les familles normales direz-vous ? Pas sûr, car cela constitue presque 20% de ses consultations ce qui est une statistique effrayante au regard du nombre d’enfants réellement concernés par "l’homoparentalité". Voilà donc une "étude" que vous pouvez recevoir pour ce qu’elle est, et qui ne fera surement jamais la une. Sur le même registre, mon beau père a été infirmier dans un service de pédopsychiatrie d’un grand hôpital pendant 15 ans. Il m’expliquait que 60% des enfants reçus (oui, oui vous avez bien lu) en soin de longue durée était issus de FIV ou PMA. Voilà encore une statistique pas très politiquement correcte mais qui ne fera l’objet d’aucune "étude". Pour terminer je remercie M. Archéritéguy d’avoir cherché les références bibliques qui répondent à merveille à la situation. Effectivement tout est dit.

    • N’empêche que l’enfant a besoin pour sa construction de l’altérité homme-femme de ses parents, altérité que l’idéologie anti-familiale actuelle rejette.

      Sous couvert de "non-discrimination", on refuse la différence homme-femme comme constitutif de l’humanité (on va aller loin comme ça).

      On en revient à l’homme qui ne veut ni Dieu ni Maître, et cherche à devenir le grand manitou décideur-créateur, qui fait au gré de ses goûts du moment...

      ... attention au basculement vers l’eugénisme ...

    • bonsoir,
      je ne cherche pas à dénigrer quoi que ce soit, ni à user d’une rhétorique particulière, quand je dis que je n’ai pas connaissance d’études c’est pour dire que je n’ai pas connaissance d’études, pas pour dire qu’elles n’existent pas.
      Je ne pense pas qu’il soit souhaitable de créer les conditions de telles études, car comme vous le faites bien remarquer cela est dangereux, et il existe en effet de grands excès en matière de besoin systématique d’études chez des personnes que vous désignez comme scientistes qui permettent comme vous le dites une sorte de démission intellectuelle.
      Pas besoin toutefois de créer ces conditions, elles existent, de nombreuses familles vivent cette situation, demandons leur comment elles vivent, comment elles éduquent leurs enfants, comment elles perçoivent le problème. Demandons le aux enfants qui ont assez grandi pour avoir un avis sur la question. C’est de ce genre d’études dont je parle.
      J’entends que certains pédopsys et médecins perçoivent des problèmes liés à ce type de familles. Mais les problèmes rencontrés chez ces enfants ne sont ils pas dûs au fait que leur situation n’est pas acceptée par le monde autour d’eux ? Ne pas reconnaitre la légitimité des parents pourrait être une difficulté de plus pour ces familles qui existent, elles sont là autour de nous, ces parents ne souffrent ils pas de cette situation ? Ces souffrances dûes à notre rejet ne rejaillissent elles pas sur les enfants ? Ne sont elles pas la plus grosse entrave à leur développement ?
      Beaucoup des commentaires de cet article traitent du bien et du mal dans notre monde aujourd’hui. Oui il y a du mal autour de nous, mais être aveuglé par lui ne donnera pas la force au bien, qui est lui aussi bien présent, de se développer et de rendre notre monde meilleur.
      Avant de parler de valeurs absolues, universelles, de la connaissance du bien, peut être devrions nous apprendre à observer humblement, à écouter, et à aider le bien intriqué dans le mal à se développer. Ne soyons pas manichéens. Le savoir des textes ne peut remplacer la connaissance de leur essence qui se trouve quoi que nous en pensions dans le monde que Dieu a créé et dans lequel nous baignons.

