Traduit par Pierre

Existe-t-il une forte majorité de musulmans modérés ?

par William Kirkpatrick

dimanche 30 avril 2017

On dit souvent des musulmans qu’ils sont, en grande majorité, modérés. Mais de même que la presse aime nous répéter aussi sur d’autres sujets, cette affirmation n’est accompagnée d’aucune preuve. En fait, les preuves dont nous disposons montrent que cette proposition est douteuse.

Où se trouvent ces musulmans modérés ?

Serait-ce en Tchétchénie où les autorités ont ouvert des camps de concentration pour homosexuels ? Où, en 2015, 800 000 musulmans ont manifesté contre les caricatures publiées par Charlie Hebdo ? Essayez de voir autant de musulmans manifester contre l’État Islamique.

Serait-ce au Pakistan où 100 000 personnes accompagnaient les funérailles d’un tueur ? Il avait assassiné un responsable gouvernemental qui plaidait pour l’abrogation des lois sur le blasphème. Nombre de groupes islamistes avaient invité la population à s’abstenir d’assister aux obsèques de ce responsable, et même à ne pas prier pour le repos de son âme.

Ou bien en Arabie saoudite où sont pratiquées en public des amputations rituelles, et où il n’est pas rare de procéder à des décapitations au sabre en public ?

Et dans la Bande de Gaza ? Des rues, des parcs, des squares, des écoles portent des noms de "martyrs" vénérés pour avoir tué des juifs, hommes femmes, enfants. Il y est très chic de vêtir des gamins de trois ans avec des ceintures-bombes factices. Et à l’école, à la télévision publique, on enseigne aux jeunes que tuer des juifs répond à la plus belle des vocations.

Serait-ce au Maroc ? À Casablanca, au "Café-Restaurant Rick ? (NDT : célèbre restaurant situé près des murailles de la Médina). La Ligue contre l’anti-sémitisme (Anti-Defamatiion League) révèle que 80% des Marocains ont des opinions anti-sémites. Pas trop mal, à côté des 87 % d’Algériens et 92 % d’Irakiens.

Le pays béni de la modération serait-il l’Afghanistan ? À condition de ne pas tenir compte de la tradition des mariages d’enfants, ou de la distraction appelée “bacha bazi.” Le “bacha bazi” consiste à déguiser en filles des garçons adolescents ou pré-adolescents, de les faire danser pour les hommes, puis de leur faire subir des actes sexuels. La ligne dure de gouvernement naguère tenue par les Talibans semble sur le point de revenir.
Nul ne les soupçonnera d’attitudes modérées. Par contre, ils ont tenté de mettre un terme à la coutume du “bacha bazi.”

En Égypte ? Il doit bien y avoir des Égyptiens modérés. Certes. Le Président al-Sissi a appelé à une réforme de l’islam, idée suivie par certains. Et pourtant, une enquête de l’Institut d’opinion Pew en 2013 révélait que 70% de la population soutenaient la flagellation et l’amputation pour les voleurs, 81%, la lapidation pour adultère, 86% la peine de mort pour apostasie. Le Président al-Sissi a bien du travail devant lui.

En Turquie ? La Turquie fut, pendant quelques dizaines d’années une nation musulmane modérée. Le burka était proscrit, et les imams remis à leur place. À présent, le président Recep Erdogan semble pourtant décidé à rétablir le Califat Ottoman en Turquie. Il a, par exemple, fait construire pour lui un palais de 1100 pièces dont les gardes portent des uniformes ottomans.Il a récemment menacé d’inonder l’Europe avec des centaines de milliers de réfugiés musulmans.

Et en Iran ? D’immenses foules menées par des officiels Iraniens s’y rassemblent régulièrement pour clamer « Mort à Israël ! » et « Mort à l’Amérique ! » Un grand nombre d’Iraniens, y-compris des dirigeants, attend la venue du Douzième Imam, disparu au neuvième siècle et supposé vivre dans un autre univers. Il règne une grande croyance selon laquelle le "Mahdi" ne peut sortir de son état présent que lors de cataclysmes. Ce qui pourrait expliquer le si grand souci des dirigeants Iraniens à maîtriser l’arme nucléaire.