    • Nous parlons bien ici de choix de société, et non pas de situations qui existent déjà. Nous pouvons bien avoir la meilleure Charité envers ceux qui sont dans ces situations "particulières" et même les aider à vivre et même constater qu’ils sont heureux de cette situation, cela ne fait toujours pas une seule raison de la légitimer ! L’Eglise a toujours eu de la Charité pour les Pécheurs quelque soit leur péché, mais en même temps elle ne l’a jamais légitimé quand bien même il était légalisé (par exemple l’avortement, péché grave s’il en est bien que légal, qui n’empêche pas l’Eglise d’accueillir les femmes avortées-c’est même presque la seule à le faire et sans les juger). Quand à reconnaitre leur légitimité, pourquoi le ferait-on ? Reconnaitriez-vous la légitimité des pères incestueux, du simple fait qu’ils existent. Quand au fait que ces enfants ne seraient pas acceptés, cela n’a rien à voir avec le soit disant obscurantisme des gens, mais bien plutôt avec la résistance de leur conscience devant l’inacceptable... Une chose est d’accueillir les homosexuels, une autre de leur donner des droits que la Nature leur refuse.

  • la famille est le dernier rempart de la solidarité, de la fraternité où ces mots ont encore un sens. il faut se battre pour conserver l’institution du mariage entre un homme et une femme qui est le seul cadre possible pour l’épanouissement des enfants qui ne sont pas considérés comme "un objet" et de la transmission de la vie

    d’autre part sur les problèmes de société il faut demander le recours à un référendum et l’exiger dans la constitution ; une seule question très claire sans ambiguités à la fois qui ne peut demander qu’une réponse oui ou non

    soyez responsables aux élections législatives : le sens de l’histoire peut encore changer

  • Et il se trouve encore des chrétiens pour soutenir la politique du PS...

  • Il serait bon tout de même de balayer devant sa porte et de souligner que l’Eglise elle-même a beaucoup cédé à la sécularisation des moeurs qui se traduit aujourd’hui par un éclatement du modèle familial rebaptisé "pluralisme familial" à la suite des divorces en masse ou en répétition.

    Chacun sait que les curés admettent au mariage catholique des couples dont la préparation et la maturité est plus que "limite", quand ces derniers ne se marient pas à l’église que pour avoir une jolie cérémonie, une prestation traditionnelle après la mairie et avant la réception. Et d’ailleurs, se montreraient-ils exigeants que les candidats au mariage si peu préparés ou si peu motivés trouveraient une autre paroisse plus compréhensive, en l’absence de tout dispositif coordonné au sein des diocèses (il faudrait notamment qu’un refus opposé par un prêtre, sous réserve qu’il puisse donner lieu à réexamen par une instance qualifiée - par exemple un collège de trois prêtres chargée de donner un avis à l’évêque- , soit valable dans toute l’église au moins en France.

    On objectera qu’à ce compte-là, on risque de détourner encore plus de monde de l’église déjà désertée.

    Sans se rendre compte que les politiques tiennent en fait le même discours : il faut que la loi suive les moeurs et s’adaptent au choix des gens sous peine de perdre tout soutien aux élections...

    A mon avis, le raisonnement est faux au moins en ce qui concerne l’Eglise. Celle-ci doit à présent assumer sa situation minoritaire et redonner tout son sens au mariage catholique qui n’est plus ou de moins en moins une institution sociale "tenue" par toute une culture ambiante imbibée de christianisme mais un sacrement dispensé dans une société a-chrétienne voire imbibée d’anti-christianisme libertaire. Sacrement d’autant plus précieux que le mariage civil, institution républicaine, va se trouver un peu plus dévalorisé par son élargissement aux "couples" formés de personnes de même sexe.

    Cela faciliterait aussi la vie à nos curés qui sont, sur le mariage, dans une situation de quasi schizophrénie comme me le faisait observer un ami prêtre : eux croient dispenser un sacrement et en réalité on leur demande trop souvent de fournir une prestation...

  • Les délirants sont au pouvoir, ils montrent leurs dents. Il va falloir se battre. Qui est prêt à donner sa vie pour la Vérité de l’Homme ? Que Dieu nous vienne en aide.

  • Puisque la mode est de satisfaire tous les fantasmes ...à quand le mariage entre un être humain et un animal ? On fait vraiment n’importe quoi au nom du caprice et des pulsions ; que c’est malsain !

    • Sachez que sans être aller jusque là, Mme JOLY a quand même indiqué dans son programme qu’elle voulait modifier le statut de l’animal... Avec la gauche idéologue il faut toujours se méfier du premier pas !

  • Que de chétiens ici qui lapident encore Marie-Madeleine !
    Aimez-vous les uns les autres !
    Ne jugez pas !
    J’ai de bons amis en famille monoparentales qui ont des enfants magnifiques, équilibrés, intelligents, généreux, je ne leur souhaite pas de vous lire...
    J’ai de bons amis homosexuels qui ont des enfants, équilibrés, bien élevés, intelligents, généreux, ouverts, je ne leur souhaite pas de vous lire...
    Vous vivez encore au XVII ème siècle peut-être ?
    Jésus a aimé sans juger ! Il a aimé tout ceux qui étaient de bonne volonté !
    Ne vous cachez pas derrière vos lumières, elles vont vous éblouir !
    Accueillez, aimez, aimez, aimez et arrêtez de juger c’est immonde !

    • "Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil", voilà en substance ce que vous semblez avoir compris de l’histoire de Marie Madeleine.
      Si vous avez lu cette histoire, vous aurez compris qu’il s’agit d’une épreuve imposée à Jésus par les Pharisiens qui se contentent d’appliquer la loi sans la moindre compassion.
      Mais vous confondez visiblement bon sentiment et compassion qui ne peut jamais faire l’économie de la Vérité. Voilà bien votre problème avec Marie Madeleine car vous semblez persuadé que Jésus ne réprouve pas son comportement adultère alors qu’il lui dit à la fin "ne pêche plus" ce qui est une quand même une sacrée remise en vérité du comportement. Vous pourrez méditer sur les paroles de Jésus à propos de l’adultère en Lc 16, 18 (vous l’auriez sans doute trouvé très intolérant, le méchant).
      Selon vous, juger les comportements et les idées serait contraire à l’esprit de Jésus. C’est que vous connaissez bien mal Jésus qui justement a jugé des comportements : sinon à quoi nous sert notre liberté si le choix du Bien ou du Mal n’a aucune conséquence. Tout serait neutre selon vous, tout se vaut ou en tout cas ne mérite nulle condamnation "car on ne peut juger personne". Vous noterez que vous confondez encore deux choses, le jugement des personnes qui ne nous appartient pas, et le jugement des comportements et des idées qui est de notre responsabilité : cela s’appelle le discernement (un autre commandement de Jésus). Et c’est exactement ce que tout le monde fait quand il faut choisir un comportement moral. Nous le faisons en fonction d’un Bien et d’un Mal, que vous voudriez très relatif. Ce n’est pas çà que Jésus nous enseigne au travers de Marie Madeleine, mais bien tout le contraire. Selon vous il n’y aurait aucune exigence à avoir : "pour ne juger personne".
      Un internaute parle d’amour "vrai" y compris chez les homosexuels. Soit. Mais qu’est ce qu’un amour vrai dans ce contexte ? Une fois de plus on imagine qu’il suffit d’être sincère pour être vrai. Mais une situation contre nature (n’en déplaise à tous nos faux compassionnels de service) n’est pas dans la Vérité, même si elle peut être sincère. Je suppose que pour vous l’amour est un bon sentiment sans exigence. Or pas d’Amour sans Vérité et pas de Justice non plus (Psaume 84). Quand vous dites "Aimez et arrêtez de juger", vous dites surtout "laissez faire et acceptez l’inacceptable". Ce n’est surement pas l’enseignement du Christ et la première des Charités c’est justement l’annonce de la Vérité (l’autre nom de Jésus).
      Quant au fait qu’un enfant puisse être heureux avec des parents du même sexe : OK ; quoique l’illusion est souvent la compagne du Mensonge. Mais il l’est tout autant qu’il pourrait l’être avec des parents violents ou alcooliques. Cela n’implique nullement qu’il ne faille pas lutter contre ces maux.
      Et puis de quoi parlez-vous ? Il ne s’agit pas de savoir si un enfant peut être heureux ou non, il s’agit de transgresser les fondements même de la Nature et de la vie en société. Il s’agit d’inverser les valeurs les plus sacrées de l’Humanité et tellement universelles qu’elles se retrouvent dans la quasi totalité des Civilisations non chrétiennes.
      "Non, non, ne jugeons personne, laissons se commettre cette aberration de civilisation, car il faut être charitable n’est-ce pas ?, c’est Jésus qui l’a dit".