En Indonésie ? Barack Obama a un souvenir ému de sa scolarité dans une Indonésie alors modérée. Mais les temps ont changé. Selon un document de l’Institut Gatestone l’Indonésie mène le jihad contre les églises chrétiennes. Des foules de musulmans — parfois plusieurs centaines — attaquent fréquemment et incendient des églises. La police est souvent complice et, au lieu d’arrêter les auteurs les autorités appellent à démolir encore plus d’églises. Et en même temps, les responsables islamiques publient des messages tels que : « Nous ne cesserons pas de chasser les Chrétiens et de brûler leurs églises. Les chrétiens sont les ennemis d’Allah ! »

En Iran ? En Syrie ? En Libye ? En Somalie ? Au Yémen ? Où réside donc cette supposée grande majorité de musulmans ? Résident-ils seulement dans l’imagination d’Occidentaux naïfs ?

Il se peut que, disant qu’en grande majorité les musulmans sont modérés, ils voient une grande majorité de non-violents. Comme la plupart des gens de par le monde, la plupart des musulmans, peut-on supposer, préfèrerait s’occuper de leurs petites affaires plutôt que s’impliquer dans des actions sanglantes d’attaque et de meurtre, au risque d’y laisser leur propre vie. Mais il ne faudrait pas confondre la propension humaine à éviter des affaires risquées avec de la modération.

De plus, la tendance générale envers des croyances et des pratiques extrêmes dans les sociétés musulmanes rend plus vraisemblables les actes violents des musulmans quand les circonstances s’y prêtent. On pourrait parier que les individus qui entraînent des foules d’incendiaires d’églises en Indonésie mènent le reste du temps une existence parfaitement non-violente. Ils sont pacifiques, sauf quand ils ne le sont pas.

Rappelons qu’en de nombreuses occasions des musulmans aux pratiques amicales se sont retournés violemment contre leurs voisins chrétiens en Indonésie, en Syrie, en Irak lorsqu’ils le pouvaient sans risque.

L’idée que les musulmans sont en grande majorité modérés doit être prise avec des gants. Elle ne s’appuie sur aucune preuve et induit bien des attentes irréalistes. Par-dessus tout, elle laisse dans une totale impréparation quand vient le temps où, par obéissance à leur foi des musulmans "modérés" cessent de l’être.

26 avril 2017

Photo : Vue partielle des 100.000 Pakistanais aux obsèques de l’assassin Mumtan Qadri en 2016.

Source : https://www.thecatholicthing.org/2017/04/26/are-the-vast-majority-of-muslims-moderate/

Messages

  • N’en déplaise aux éventuels admirateurs-défenseurs de W. Kilpatrick, encore un article de la même veine, sur le même sujet, mais d’un ton plus exacerbé.

    La publication de ce billet dans TCT est datée du 26 avril 2017 soit - coïncidence étrange - 2 jours avant le voyage de François en Egypte ; cette fois au sujet des musulmans : "On dit souvent qu’ils sont, en grande majorité, modérés....".. "On" c’est qui ? Ah, pardon, il s’agirait de "la presse dont cette affirmation n’est accompagnée d’aucune preuve..." ; alors que "les preuves dont nous disposons montrent que cette proposition est douteuse" ; et l’auteur de décrire, en citant des pays, nombre de méfaits commis par des musulmans extrêmistes tels que divulgués par... la même presse !

    Sans contredire les actes graves de musulmans extrêmistes - encore plus excités par les crimes et atrocités de l’EI-Daech- et cie - il n’est pas interdit, sans porter jugement de valeur sur la personne, de se demander si une telle littérature est de nature à encourager l’infinitésimale "minorité" d’éventuels musulmans "modérés" à y reconnaitre Jésus et à Le suivre...

    Il serait plus utile de relire - en s’en imprégnant - les conseils de Jésus-Christ venu pour "parfaire la Loi". Ce qui consolerait de la lecture d’articles politico-religieux plus qu’inadaptés, dangereux, en ces temps de grandes tribulations.

    Viviane Gemayel

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.