    • Il ne s’agit pas de juger (d’ailleurs, vous-même, que faites-vous en disant « c’est immonde », si ce n’est “juger” ?) qui que ce soit.

      Il s’agit seulement de faire marcher sa cervelle, de manière autonome, sans céder aux pressions ni aux sirènes qui relaient une pensée unique en voie de devenir totalitaire.

      Qu’est-ce qui est normal dans la procréation et qu’est-ce qui l’est moins ou pas du tout ?

      Si l’on observe la nature (faire un peu d’éthologie ne serait finalement pas inutile à nombre de ceux qui ont des idées bien arrêtées) on constate une chose bien claire - en tout particulier dans le règne animal et chez les mammifères - c’est le principe de la procréation sexuée. Il faut un mâle et une femelle pour retransmettre la vie de chacune des espèces.

      On peut d’ailleurs dire ce que l’on veut, tout individu, même le plus militant revendiquant haut et fort son homosexualité, a nécessairement un père biologique et une mère biologique ! Il n’est pas né d’un accouplement de deux gamètes mâles ou de deux gamètes femelles.

      Ainsi, sauf chez les gastéropodes et quelques autres cas très anecdotiques (comme les insectes vivant dans de larges collectivités), la parentalité naturelle s’inscrit dans un système de couple mâle/femelle.

      C’est très naturellement que les géniteurs endossent le rôle de parents et d’éducateurs ; ça se voit chez les hirondelles comme chez les macaques, les ours, les pingouins ou les léopards

      Cette universalité devrait amener tout un vaste public, plutôt naïf et irréfléchi, qui suit béatement nos modernes libéraux/libertins - pourfendeurs d’une parentalité mâle/femelle, réputée dépassée - à s’interroger sérieusement sur la justesse de théories - en fin de compte, pas neuves du tout - qui prétendent, au nom de celles-ci, livrer un enfant à n’importe quel type de couple (l’imagination n’a plus de limites, en la matière) et sous des prétextes égalitaires et anti-discriminatoires.

  • Personnellement, je crois que personne ne peut présumer du bonheur d’un enfant. Dire immédiatement qu’il sera heureux ou malheureux dans la vie avant même sa naissance relève d’une espèce de "divination fataliste".

    C’est avec ce genre de discours qu’on empêche les petits trisomiques de naître ! On fait croire aux parents que de toute façon, la vie sera dure, que le petit ne pourra pas être heureux, qu’il aura des problème de santé, etc. (96% des enfants diagnostiqués trisomiques au DPN sont avortés).

    Soyons donc cohérent dans notre discours chrétien ! Il faut affirmer haut et fort que personne ne peut présumer du bonheur de quelqu’un ! En revanche, il faut également proclamer que la société, dans toutes les institutions (famille, entreprise, école...) a le devoir de fournir toutes les conditions nécessaires à l’épanouissement du bonheur de chacun ! Ceci implique que nous devons nous assurer que les choix des personnes seront des choix libres et éclairés et non conditionnés ! Et c’est pour cela, que nous pouvons affirmer qu’à la fois la présence féminine de la mère et masculine du père assure, de par leurs complémentarités, un éventail le plus large possible pour le développement de l’enfant.

    La société, et notamment les politiciens, doit donc tout faire pour maintenir la cohérence de la famille "traditionnelle" d’un homme et d’une femme.

    J’espère m’être exprimé assez clairement pour que chacun comprenne mon point de vue :)

  • Tugdual Derville a raison : le premier à pâtir des décisions annoncées par les politiques du P.S. sont les enfants nés ou adoptés dans une prétendue "famille",où leur sera refusée la connaissance d’un de leur parent.
    Mais il faut souligner aussi que ces décisions tendent à achever la destruction, en cours depuis les années 70, de règles structurantes à l’égard d’une existence sociale équilibrée : règles de filiation où s’imbriquent le biologique et le juridique, règles du droit de succession, entre autres.
    Ces aberrations reflètent, chez certains individus, l’inaptitude de plus en plus contagieuse à reconnaître le besoin chez l’homme de limites à sa subjectivité, sans l’appui desquelles il lui est impossible de construire sa liberté. Fascinés par l’image de leur libre-arbitre illimité (voyez Sartre), ces individus s’octroient un pouvoir de juridiction absolue sur le réel, sommé de se plier à leur désir. Ce désir devenant la seule référence à honorer, il se fait mesure exclusive du réel. Pour certains psychiatres, cette identification du réel au désir est un des signes de la mzntalité psychotique.
    Ainsi, à court terme, c’est bien en effet le plus faible qui est menacé : l’enfant. Mais, à terme, c’est l’équilibre général de l’existence collective qui sera fragilisé dans une société en voie de morcellement sous l’effet hypnotique du désir absolutisé ; si on laisse faire, s’entend.

  • Le poisson de la lune diffusé à Morlaix à des enfants de 9 à 10 ans !

    Les discours c’est bien gentil...mais il est temps d’organiser une véritable riposte...tout azimuth !

    Allons nous tolérer que des enfants subissent de tels viols psychologiques dans le Service Public...dans les écoles et au journal de 20h00 !

    Les associations familiales doivent se mobiliser et l’Eglise faire connaitre publiquement sa réprobation...même si ses adversaires lui renverront dans les dents les scandales des prêtres pédophiles.

    Il faut organiser la riposte,car elle permettra, entre autres, aux électeurs musulmans d’Hollande et de la Gauche (et à tous les parents qui ne veulent pas imposer un tel sujet à des enfants pré-pubères) de se rendrent compte dans quelle société ils veulent les emmener et nul doute qu’ils sauront en tirer les conséquences...

    Le changement c’est que maintenant on peut commencer le lavage de cerveaux dès 9 ans avec la bénédiction des pouvoirs publics

    J’aurai bien vouloir l’accueil qu’aurait reçu une telle video et le réalisateur du film dans une école de Seine-Saint Denis ! Mais ils ont préférés faire subir cette violence à des petits bretons !

    C’est une honte !

  • Encore un mot sur ce sujet essentiel. cf : "il ne s’agit aucunement ... mais d’en dynamiter les repères afin de transformer la société en profondeur, dans la plus pure logique marxiste." et encore : "l’intention est moins de s’adapter aux évolutions des mœurs, que de provoquer ces mutations... tout en niant "les" souffrances". et enfin : "se glorifier d’une parité absolue hommes-femmes tout en promettant d’abolir cette parité au sein du couple des parents."
    Quelle explication trouver à cet acharnement, sinon l’absence totale de conscience, et le remplacement de réflexion par le branchement en direct sur la base de données des forces du mal ? Un tel fanatisme, mû par une prétendue soif de justice et d’égalité, laisse pantois, et bien que les moteur avoué soit d’une autre nature, nous avons affaire à une entreprise de destruction de la dignité de la personne humaine, comme le nazisme le fit autrefois sous une autre forme. J. Martine.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.